Auguste Buisseret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buisseret.
image illustrant Liège image illustrant un homme politique image illustrant belge
Cet article est une ébauche concernant Liège et un homme politique belge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Auguste Buisseret
Fonction
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
LiègeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Auguste Dieudonné Eugène Buisseret est un homme politique belge libéral, né à Beauraing le et mort à Liège le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Brillant avocat, militant wallon et francophile, Auguste Buisseret mènera une carrière politique d'importance de personnalité d'opinion libérale, architecte de la décolonisation du Congo. Sur le plan communal, il sera conseiller communal à Liège (1930-1965), échevin des Finances et des Secteurs industriels (1934-1937) puis échevin de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (1937-1939). Il est élu sénateur en 1939 mais la guerre éclate. Son passé antifasciste et anti-rexiste, son action patriote (il défend les patriotes devant les tribunaux durant l'Occupation) le font arrêter par les Allemands. Relâché, il s'enfuit à Londres où il devient conseiller juridique de plusieurs départements ministériels.

À la Libération, il occupe plusieurs postes ministériels consécutifs :

  • Ministre de l'Instruction publique (1945, 1945-1946)
  • Ministre de l’Intérieur (1946-1947) - contribuant alors à la fondation du Conseil d’État -
  • Ministre des Travaux publics (1949-1950)
  • Ministre des Colonies (1954-1958), où ses tentatives de réforme se heurteront au conservatisme.

Sénateur de Liège (1939-1946), sénateur provincial (1946-1949 ; 1949-1961), vice-président du Sénat (1947-1949), il devient bourgmestre de Liège le 1er janvier 1959, poste dont il démissionne en 1963 pour raisons de santé.

Une de ses premières décisions en tant que Ministre de l'Instruction publique est de licencier l'Inspecteur général, Léon Jeunehomme, pédagogue de réputation internationale et auteur du Plan d'Etudes qui, en 1936, avait modernisé l'enseignement primaire. Léon Jeunehomme répondra par une lettre publique acerbe, comparant son licenciement à celui qu'il avait vécu en 1940 sous l'occupation nazie.[2]

Hommage[modifier | modifier le code]

La rue Auguste Buisseret à Liège commémore son nom.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. http://www.wallonie-en-ligne.net/1995_Cent_Wallons/Buisseret_Auguste.htm
  2. Lettre de Léon Jeunhomme à Auguste Buisseret, 10 septembre 1945.
  3. « Auguste Buisseret, officier (historique) », sur Connaître la Wallonie,‎ (consulté le 24 août 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]