Auneuil (commune déléguée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Auneuil
commune déléguée
Auneuil (commune déléguée)
Le musée de la céramique, côté Grande-Rue.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Beauvais-2
Intercommunalité Beauvaisis
Statut Commune déléguée
Code postal 60390
Code commune 60029
Démographie
Gentilé Auneuillois
Population 2 808 hab. (2014)
Densité 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 15″ nord, 1° 59′ 52″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 236 m
Superficie 22,15 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Auneuil
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 15.svg
Auneuil
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 15.svg
Auneuil
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Auneuil
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Auneuil
commune déléguée

Auneuil est une ancienne commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Le , elle fusionne avec la commune de Troussures. Ces deux communes donnent alors naissance à la commune d'Auneuil qui prend le statut administratif de commune nouvelle[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Auneuil est située dans le pays de Bray au pied du pays de Thelle à 13 km de Beauvais, à 17 km de Noailles, à 18 km de Chaumont-en-Vexin, à 22 km de Gisors, à 26 km de Gournay-en-Bray et à 27 km de Marines.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La plus ancienne forme connue du nom est « Aneolium », attestée en 1020 ; dérivée de « Alnoialum », qui est composé du latin « alnus » (aulne, aune[2]) et du gaulois « ialo- » (clairière), Auneuil signifiait donc « clairière aux aulnes »[3],[4].

Latinisé en « ialum », le gaulois « ialo- » est fréquent après un nom d'arbre, et on le retrouve en gallois où « tir ial » signifie « terrain découvert ». Combiné à la voyelle « -o » du mot précédent, il a donné la terminaison « -euil » comme dans le nom des communes proches Auteuil et Berneuil-en-Bray[3],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune était traversée par une voie romaine venant de Beauvais. Au Bocteau, où l'on a découvert des tuiles d'un bâtiment antique, elle bifurquait : une voie menait à Gisors via Porcheux, l'autre par Loconville et Liancourt rejoignait la voie Paris-Rouen et est indiquée sur l'Itinéraire d'Antonin[6],[7].

Des traces d'une villa gallo-romaine ont été trouvées près d'une ferme isolée et des vestiges romains au lieu-dit « Terre Nitot »[7].

Au lieu-dit « La Croix des Pères » au nord de la gare, a été découvert un sarcophage avec des objets, datant du haut Moyen-Age[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs, avant la fusion avec Troussures
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2001 Jean Guludec    
mars 2001 En cours
(au 4 avril 2014)
Robert Christiaens DVD Réélu en 2014[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 808 habitants, en augmentation de 0,21 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0331 0531 1711 2731 2851 2671 2511 3021 209
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1921 1451 1551 1241 1551 3051 4301 4021 444
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4441 5171 4591 3911 3821 2511 1851 3551 463
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 5711 6792 1062 3702 7232 7582 7602 7922 808
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,5 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 22,5 %, plus de 60 ans = 14,1 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 16,2 %, 30 à 44 ans = 22,1 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 18,1 %).
Pyramide des âges à Auneuil en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90  ans ou +
0,4 
4,6 
75 à 89 ans
7,6 
9,4 
60 à 74 ans
10,1 
22,5 
45 à 59 ans
22,1 
21,1 
30 à 44 ans
22,1 
18,8 
15 à 29 ans
16,2 
23,5 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Détails des céramiques en façade d'une des cités ouvrières de l'usine Boulenger.
  • Fabrique de céramiques Boulenger (fermeture en 1982). La céramique fut l'une des productions traditionnelles d'Auneuil grâce aux frères Boulenger qui vont fabriquer des céramiques architecturales durant tout le XIXe siècle, à partir d'un petit atelier racheté en 1848. Il s'agit de mosaïques faites de carreaux en céramique incrustés, moulés, se présentant le plus souvent dans les trois couleurs de base : ocre-jaune, rouge « sang de bœuf » et noir. Le jaune correspond à la teinte obtenue naturellement lors de la cuisson de l'argile locale. Le rouge « sang de bœuf » est obtenu à partir d'un mélange d'argiles. Les autres couleurs sont occasionnelles. Les usines et les cités ouvrières sont de part et d'autre de la route nationale. Elles sont recouvertes de céramiques et constituaient une véritable vitrine des productions Boulenger. Le musée est l'ancienne maison du maître des lieux (ci-dessous)
  • Tuileries (fermeture en 1982).
  • Scierie (fermeture en 1991).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Sébastien.
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Pitié
  • Lavoir.
  • Musée de la céramique Boulenger : Il fait partie d'un ensemble conservé, avec le magasin d'expédition[15], qui témoigne de la richesse et de la diversité des mosaïques produites par l'usine Boulenger (ci-dessus). Situé dans le quartier de l'ancienne gare, il s'agit de la maison patronale que le dernier frère Boulenger a légué à la commune à sa mort en 1900, avec de nombreux ouvrages et pièces de collection. Celui-ci en avait déjà fait un musée à partir de 1885. Les façades de la maison sont a elle seule de véritables pièces de collection puisqu'on y retrouve des réalisations d'exception distinguées lors des expositions universelles. La villa est de style néo-classique, d'inspiration gréco-romaine. Elle est classée au Monuments historiques depuis 1991. Le musée est actuellement géré par le département de l'Oise.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L.-E. Deladreue, « Auneuil : Notice historique et archéologique », Mémoires de la Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise, Beauvais, Imprimerie départementale de l’Oise, vol. 9,‎ , p. 389-480 (ISSN 1280-5343, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté préfectoral du 30 décembre 2016 portant création d'une commune nouvelle, in recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Oise no 111 de 2017, pp. 144-145 » (consulté le 11 janvier 2017).
  2. « aulne », sur Wiktionnaire (consulté le 19 octobre 2014)
  3. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, , 738 p., p 20
  4. Maurice Lebègue, Les noms des communes du département de l'Oise, Amiens, Société de Linguistique Picarde, , 234 p. (ISBN 2-9508260-0-8), p 34
  5. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, 17, Rue de l'Arsenal 75004 Paris, Errance, (ISBN 2-87772-089-6), p 37, p 39
  6. R. Lemaire, Histoire du département de l'Oise. 1re partie des origines à 1180, Beauvais, Centre Départemental de Documentation Pédagogique de l'Oise, , 333 p. (ISBN 2-903729-65-4)
  7. a b et c Georges-Pierre Woimant, Carte archéologique de la Gaule. L'Oise., Paris, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, , 570 p. (ISBN 2-87754-039-1), p 114
  8. « R. Christiaens réélu, B. Oguez surpris », L'Observateur de Beauvais, no 836,‎ , p. 22 (ISSN 1287-7565)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Évolution et structure de la population à Auneuil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  15. Ce dernier abrite encore un four exploité de nos jours par un potier japonais Sur annuaire-mairie.fr