Auguste Vinchon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vinchon.
Auguste Vinchon
Auguste Vinchon self portrait.jpg
Auguste Vinchon, Autoportrait, localisation inconnue.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
Bad EmsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Lieu de travail
Distinction
Prix de Rome ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Auguste Jean Baptiste Vinchon, né à Paris en 1789 et mort à Ems (duché de Nassau) en 1855, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Auguste Vinchon obtient le grand prix de Rome en 1814. À son retour d'Italie, il est chargé de peindre les fresques Saint Maurice et ses compagnons massacrés par l'armée romaine et Saint Maurice, saint Candide et saint Exupère refusant de sacrifier aux faux dieux[1] dans la chapelle sainte Jeanne d'Arc (anciennement dédiée à saint Maurice) de l'église Saint-Sulpice à Paris.

Entre 1833 et 1835, il peint Boissy d'Anglas à la séance du 1er prairial an III dans le cadre d'un concours pour la décoration de la salle des séances de la nouvelle Chambre des Députés, au Palais Bourbon[2], mais le tableau ne sera jamais exposé au parlement. La peinture orne aujourd'hui la salle des mariages de l'hôtel de ville d'Annonay, qui l'a acquise en 1838.

Son immense tableau exécuté en 1853 Les Enrôlements volontaires du 22 juillet 1792 est conservé au musée de la Révolution française à Vizille[3]. Il a peint la voûte du Palais Brongniart en grisailles.

Auguste Vinchon est enterré à Paris au cimetière du Père-Lachaise (37e division)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Guide Saint-Sulpice édité par la Paroisse Saint-Sulpice, décembre 2004
  2. Voir Diacritiques, Boissy d'Anglas à la Convention (1er prairial an III)
  3. cosmovisions.com, Les Enrôlements volontaires, J.-B. Vinchon.
  4. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 344