Auguste Paris (sculpteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paris (homonymie).
 Ne doit pas être confondu avec Auguste Paris (ministre) ou Auguste Simon Paris.
Auguste Paris
Auguste Paris.jpg

Auguste Paris

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
ColombesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Détail du Monument à Danton, bronze, 1891, place Henri-Mondor, Paris.

Auguste Paris, né à Paris le 3 janvier 1850 et mort à Colombes le 24 mars 1915, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Auguste Paris est l'élève des sculpteurs François Jouffroy et Jean-Alexandre-Joseph Falguière à l'École des beaux-arts de Paris.

Une de ses œuvres les plus connues est le Monument à Danton, commandé pour le centenaire de la Révolution française et inauguré en 1891 au carrefour de l'Odéon à Paris.

Auguste Paris est aussi sollicité par la ville de Villeneuve-sur-Lot dans le cadre de cette même commémoration pour réaliser L'Ère nouvelle, dite aussi La République, sculpture en bronze, qui est fondue sous le régime de Vichy.

Il se voit décerner une médaille troisième classe en 1876 pour Adonis mourant, une médaille de deuxième classe en 1880 pour Orphée et Eurydice, une médaille de première classe en 1882, une médaille d’or à l’Exposition universelle de 1889.

Il est élevé au rang de chevalier de la Légion d'honneur, le 3 janvier 1892[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Adonis expirant, plâtre, Salon de 1876[2]
  • Adonis expirant (vers 1876), dessin, département des Arts graphiques du musée du Louvre[3].
  • Orphée et Eurydice , plâtre, Salon de 1880[4].
  • La Fugitive (1885), groupe en bronze, jardin du gouverneur, promenade des Allées, Arras[5].
  • La Liberté de 1789 (1889), bronze, parc Montsouris, Paris. Fondu sous le régime de Vichy[6].
  • Monument au sergent Bobillot (1889), bronze, boulevard Richard-Lenoir, Paris. Fondu sous le régime de Vichy[7].
  • Monument à Danton (1891), bronze, place Henri-Mondor, Paris[8].
  • L'Ère nouvelle ou La République (1894), Villeneuve sur Lot, bronze. Fondu sous le régime de Vichy[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]