Auguste Gaspard Louis Desnoyers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Auguste Gaspard Louis Desnoyers
Desnoyers, Auguste Gaspard Louis.jpg
Desnoyers
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Lieu de travail
Distinctions
Pour le Mérite pour les sciences et arts (d)
Officier de la Légion d'honneurVoir et modifier les données sur Wikidata

Auguste Gaspard Louis Boucher-Desnoyers, né à Paris le et mort à Paris le , est un peintre et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Louis Boucher-Desnoyers, commissaire de la maison militaire de Monsieur (futur Louis XVIII) et de Marie-Sophie de la Tour, fille d'un capitaine aux gardes françaises, chevalier de Saint-Louis[1].

Il étudie le dessin sous Lethière, la gravure sous Pierre Alexandre Tardieu et particulièrement le pointillé auprès de Louis Darcis.

Il publie à partir de 1796 nombre d'œuvres remarquables. Son coup de maître reste La Belle Jardinière (1804) d'après Raphaël, une commande de la Chalcographie du Louvre, qui lui vaut l'intérêt de l'Empereur dont il fait le portrait officiel d'après François Gérard.

Tous ses talents lui valent, avec l'aisance, un fauteuil à l'Académie des beaux-arts en 1816, ainsi que les titres de premier graveur du roi en 1825 et de baron en 1828. Le roi Louis-Philippe le fit officier de la Légion d'honneur et le baron Desnoyers grava jusqu'en 1846.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. F. Halevy, Institut Impérial de France Notice sur la vie et les travaux de M. le Baron BOUCHER-DESNOYERS, Paris, FIRMIN DIDOT Frères, Fils et Cie, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • Henri Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle : guide de l'amateur d'estampes modernes, vol. 5, Paris, Librairie L. Conquet, 1886, p. 201-203.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :