Auguste André Lançon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lançon.
Auguste André Lançon
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Lieux de travail

Auguste Lançon dit aussi André Lançon[1], né à Saint-Claude (Jura) le 16 ou le et mort dans le 14e arrondissement de Paris le , est un peintre, graveur et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guerre franco-prussienne : soldats blessés soignés dans l'église de Mouzon (1870), eau-forte.

Auguste Lançon est né à Saint-Claude (Jura) le 16 ou le . Il est le fils d'un menuisier, Pierre Simon Lançon, et de Amélie Lacroix, il a un frère aîné, Aimé, la famille habite au 3, rue du Collège. Il étudie à l'école des beaux-arts de Lyon et finit ses études à Paris. Il devient sculpteur animalier par admiration pour les œuvres d'Antoine-Louis Barye. Lançon expose ses œuvres au Salon de Paris de 1861 à 1870.

Pendant la guerre franco-allemande de 1870, il est sergent d'un bataillon. Lié à la Commune de Paris, il est emprisonné pendant six mois. Après avoir d'abord utilisé le prénom d'André, il le change à sa libération pour reprendre son prénom de naissance, Auguste. Il devient peintre militaire et participe à la guerre des Balkans en 1877. Il a gravé plusieurs eaux-fortes montrant des scènes de guerre dont il avait été témoin, notamment pour un essai d'Eugène Véron (1876) et pour L'Eau forte en…, six gravures (1874-1881) chez Alfred Cadart[2].

En 1893, la rue Auguste-Lançon du 13e arrondissement de Paris prend son nom en hommage. Son atelier d'artiste, conservé en l'état, est visible dans sa maison natale à Saint-Claude au 3, rue du Collège.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il utilise son vrai prénom à partir de 1872.
  2. Notice du catalogue général de la BnF.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gérald Schurr, Pierre Cabanne, Dictionnaire des Petits Maîtres de la peinture, 1820-1920, Paris, Éditions de l'Amateur, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]