Auguste Mudry (avionneur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Auguste Mudry (ingénieur))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auguste Mudry et Mudry.
Auguste Mudry
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
Nationalité
Activité

Auguste Mudry, né le 17 juillet 1917 à Seytroux (Haute-Savoie) et mort le 5 août 2006 à Bernay (Eure), est un constructeur français d'avions de voltige aérienne.

En 1936, il devient mécanicien puis pilote dans l'armée de l'air, qu'il quitte en 1939[1].

En 1942, il devient chef de section, puis directeur général de l’aryanisation économique au Commissariat général aux questions juives[2]. Il l'a fait: "Pour éviter de travailler pour le Reich" dira-t-il.

Devenu pilote professionnel, il est chef-pilote à Annecy, à Châteauroux puis à Moisselles

En 1953, il réorganise la pratique du planeur en France et jette les bases de la future FFVV (fédération française de vol à voile) dont il sera le premier président en 1966.

En 1958, il crée la CAARP (Coopérative des Ateliers Aéronautiques de la Région Parisienne) à Beynes (78) et construit des avions CP320 Emeraude conçus par Claude Piel. En 1965, il conçoit le CP100 sur la base d'un Emeraude, puis le biplace-école de voltige CAP 10 en 1968[3]. Cet avion sera construit à 300 exemplaires et sera acheté par l'Armée de l'air pour la formation initiale de ses pilotes. Dans le civil, cet appareil va relancer la voltige aérienne en France.

En 1969, le CAP-20 fait son 1er vol, c'est un monoplace de compétition.

En 1978, la CAARP arrête son activité, la société « Avions Mudry » est créée à Bernay dans l'Eure.

En 1985 sort le CAP-230, monoplace de compétition de niveau international. Il sera amélioré en CAP-231 puis 232. Grâce à cette série d'avions, différents pilotes français deviendront champion d'Europe et champion du monde de voltige aérienne.

Depuis 1997, les CAP-10 et CAP-232 sont construits par APEX Aviation, la société Mudry ayant été liquidée en 1996. Auguste Mudry meurt à Bernay, le 5 août 2006. Sa tombe se trouve à Seytroux, en Haute-Savoie.

En 2007, l'inauguration d'un rond-point à son nom par la ville de Bernay fait polémique en raison de son passé dans l'administration de Vichy[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Auguste MUDRY », sur www.aeroclubbernay.fr (consulté le 15 décembre 2018)
  2. « Le passé trouble d’Auguste Mudry, l’avionneur bernayen », sur www.paris-normandie.fr (consulté le 15 décembre 2018)
  3. devoitine520, « Mudry Cap.10 », sur avionslegendaires.net (consulté le 15 décembre 2018)
  4. « Faut-il débaptiser le rond-point Auguste-Mudry, à Bernay ? », sur www.paris-normandie.fr (consulté le 15 décembre 2018)