Augustin François Lemaître

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Augustin François Lemaître
Naissance
Décès
(à 72 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Maître
Élève
Lieu de travail
Bibliothèque de l'Institut de France à Paris, dessinée et gravée par Augustin-François Lemaître pour le dictionnaire de l'Académie française (1835).

Augustin François Lemaître, né le 20 septembre 1797 à Paris et mort le dans la même ville, est un graveur, lithographe, dessinateur, éditeur et photographe français. Il réalisa de nombreux dessins, estampes, et des réalisations de planches de cuivre et d'acier gravées ainsi que la publication d'ouvrages notamment chez l'éditeur Firmin Didot Frères. Il représenta de nombreux paysages, monuments, architectures et personnages, notamment lors de ses nombreux voyages à travers l'Europe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Augustin François Lemaître fait son apprentissage sous la direction de son maître, le peintre Achille Etna Michallon. Il s'oriente vers la gravure, le dessin et la technique de la lithographie. Il commence sa carrière professionnelle dans l'atelier du graveur Claude-François Fortier, puis ouvre son propre atelier de gravure, au 32 rue Mazarine à Paris[1]. Il y accueillera des étudiants en art, notamment Auguste-Alexandre Guillaumot.

En 1825, Augustin François Lemaître fait la connaissance de Nicéphore Niépce, l'année où ce dernier réalise son cliché photographique Point de vue du Gras. Nicéphore Niépce fait appel à un graveur, en la personne d'Augustin Lemaître, pour le conseiller et effectuer des tirages sur papier à partir de ses plaques gravées. Ce dernier l'aide dans la réalisation d'images gravées sur du cuivre en utilisant la technique de l'eau-forte, et pour obtenir des images avec le bitume[2]. Niépce lui fait découvrir l'héliographie et la technique d'impression des images photographiques sur papier, en combinant le transfert d'un positif photographique sur un vernis photosensible et la taille-douce. Ils collaborent ainsi dans l'élaboration de plusieurs œuvres suivant cette technique. « Les gravures répertoriées dans la lettre de Lemaître [à Niépce] du 28 mars 1827 devaient, en premier lieu, être suffisamment petites pour s’adapter aux dimensions réduites des plaques métalliques de Niepce ; d’autre part, elles devaient correspondre précisément à l’éventail des techniques disponibles, présentant des lignes clairement définies qui s’accordent aux projets de Niepce : des gravures à l’eau-forte ou au burin, des aquatintes et des mezzotinto[3]. »

Augustin François Lemaître s'intéresse également au nouveau procédé photographique du daguerréotype mis au point par son contemporain Louis Daguerre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il réalise de nombreuses planches destinées à plusieurs ouvrages d'art et dictionnaires, notamment pour :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Correspondances de Nicéphore Niépce.
  2. Biographie de Nicéphore Niépce, musée Nicéphore Niépce
  3. Stephen Bann, « L’importance de la relation Niépce-Lemaître, d’après Photographie et reproduction gravée. L’économie visuelle au XIXe siècle », Études photographiques, n°9, mai 2012.
  4. Lire en ligne sur Gallica [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :