Auguste Hollard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Auguste Hollard, né à Paris le 23 mai 1869 et mort à Paris le 22 juillet 1943, est un physicien, chimiste, traducteur et historien des religions français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était professeur de physique nucléaire et d'électrochimie à l'ESPCI et à la Sorbonne. Il a aussi écrit des ouvrages sur la religion et a traduit en français les travaux du chimiste Wilhelm Ostwald. Il a épousé Pauline Monod. Il était le père du résistant Michel Hollard ainsi que le grand-père du chef d'orchestre Florian Hollard[2].

Publications scientifiques[modifier | modifier le code]

  • L'alcool et l'alcoolisme, Jeulin, Paris, 1897.
  • La théorie des ions et l'électrolyse, Carré et Naud, Paris, 1900, Gauthier-Villars , Paris, 1912.
  • L'Alcool est-il un aliment?, Aberlen, Vals-les-bains, 1903.
  • Les principes scientifiques de la chimie analytique, traduction de l'ouvrage de Wilhelm Ostwald, Naud, Paris, 1903.
  • Contribution à l'étude théorique et pratique de l'analyse électrolytique, thèse de doctorat, Saint-Maur, 1905.
  • Notice sur les travaux scientifiques de M. Auguste Hollard, Bouillant, Saint-Denis, 1907.
  • La Matière est-elle vivante?, Coueslant , Paris, 1910.
  • Analyse des métaux par électrolyse, Dunod et Pinat, Paris, 1919.
  • Les Principes de la chimie moderne, Stock, Paris, 1924.

Publications historiques[modifier | modifier le code]

  • L'Homme collaborateur de la création, Montbéliard, 1913.
  • Le Problème du mal vu à travers l'égoïsme des lois de la nature, Fischbacher , Paris, 1916.
  • Apothéose de Jésus, Ernest Leroux, Paris, 1921.
  • L'Attitude de Jésus en face de la tradition, Montbéliard, 1922.
  • Le Dieu d'Israël, préface d'Adolphe Lods, œuvres publiées sous la direction d'Edmond Fleg, Rieder, Paris, 1933.
  • Saint Paul, Jean Crès, Paris, 1934.
  • Deux hérétiques : Marcion et Montan, Nouvelle Revue critique, Paris, 1935.
  • Histoire du texte du Nouveau Testament, Berger-Levrault , 1936.
  • Les Origines des fêtes chrétiennes, Nouvelle Revue critique, Paris, 1936.
  • Les Cultes de mystères, Berger-Levrault, Paris, 1938.
  • Michel Servet et Jean Calvin, Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, tirage à part.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Dieu d'Israel, d'Auguste Hollard, recension sur Persée.
  2. Généalogie d'Auguste Hollard, sur le site de la Société Genevoise de Généalogie.