Aurélie Adam Soulé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aurélie Adam Soulé Zoumarou
Illustration.
Aurélie Adam Soulé en 2019.
Fonctions
Ministre béninoise du Numérique et de la Digitalisation
En fonction depuis le
(2 ans, 11 mois et 22 jours)
Président Patrice Talon
Prédécesseur Rafiatou Monrou
Présidente du réseau francophone des ministres de l’économie numérique
En fonction depuis le
(2 ans et 9 jours)
Membre de l’équipe spéciale de l'ONU sur le financement numérique pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODDs)
En fonction depuis le
(1 an, 10 mois et 20 jours)
Biographie
Nom de naissance Aurélie Adam Soulé
Date de naissance (37 ans)
Lieu de naissance Nikki (Bénin)
Nationalité Béninoise

Aurélie Adam Soulé, de son vrai nom Aurélie Adam Soulé Zoumarou, née le 11 avril 1983 à Nikki au Bénin, est une femme politique béninoise et spécialiste des sciences de l'information et de la communication. En octobre 2017, elle est ministre en charge de l'économie numérique et de la digitalisation suite au premier remaniement du gouvernement du président Patrice Talon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Elle est titulaire d'un Master spécialisé dans les télécommunications et l'ingénierie des TIC à Telecom Sud Paris[1], obtenu en 2007. Elle détient également un certificat en gestion des politiques publiques et du leadership de la Maxwell School of Citizenship and Public Affairs de Syracuse University (New York).

Formation[modifier | modifier le code]

D'abord en 2001, elle se prépare pendant trois ans aux concours d'entrée dans les grandes école d'ingénieur de Paris et s'inscrit en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE)en filières scientifiques. Ensuite en 2003, elle étudie les télécommunications. Elle décide de rejoindre l'Institut National des Télécommunications, devenu Télécom SudParis, où elle obtient un diplôme d'Ingénieur Généraliste en Technologies de l’Information et de la Communication. En 2015, elle obtient un certificat en Gestion des Politiques Publiques et en Leadership à la Maxwell School of Citizenship and Public Affairs de Syracuse. Enfin en 2017, elle décide de passer un Doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication sur le thème « Analyse des politiques publiques d’expansion des réseaux de télécommunication et des services des TIC dans les zones rurales en Afrique : cas du Bénin ». Pour cela, elle s'inscrit à l'École Doctorale Montaigne – Humanités, Université Bordeaux.

Parcours dans le secteurs des télécommunications et des TIC[modifier | modifier le code]

Spécialiste des télécommunications et des TIC, elle travaille dans l'industrie des TIC chez SFR France avant de rejoindre Accenture France en tant que Consultante en Système d’Information. À l’Association Mondiale du Secteur Mobile (GSMA) Afrique à Abidjan en côte d’ivoire, elle est en charge des politiques publiques dans le secteur des télécommunications en contribuant à apporter des services mobiles à 635 millions d'Africains jusque-là sans accès équitable à Internet[2]. En 2008, elle revient dans son pays le Bénin et rejoint le Bureau du régulateur de l’Autorité de Régulation de Communication Electronique et de la Poste (ARCEP BENIN) au poste de responsable du spectre jusqu’à son entrée dans le gouvernement de patrice Talon en Novembre 2017[3].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Conformément au décret n'2017-506 du 27 octobre 2017 portant composition du Gouvernement, elle est nommée ministre de l’économie numérique et de la communication succédant ainsi à Madame Rafiatou Monrou après 18 mois à ce poste dans le gouvernement du président Patrice Talon[4],[5].

Le jeudi 05 septembre 2019, à la faveur du remaniement ministériel conformément au Décret N° 2019-396 du 05 septembre 2019 portant composition du gouvernement son portefeuille change de nom du Ministère de l’économie numérique et de la communication est officiellement devenu Ministère du numérique et de la digitalisation. Elle cède le volet de la communication et de la poste du ministère à son successeur Maître Alain Orounla au poste de ministre de la communication et de la poste et porte-parole du gouvernement, un nouveau poste ministériel[6].

En 2020, elle est élue présidente du réseau francophone des ministres en charge de l’économie numérique (RFMEN).

Avant de rejoindre la GSM Association, elle est est la responsable de la Gestion du spectre à l’Autorité de régulation des télécommunications du Bénin (Arcep Bénin)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]