Auguste Baud-Bovy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Auguste Baud-Bovy
Auguste Baud-Bovy.jpg
La Fin d'un jour (1895), Paris, musée d'Orsay.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
DavosVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Berger consultant l'horizon (1879), château de Gruyères.
Portrait du graveur Laval (1879), château de Gruyères.

Auguste Baud-Bovy, né à Genève le , et mort à Davos le , est un artiste-peintre paysagiste, portraitiste, panoramiste et peintre de genre suisse.

Le chalet a été un de ses thèmes principaux. Il a peint et posé son chevalet sur le motif[1] en montagne et dans la neige.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’Henri-Georges Baud, directeur d’une maison de joaillerie, et d’Augusta Dutertre.

Dès la petite enfance, Auguste Baud fréquente le château de Gruyères, demeure appartenant à la famille des joailliers Bovy. Dans les années 1860, ce lieu accueille des artistes, où peintres et musiciens se retrouvent, et où est fondée une société fouriériste, « La Colonie ». On y croise Camille Corot, Gustave Courbet, Francis Furet (1842-1919), Charles Giron, Édouard John Ravel, Hugues Bovy, Léon Gaud (1844-1908)... Le jeune Auguste devient l'élève de Barthélemy Menn, ami des artistes précités, et également familier du cercle dominé par la figure du peintre Henri-Daniel Bovy (1812-1862), qui leur demande de redécorer le château de Gruyères. En 1868, Auguste épouse Zoé Bovy (1839-1917), peintre sur émail, fille de Jules Bovy (1810-1844), médailleur, frère d'Henri-Daniel et d'Antoine Bovy[2]. Il signe ses tableaux « Baud-Bovy » et apprend, pour vivre, le métier de sa femme.

À partir de 1873, il entretient des relations amicales avec les réfugiés de la Commune de Paris (1871) à Genève, notamment Henri Rochefort, Paul Pia, ou les anarchistes Élisée Reclus et Élie Reclus. Avec un passeport volé par son père, il a permis à Gustave Courbet d'entrer en Suisse[3].

Il délaisse le château en 1885, vit à Paris où il tente d'exposer, puis part s'installer en 1888 dans un chalet à Aeschi. L'écrivain Joris-Karl Huysmans lui rend visite et lui fait part de son angoisse en montagne.

Avec Eugène Burnand et Francis Furet, il travaille au Panorama des Alpes bernoises (perdu), destiné à la World's Columbian Exhibition de Chicago (1893).

Avec Zoé, il a eu deux fils, André-Valentin, peintre et Daniel, écrivain, également conservateur du musée Rath, directeur de l'école des beaux-arts de Genève, président de la Commission fédérale des beaux-arts.

Il a entretenu une correspondance épistolaire avec Eugène Grasset, et visité Gustave Courbet à La Tour-de-Peilz et peint à ses côtés.

Il est le grand-père de Samuel Baud-Bovy. Son cousin Maurice Baud (1866-1915), imprimeur, graveur sur bois, illustrateur et collaborateur des Cahiers vaudois a traduit certains de ses tableaux.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Auguste Baud-Bovy expose au Salon à Paris :

  • 1875 : Tante Louise ; Blessé à mort[4]
  • 1876 : Portrait de Mme P...[5]
  • 1877 : Les provisions ; Portrait de Mme C. B...[6]
  • 1878 : Un fumeur[7]
  • 1883 : Portrait d'enfant[8]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1877 : Lyon, Palais des Arts, Exposition de la société des Amis-des-arts de Lyon
    Fantaisie[9] ; Promenade à âne[9]

Expositions posthumes

  • 1899 : Genève, Musée Rath
  • 1930 : Genève, Musée Rath, Exposition d'œuvres du peintre Auguste Baud-Bovy (1848-1899) du 10 au [10]
  • 1957 : Genève, Musée Rath, Musée de l'Athénée, 1957 (Cent ans de peinture genevoise : à l'occasion du centenaire de la Société des amis des beaux-arts[11]
  • 2015 : Ornans, Musée Courbet, Auguste Baud-Bovy (1848-1899) : Poète de la montagne, au [12], réunissant une quarantaine d'œuvres dont la quasi-totalité est signée de Baud-Bovy, comprenant des paysages, des bergers et une quinzaine de portraits[13].

Œuvres dans des collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Berne, musée des beaux-arts
    • Église d'Aeschi
  • Genève, Musée d'art et d'histoire[14]
    • Portrait de tante Louise, 1869
    • Autoportrait au grand chapeau, 1870
    • Portrait de dame âgée, vers 1872
    • Portrait d'Antoine Bovy, 1873
    • L'Homme à la toque, 1877, autoportrait
    • Portrait du peintre Desboutin, 1879
    • La Chasse aux papillons (La Montagne du jeu de boules), 1879
    • Jeune garçon au béret rouge, vers 1880
    • Portrait de Marc-Louis Bovy, 1881
    • Gitano Mariano, 1881
    • Portrait de Geneviève Pain, enfant, 1883
    • Portrait du peintre François Diday, 1883
    • Portrait de Castagnary, 1884
    • Portrait d'après photographie de Marc Barry (1823-1884), 1886
    • La Blümlisalp, depuis Aeschi, 1886
    • La Lutte suisse, 1887
    • Sous-bois, vers 1887
    • Sortie d'église, 1889
    • Le Crépuscule dans la Vallée (La Vallée de Lauterbrunnen), 1891
    • L'Eiger au soleil couchant, 1891
    • La Vallée de Spiggengrund, 1893
    • Portrait de Barthélemy Menn mourant, 1893, dessins
    • La Montagne (Le Niesen de la Sould), 1895
    • Portrait de Laval, 2e moitié du XIXIe siècle
  • Gruyères, château, salle Furet
    • Berger consultant l'horizon, 1879 ; Portrait du graveur Laval, 1879
  • Lausanne, Musée cantonal des beaux-arts[15]
    • Lioba ! Berger de l'Oberland bernois rappelant son troupeau, 1886, huile sur toile, 130 × 98 cm, Inv. 1058
  • Paris, musée Carnavalet
  • Paris, musée d'Orsay[17]
    • La Fin d'un jour vers 1895 ; Sérénité, vers 1895
  • Zurich, Kunsthaus
  • Fondation Gottfried Keller

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

  • Intérieurs du chalet du peintre Albert Anker
  • Intérieurs du chalet du peintre Édouard Girardet
  • Série sur le thème Les gestes héroïques des bergers
  • Les Chèvres. Un coin dans l'Oberland (1886)
  • De mon jardin : Aeschi et le Stockhorn (1889)
  • Un matin dans un jardin d'Aeschi (septembre 1889)
  • Le Village d'Aeschi (1890)
  • Lys et chalet (1896)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valentina Anker, Auguste Baud-Bovy, Benteli, 1991, (ISBN 3-7165-0789-X)
  • Widmer, Johannès. - Auguste Baud-Bovy : 1848-1899. Dans: L'art en Suisse. - Genève. - Février 1930, p. 33-54[18]
  • Chapitre sur le symbolisme du chalet dans Relevés, dessins et photographies de constructions rurales du Canton de Vaud, Recherche du département d'architecture de l'EPFL (1967-1970) publiée en 1972.
  • Charles Morice (1860-1919): Vingt oeuvres du peintre Baud-Bovy (1848-1899). Illustrations Maurice Baud (1866-1915)In-fol., 18 p., 20 pl.Genève : Cercle des Arts et des Lettres , 1901
  • Archives privées de personnes et de familles de la bibliothèque de Genève : Baud-Bovy, famille (19e-20e s.). Papiers personnels, papiers des familles Baud et Bovy correspondances, œuvres, papiers littéraires, divers, journaux, collections de documents, photographies, carnets de croquis, dessins. Le fonds concerne en particulier Auguste (1848-1899), peintre et Daniel Baud-Bovy (1870-1958), écrivain et critique d'art, directeur du musée et de l'école des beaux-arts. — 26.3 m. — Instruments de recherche inédits. — Instruments de recherche publiés : Philippe M. Monnier, « Les Archives Baud-Bovy à la Bibliothèque publique et universitaire », in Genava, n.s., t. XVIII/1, 1970. — Cote(s): Archives Baud-Bovy 1-302; non catalogué (1985/15 ; 2000/5; 2005/53) ; cotes diverses.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Témoignages par la collection particulière de l'historienne de l'art genevoise Valentina Anker, Photographies d'Auguste Baud-Bovy, publié en 1991, à Berne.
  2. Jules Jullian Jean Bovy, sur le site Société Genevoise de Généalogie
  3. (de) Valentina Anker, et al., Von Anker bis Zünd – Die Kunst im jungen Bundesstaat 1848–1900, in: Zürich, Scheidegger & Spiess/Kunsthaus Zürich, 1998, p. 389.
  4. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture... des artistes vivants, exposés au palais des Champs-Élysées le , Imprimerie nationale, Paris, 1875 (en ligne), p. 16.
  5. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture... des artistes vivants, exposés au palais des Champs-Élysées le , Imprimerie nationale, Paris, 1876 (en ligne), p. 13.
  6. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture... des artistes vivants, exposés au palais des Champs-Élysées le , Imprimerie nationale, Paris, 1877 (en ligne), p. 16.
  7. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture... des artistes vivants, exposés au palais des Champs-Élysées le , Imprimerie nationale, Paris, 1878 (en ligne), p. 13.
  8. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture... des artistes vivants, exposés au palais des Champs-Élysées le , Bernard et Cie, Paris, 1883 (en ligne), p. 13.
  9. a et b Livret explicatif des ouvrages de peinture, sculpture, dessin... admis à l'exposition de la société des Amis-des-arts, 1877 (en ligne), p. 10.
  10. Exposition d'œuvres du peintre Auguste Baud-Bovy (1848-1899) du 10 au , catalogue d'exposition, Kundig, Genève
  11. P.-F. S., « Cent ans de peinture genevoise », Journal de Genève,‎ (lire en ligne)
  12. « A Ornans les oeuvres du peintre suisse Baud-Bovy remplacent "l'Origine du Monde" » sur le site de franceinfo:culture francetvinfo.fr
  13. Joël Mamet, « Auguste Baud-Bovy » dans Vosges matin du
  14. « Auguste Baud-Bovy », fiche des œuvres conservées, collection en ligne sur le site du Musée d'art et d'histoire de Genève collections.geneve.ch.
  15. « Auguste Baud-Bovy » oeuvres commentées sur le site du Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne mcba.ch.
  16. « Portrait d'Henri Rochefort (Victor-Henri, marquis de Rochefort-Luçay, dit), journaliste, homme politique et écrivain (1831-1913) », fiche explicative illustrée sur le site Paris Musées - Les Musées de la ville de Paris parismuseescollections.paris.fr.
  17. « Auguste Baud-Bovy » dans les collections du musée d'Orsay sur le site musee-orsay.fr.
  18. Exposition au Kunsthaus de Zurich en 1930

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]