Augustin Bizimungu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bizimungu.


Augustin Bizimungu, né le dans la préfecture de Byumba au Rwanda, est un général hutu des anciennes Forces armées rwandaises (FAR).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à l'attentat du 6 avril 1994 contre le président Juvénal Habyarimana, Augustin Bizimungu était colonel des Forces armées rwandaises et commandant de la région militaire de Ruhengeri. Il y avait alors acquis une grande estime et une grande popularité au sein des Forces armées rwandaises et de la population rwandaise en mettant en échec certaines offensives menées par les rebelles du Front patriotique rwandais, comme en à Ruhengeri[1].

Selon le général canadien Roméo Dallaire[2], Augustin Bizimungu a été nommé général et chef permanent de l'armée au lendemain de l'attentat du contre l'avion du président Juvénal Habyarimana, dans lequel décède le général Déogratias Nsabimana, jusqu'alors chef d'état-major.

Mais Bernard Lugan affirme quant à lui[1] que c'est le colonel Marcel Gatsinzi qui devient chef d'état-major de l'armée rwandaise par intérim le , avant d'être remplacé par Augustin Bizimungu dix jours plus tard, soit après la reprise des hostilités par les rebelles du Front patriotique rwandais et le début des massacres et du génocide. Selon Bernard Lugan[1], le , Marcel Gatsinzi est promu brigadier général tandis qu'Augustin Bizimungu est promu major-général.

La thèse de Bernard Lugan rejoint celle de Serge Desouter, expert près le Tribunal pénal international pour le Rwanda, qui a produit une lettre du Ministère de la défense du Rwanda destinée au représentant de l'ONU dans le pays quant à une proposition de cessez-le-feu entre les FAR et le FPR en date du et signée par Marcel Gatsinzi en sa qualité de chef d'état major ad interim[3].

L'acte d'accusation du Tribunal pénal international pour le Rwanda à l'encontre d'Augustin Bizimungu retient d'ailleurs la date du comme celle de nomination de Augustin Bizimungu à la tête de l'armée[4].

Après le mandat d'arrêt du Tribunal pénal international pour le Rwanda à l'encontre d'Augustin Bizimungu du , le gouvernement angolais l'a arrêté et transféré en au TPIR à Arusha en Tanzanie[5]. Le 17 mai 2011, il a été reconnu coupable de génocide et de crimes contre l'humanité par le TPIR et condamné à 30 ans de prison. Il a fait appel mais le 30 juin 2014, le TPIR a confirmé cette condamnation [6].

Interprétation au cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le film Hôtel Rwanda, sorti en 2005, le personnage d'Augustin Bizimungu est interprété par Fana Mokoena[7].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) Bernard Lugan, Rwanda, Contre-enquête sur le génocide, Éditions Privat,‎ (ISBN 2708968750)
  2. (fr) Roméo Dallaire, J'ai serré la main du diable : la faillite de l'humanité au Rwanda, Libre Expression, coll. « Hors Collection »,‎ (ISBN 276480072X)
  3. (fr) Serge Desouter, Rwanda : Le procès du FPR, L'Harmattan,‎ (ISBN 9782296025592)
  4. «Procès Militaires I et II»[précision nécessaire]
  5. (fr) « Rwanda : le général Bizimungu est livré au TPIR », Radio-Canada,
  6. « Génocide rwandais : 30 ans de prison en appel contre l'ex-chef de l'armée », Le Monde.fr,
  7. (en) Hotel Rwanda sur l’Internet Movie Database

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]