Furius Antias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aulus Furius Antias)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Furius Antias était un poète de la Rome antique du IIe siècle av. J.-C., né à Antium[1].

Selon William Smith[2], son nom complet était Aulus Furius Antias et c'était lui le poète Furius dont Cicéron[3] dit qu'il était ami avec Quintus Lutatius Catulus, consul en -102[4]

Aulu-Gelle[5]défend ses néologismes contre le critique Caesellius Vindex.

Macrobe[6] cite plusieurs vers de ses Annales qui auraient été imités par Virgile.

Nietzsche le cite dans l'avant-propos du Crépuscule des idoles[7].

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Willy Morel, Fragmenta poetarum latinorum epicorum et lyricorum praeter Ennium et Lucilium, Leipzig, Teubner, 1927. (Rééd. Leipzig 1995.)
  • Furius Antias (Aulus Furius Antias) [fragmenta in aliis scriptis seruata]; Bibliotheca Teubneriana Latina.

Études[modifier | modifier le code]

W. W. Batstone, The Fragments of Furius Antias, The Classical Quarterly, New Series, Vol. 46, No. 2 (1996), pp. 387-402.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yvette Julien, édition d'Aulu-Gelle, Les nuits attiques, t. 4, Livres 16 à 20, Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 185.
  2. William Smith, « Bibaculus », dans Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, 1870.
  3. Brutus, ch. 35, § 132. (Coll. Budé, 1960, p. 45.)
  4. Smith, Dictionary
  5. Livre 18, ch. 11; voir Aulu-Gelle, Les nuits attiques, t. 4, Livres 16 à 20, Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 105-6.
  6. Saturnales, livre 6, ch. 1, par. 31 etc.
  7. Friedrich Nietzsche, Crépuscule des idoles, Paris, 1974, Editions Gallimard (Collection Folio essais), p. 9.