Auguste Mallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auguste Mallet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Informations
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 33 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
1936 A. Leducq - Mercier
1937-1942 Helyett-Hutchinson
1942 Genial Lucifer
1942-1943 Europe
1943 France Sport-Dunlop
1944-1946 Rochet-Dunlop

Auguste Mallet (né le à Thiergeville et mort le à Paris) est un coureur cycliste français. Professionnel de 1936 à 1946, il a remporté une étape de Paris-Nice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Surnommé « Trompe la mort »[1], Auguste Mallet connaît une succession de drames tout au long de sa carrière. En 1937, une chute lors de Paris-Roubaix lui vaut d'être hospitalisé dans le coma à l'hôpital de Beauvais pendant une semaine. Au début de la saison 1938, il se fracture le crâne après une chute dans la descente du col de la République lors d'une étape de Paris-Nice. Remis de ses blessures, il dispute le Tour de France 1938 au cours duquel il est renversé par un suiveur dans la descente du col d'Izoard. Grièvement blessé, il est victime d'une éventration. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est blessé lors des combats à Dunkerque et reçoit la croix de guerre et la médaille militaire pour conduite héroïque. De retour à la compétition après la Libération, il est renversé par une voiture lors des championnats de France 1944, puis est à nouveau hospitalisé pendant une durée de deux mois après avoir lourdement chuté sur la course Rouen-Caen-Rouen en 1945. Ces blessures à répétition n'entament pas sa détermination : Auguste Mallet remporte ainsi le Grand Prix des Alpes en 1946. Il trouve pourtant la mort la même année : le 9 décembre, alors qu'il circule à vélo dans Paris, il tombe et est écrasé par un camion. Il meurt pendant son transfert à l'Hôtel-Dieu, à l'âge de 33 ans[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Vergne, « Cannibale, Chéri-pipi, Wookie, Andy torticolis… le Top 20 des surnoms mythiques du cyclisme », sur eurosport.fr, Eurosport, (consulté le 2 juillet 2016).
  2. Jacques Augendre, Petites histoires secrètes du Tour..., Solar, (ISBN 978-2-263-06987-1), p. 270.

Liens externes[modifier | modifier le code]