Augustin de Romanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Augustin de Romanet
Description de cette image, également commentée ci-après

Augustin de Romanet en 2012.

Naissance (55 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Formation

Augustin de Romanet de Beaune, né le à Boulogne-Billancourt, est un haut fonctionnaire et chef d’entreprise français, président-directeur général du groupe ADP depuis le 29 novembre 2012. Il a été directeur général de la Caisse des dépôts et consignations du 8 mars 2007 au 7 mars 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Augustin de Romanet est issu d'une famille de Saint-Martin-du-Vieux-Bellême dans l'Orne[1]. Les origines connues de la famille de Romanet remontent au XIIIe siècle : Les Romanet sont d’abord des tanneurs à Eymoutiers en Limousin, puis des propriétaires agricoles. Ils sont anoblis par Louis XIV en 1644[2].

Après une scolarité au collège Saint-Grégoire et au lycée Balzac à Tours, Augustin de Romanet intègre l'Institut d'études politiques de Paris (IEP) puis l'École nationale d'administration (ÉNA), dont il sort en 1986 au sein de la promotion Diderot[3],[4].

Conseiller gouvernemental[modifier | modifier le code]

Ministère des finances[modifier | modifier le code]

À la sortie de l'ÉNA, Augustin de Romanet intègre le ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie comme adjoint au chef du bureau de la politique salariale puis au chef du bureau de la synthèse budgétaire, à la direction du Budget. En mobilité, il est nommé attaché financier à la représentation permanente de la France auprès des Communautés européennes de 1990 à 1992, représentant la France au comité budgétaire, puis réintègre en 1993 la direction du Budget comme chef du bureau de la synthèse et de la politique budgétaire[5].

Entre 1995 et 1997, Augustin de Romanet rejoint les cabinets ministériels, puis pendant la troisième cohabitation (1997-2002), il retrouve la direction du Budget, comme sous-directeur chargé de mission auprès du directeur du Budget jusqu'en 1998, avant de devenir sous-directeur chargé du secteur transports, routes, industrie et recherche[5].

Cabinets ministériels[modifier | modifier le code]

La victoire de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1995 lui permet d'intégrer les cabinets ministériels. Augustin de Romanet devient conseiller technique auprès d'Alain Madelin lors de son éphémère passage comme ministre de l'Économie et des Finances, puis passe au service de François d'Aubert, secrétaire d'État au budget, dont il est conseiller technique puis directeur de cabinet. Il intègre ensuite comme conseiller chargé des Affaires budgétaires le cabinet d'Alain Lamassoure, ministre délégué au Budget et porte-parole du gouvernement. Il entre au service de Jean Arthuis, ministre de l'Économie et des Finances, après le départ d'Alain Madelin[6], comme chargé de mission auprès du ministre[3]. Puis il réintègre le ministère du budget pendant la troisième cohabitation.

Comme la première, la seconde victoire de Jacques Chirac à l'élection présidentielle en mai 2002 lui permet de revenir dans les cabinets ministériels. Augustin de Romanet devient alors directeur du cabinet d'Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire[4],[7] et directeur adjoint du cabinet de Francis Mer, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie. En 2004, il est appelé par Jean-Louis Borloo, nommé ministre de l'Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale, dont il devient directeur de cabinet, avant d'intégrer, la même année, le cabinet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin comme directeur adjoint[8].

Il est ensuite secrétaire général adjoint de la présidence de la République du au [9].

Chef d'entreprise[modifier | modifier le code]

Entre 1999 et 2002, Augustin de Romanet rejoint le secteur privé pour travailler dans l'entreprise d'investissement Oddo et Cie en tant que directeur jusqu'en 2000[4], puis associé-gérant de Oddo Pinatton Corporate, filiale de banque d'affaires du groupe Oddo et Cie[10].

À partir du 16 octobre 2006, il est directeur adjoint Finances et Stratégie groupe du Crédit agricole et membre de son comité exécutif.

Caisse des dépôts et consignations[modifier | modifier le code]

Le , Augustin de Romanet est nommé, par décision du conseil des ministres, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations en remplacement de Francis Mayer, décédé le [11]. Cette nomination, une des dernières décidées par Jacques Chirac avant la fin de son mandat, est apparue comme une option plutôt consensuelle, mettant fin à l'incertitude à la tête de l'institution après les hésitations des proches collaborateurs du président, Frédéric Salat-Baroux ou Maurice Gourdault-Montagne, tous deux pressentis pour le poste[4]. De par ce poste, il est également administrateur de : Accor (2007-2009), Dexia (2007-2011), Icade (2007-2011), Veolia (2007-2012) , CNP Assurances (2007-2012), CDC Entreprises (2007-2012), La Poste (2011-2012), Oséo (2011-2012).

De 2008 à 2012, il gère la création et occupe la présidence du conseil d’administration du Fonds stratégique d'investissement[12],[13].

En décembre 2007, Augustin de Romanet présente le plan « Elan 2020 » qui vise à moderniser la bicentenaire CDC autour de 4 axes : le logement, les universités, les PME, et l’environnement[14]. En septembre 2009, il donne son aval pour l’acquisition de 26% de La Poste par la CDC[15]. Il procède également à la création d’un comité d’investissement au sein de la CDC, instance obligatoirement consultée avant tout investissement important[16].

De 2011 à 2012, alors qu’il est président d'Egis, filiale à 75 % de la Caisse des Dépôts, Augustin de Romanet ouvre largement le capital aux salariés (25%) pour en faire une opération exemplaire d'association des collaborateurs à la vie et aux performances de leur entreprise[17].

À l'issue de son mandat de directeur général de la Caisse des dépôts, le 7 mars 2012, Augustin de Romanet a remis les mandats sociaux qu'il détenait à ce titre[16].

Groupe ADP[modifier | modifier le code]

Par un décret en conseil des ministres du [18], il remplace Pierre Graff, atteint par la limite d'âge le 11 novembre 2012, à la fonction de président-directeur général d'Aéroports de Paris (ADP). En juillet 2014, son mandat est reconduit pour une durée de 5 ans[19]. Il affiche l’ambition de faire du groupe ADP le leader mondial de la conception et de l’exploitation d’aéroports[20].

Sous son impulsion, la culture s’impose dans les aéroports parisiens avec l’ouverture d’un espace Musées à Paris-Charles de Gaulle (Augustin de Romanet a également été administrateur du Musée du Louvre Lens), et la présentation de différentes œuvres d’art dans les terminaux[21],[22]. Parallèlement, la modernisation des infrastructures permet l’arrivée de nouveaux points de vente, dont Carrefour City[23] et Victoria’s Secret[24], et l’ouverture d’un restaurant par le chef étoilé Guy Martin (« I Love Paris ») à Paris-Charles de Gaulle[25]. À Orly-Ouest, le premier espace business est créé pour permettre aux voyageurs d’affaires de se rencontrer, et mettre en avant les startups françaises[26].

Sa présidence est marquée par le lancement du plan stratégique Connect 2020 qui prévoit un investissement de 4,6 milliards d’euros pour moderniser les infrastructures et améliorer la qualité de service dans les aéroports parisiens[27].

Sous son impulsion, le projet CDG Express est relancé avec une ordonnance en date de février 2016 confiant la réalisation du projet au groupe ADP et à la SNCF[28],[29].

Sous son mandat, la fondation d’entreprise du groupe ADP prend son envol en se détachant de la Fondation de France[30], et le siège social parisien du groupe est transféré à Roissy afin d’y rassembler ses équipes alors éclatées entre Paris, Orly et Roissy[31].

En avril 2016, Aéroports de Paris crée sa nouvelle marque voyageurs, Paris Aéroport, et devient le Groupe ADP, une identité à deux niveaux visant à accroître la notoriété en France et à l’international d’un côté, et fédérer collaborateurs et nouveaux talents de l’autre[32]. Une campagne Paris vous aime est lancée pour communiquer sur le nouveau positionnement du groupe, dans le but de créer une “préférence parisienne forte”[33].

Le 26 juin 2015, Augustin de Romanet est élu Président de l’ACI Europe (Airport Council International)[34].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

  • 1986-1995 : Enseignant à l'IEP Paris
  • 1989-2008 : Conseiller municipal de Bellême dans l'Orne
  • 1992-1995 : Enseignant à l'ENA
  • 2007-2012 : Président du conseil de surveillance de la Société nationale immobilière
  • 2007-2012 : Présidence du directoire du Fonds de réserve des retraites
  • 2008-2010 : Membre du conseil des prélèvements obligatoires
  • 2009-2012 : Président-fondateur du Club des investisseurs de long terme
  • Depuis juin 2014 : Membre du conseil d’administration du Centre des professions financières
  • Depuis juillet 2014 : Administrateur de la RATP
  • Depuis avril 2015 : Administrateur de SCOR[35]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d'honneur (2007)
  • Prix du capitaliste de l'année (2008) par Le Nouvel Économiste[36].
  • Personnalité de l’année (2009), Trophées des sociétés d’investissement immobilier cotées (SIIC) pour son rôle dans la création en 2003 du statut de SIIC dans le cadre de la loi de finances et pour son initiative de faire adopter ce statut à Icade, filiale immobilière de la Caisse des Dépôts.
  • Prix du financier de l'année (2012), par le ministère des Finances pour son action à la tête de la Caisse des dépôts dans la gestion de la crise économique et financière[37].
  • Médaille d'or de l'Aéro-Club de France (2014)[38].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Début 2012, Augustin de Romanet publie Non aux 30 douloureuses[39] (prix littéraire 2012 de la rédaction de L'Express, catégorie "document"[40]), ouvrage dans lequel il analyse la crise économique et financière actuelle, à travers les cycles historiques et les récents événements. Il y prône le retour d'un État stratège, capable de reprendre le contrôle de la finance, dans un contexte mondialisé et une optique de long terme, conditions nécessaires pour redonner à la France une ambition[41].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Portrait. Augustin de Romanet, un Ornais a la tête des Aéroports de Paris », sur Ouest-france.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  2. Emmanuelle Andreani, « Les petits secrets du PDG d'Aéroprts de Paris », sur Capital.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  3. a et b Notice biographique, Who's Who in france, 2007
  4. a, b, c et d Anne Michel, « Augustin de Romanet, le joker de l'Elysée », sur Lemonde.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  5. a et b « Le CV d`Augustin de Romanet », sur Challenges.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  6. Nathalie Raulin, « Une polémique feutrée entre Bercy et Matignon . Couac autour du directeur de cabinet du ministre. », sur Liberation.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  7. « Comment recaser ses amis dans les cabinets », sur Liberation.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  8. « Augustin de Romanet nouveau dircab adjoint », sur Nouvelobs.com,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  9. Béatrice Gurrey, « Conseillers du président de la République et ministres fidèles cherchent point de chute », sur Lemonde.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  10. « Le Groupe Oddo Pinatton filialise son activité banque d’affaire », sur Oddo.eu,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  11. J. Carcellet, « Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des Dépôts », sur Lesechos.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  12. Yves Mamou, « Un an après sa création, le FSI suscite encore des interrogations », sur Lemonde.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  13. Olivier Pinaud, « Le FSI préserve son bénéfice malgré 229 millions de dépréciations en 2011 », sur Agefi.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  14. « La Caisse des Dépôts dévoile son plan «Elan 2020» », sur Batiactu.com,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  15. Marie Visot, « La Caisse des dépôts va prendre 26 % de La Poste », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  16. a et b Nathalie Raulin, « Augustin de Romanet, Caisse départ », sur Liberation.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  17. « Ingénierie : Augustin de Romanet président de Egis », sur Batirama.com,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  18. « Décret du 29 novembre 2012 portant nomination du président-directeur général de la société Aéroports de Paris - M. de Romanet de Beaune (Augustin) », sur Legifrance.gouv.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  19. « Les directeurs de la RATP et d'ADP reconduits dans leurs fonctions », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  20. Valérie Collet, « Gestion d’aéroports : ADP veut être leader mondial », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  21. « L'Espace Musées décolle à Roissy-Charles-de-Gaulle », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  22. François Delétraz, « Quand la culture s'invite à l'aéroport », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  23. Olivia Detroyat, « Carrefour City décolle dans les aéroports français », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  24. Anne-sophie Catala, « Lingerie: l'américain Victoria's Secret met un pied en France », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  25. Émilie Cabot, « Guy Martin, sa déclaration d’amour à Paris », sur Parismatch.com,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  26. Julien Noronha, « Promotion des Startups dans les Aéroports de Paris », sur Widoobiz.com,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  27. Frédéric Beniada, « Connect 2020 : l’immense chantier d’Aéroports de Paris », sur Franceinfo.fr,‎ (consulté le 9 juin 2015)
  28. Valérie Collet, « L'État donnera le feu vert au CDG Express jeudi à Roissy », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  29. Valérie Collet et Jean-Bernard Litzler, « Paris: le train express pour Roissy sur les rails », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  30. Corentin Roussel, « L'envol de la fondation d'entreprise Aéroports de Paris », sur Carenews.com,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  31. Valérie Collet, « ADP annonce son déménagement à Roissy », sur Lefigaro.fr (consulté le 9 juin 2016)
  32. Bruno Trevidic, « Aéroports de Paris devient « Paris Aéroport » », sur Lesechos.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  33. François Duclos, « Aéroports de Paris change d’identité (s) », sur Air-journal.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  34. Carole Bellemare, « Augustin de Romanet, le patron d'ADP, à la présidence des 450 aéroports d'Europe », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  35. « Informations sur les administrateurs de SCOR SE », sur Scor.com (consulté le 9 juin 2016)
  36. « Le Prix du « Manager de l’année » », sur Lenouveleconomiste.fr (consulté le 9 juin 2016)
  37. « Remise du Prix du Financier de l’ANDESE », sur Cairn.info,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  38. « Remise de la médaille lors de la soirée annuelle de l’Aéro-Club de France 2015 », sur Aeroclub.com (consulté le 9 juin 2016)
  39. Non aux 30 douloureuses, L'État n'a pas de temps à perdre - Augustin de Romanet, Éditions Plon, Paris avril 2012, 270 pages
  40. Laurent Martinet, « Augustin de Romanet: "Si l'Europe ne fait pas des pas de géant, elle va exploser" », sur Lexpress.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)
  41. Nathalie Legendre, « Perche. Augustin de Romanet : "Non aux 30 Douloureuses" », sur Le-perche.fr,‎ (consulté le 9 juin 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]