Auguste Nisard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Auguste Nisard
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Nationalité
Activités
Père
Hilaire François Alexandre Nisard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Armand Nisard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Jean Marie Nicolas Auguste Nisard, né le à Châtillon-sur-Seine, mort le , est un universitaire français.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Professeur de rhétorique au collège Bourbon, reçu docteur ès lettres en 1845, il est nommé en 1855 recteur de l’académie de Grenoble et en 1855 inspecteur de l’Académie de la Seine.

Admis à la retraite en 1872 avec le titre de recteur honoraire il est nommé doyen de la Faculté des lettres (1875) et professeur d’éloquence latine lors de la fondation de l’Institut catholique de Paris.

Publications[modifier | modifier le code]

Outre ses thèses, dont la principale était un Examen des poétiques d’Aristote, d’Horace et de Boileau, in-8°), Auguste Nisard a publié

Il a écrit en outre :

  • le Libre retour à la foi (1853, in-8) ;
  • la Franchise de la chaire chrétienne,
  • un sermon de Bossuet (1883, gr. in-8°) ;
  • la Maison et l’Église, souvenirs d’un enfant catholique (1884, in-18) ;
  • les Deux imitations de Jésus-Christ,
  • le texte et la traduction de Corneille comparés (1888, in-8°).

Il a collaboré

Filiation[modifier | modifier le code]

Frère de l’écrivain Désiré Nisard et de l’érudit Charles Nisard, il épouse le Jeanne-Pauline Bertrand.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décoré de la Légion d’honneur le , il est promu officier le .

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, t. 1, Paris, Hachette, 1893, p. 1175.