Auguste Joseph Tribout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Auguste Joseph Tribout
Auguste Joseph Tribout

Naissance
Eswars (Nord)
Décès (à 67 ans)
Bellancourt (Somme)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1783-1815

Auguste Joseph Tribout, né le à Eswars (Nord), mort le à Bellancourt (Somme), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de service[modifier | modifier le code]

Il entre en service le , comme soldat au régiment de Flandre, il devient caporal le 4 novembre 1787, et il quitte le service le 16 août 1789.

Il reprend du service le , comme caporal dans la Garde nationale soldée de Paris, et le 15 décembre 1790 il passe capitaine dans la Garde nationale de son canton. Le 12 janvier 1792 il est tambour major au 2e bataillon de volontaires de Seine-inférieure, et il est nommé lieutenant-colonel en second de ce bataillon le 16 septembre 1792.

Il est promu général de brigade le , et général de division le , commandant de la place de Brest. Le 18 novembre 1793, il est battu par les Vendéens à la bataille de Pontorson. Il est destitué le , et le 9 septembre 1796, il est rétrogradé au grade de chef de bataillon, sans affectation.

Il est rappelé à l’activité le 22 février 1799, comme chef de bataillon à la suite, et le 23 août 1799? il prend le commandement du 1er bataillon auxiliaire de la Somme. Employé à l’armée du Rhin, il est réformé le .

Il est remis en activité le , comme commandant du 16e bataillon des prisonniers espagnols, employé aux travaux de Cherbourg, jusqu’au 30 avril 1814. Il est mis en demi-solde le , et il est admis à la retraite le .

Il meurt le 25 mars 1834 à Bellancourt (Somme).

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) « Generals Who Served in the French Army during the Period 1789 - 1814: Eberle to Exelmans »
  • Ernest Prarond, Notices historiques, topographiques et archéologiques sur l’arrondissement d’Abbville, imprimerie T.Jeunet, Abbeville, , p. 33.
  • Étienne Charavay, Correspondance générale de Carnot, tome 4, imprimerie Nationale, , p. 161.
  • Charles Théodore Beauvais et Vincent Parisot, Victoires, conquêtes, revers et guerres civiles des Français, depuis les Gaulois jusqu’en 1792, tome 26, C.L.F Panckoucke, , 414 p. (lire en ligne), p. 217.