Auguste Étienne Marie Gourlez de Lamotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Auguste Etienne Marie Gourlez de Lamotte
Naissance
Paris
Décès (à 64 ans)
Paris
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 17931831
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Baron de l’Empire
Commandeur de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 22e colonne, « DELAMOTTE,A »
Famille Famille Gourlez de la Motte

Auguste Étienne Marie Gourlez, baron de Lamotte, né le à Paris et mort le à Paris, est un général français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Auguste-Étienne-Marie Gourlez de Lamotte (ou Auguste-Étienne-Marc de La Motte, selon des publications du XIXe siècle[1],[2]) est le fils de Jacques Gourlez de La Motte, docteur régent de la faculté de médecine de Paris, et le petit-fils de l'intendant de la Marine Antoine Lefebvre de Givry.

Gourlez de Lamotte entre en service en 1793 comme capitaine au 12e régiment de hussards. Il passe ensuite aide de camp du général Frégeville à l’armée des Pyrénées-Orientales. Nommé chef d’escadron le 20 février 1801, il est désigné comme aide de camp du général Oudinot le 17 avril 1801 et fait avec lui la campagne d’Autriche en 1805. Il est blessé à la bataille d'Hollabrünn le 16 novembre 1805.

Le 13 janvier 1806 Gourlez de Lamotte est fait colonel du 4e régiment de dragons et prend part aux campagnes de Prusse et de Pologne en 1806 et 1807. Blessé à la bataille de Friedland le 14 juin 1807, il est créé baron de l’Empire le 26 octobre 1808[1]. Il est promu général de brigade le 21 mars 1809, et le 29 mai 1810 il commande une brigade de cavalerie à l’armée du Portugal. Le 24 juillet 1810, chef de la 6e brigade de cavalerie légère du corps du maréchal Ney, il est relevé de ses fonctions et remplacé par le général Lorcet sur le champ de bataille d’Almeida, à la suite d'une altercation avec son chef. Il est mis à la retraite le 3 mars 1812.

Rappelé à l’activité le 13 mars 1813 il commande la 1re brigade de la 6e division de cavalerie du général Milhaud lors de la bataille de Leipzig en octobre 1813. Il fait la campagne de France en 1814 et participe à la bataille de La Rothière le 1er février 1814. Il se distingue à la bataille de Saint-Dizier le 26 mars 1814 avant d'être fait commandeur de la Légion d’honneur le 3 avril suivant. Lors de la Première Restauration, le roi Louis XVIII le nomme général de division le 11 avril 1814 et chevalier de Saint-Louis. Il est mis en disponibilité le 1er septembre 1814.

Il est destitué par décret du 22 avril 1815, sous l'inculpation d'avoir voulu livrer Bayonne aux Espagnols. Le 11 septembre suivant, il est employé au licenciement des corps de cavalerie et est mis en non-activité le 1er février 1816. Mis en disponibilité le 1er avril 1820, il est admis dans la section de réserve de l'état-major général le 7 février 1831.

Il meurt à Paris le 8 mai 1836[3] et est enterré au cimetière du Père-Lachaise, 6e division. Son nom est gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 22e colonne.

Marié avec Pétronille Rosalie Declerck, veuve du général-baron Jean-Pierre Béchaud et fille de Jean-Baptiste-Théodore de Clerck, il est le beau-père de Léon de Jouvenel.

Dotation[modifier | modifier le code]

  • Le 17 mars 1808, donataire d’une rente de 4 000 francs sur les biens réservés en Westphalie[1].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Nom du baron et blasonnement
Orn ext baron de l'Empire ComLH.svg
Escutcheon to draw-fr.svg


Armes du baron Auguste Étienne Marie Gourlez de Lamotte et de l'Empire, décret du 19 mars 1808, lettres patentes du 26 octobre 1808, commandeur de la Légion d'honneur

Ecartelé au premier d'argent plein ; au deuxième des barons militaires ; au troisième de gueules au rocher d'argent surmonté d'une tour crénelée d'or maçonnée de sable ; au quatrième d'azur au chevron d'or accompagné en chef de deux glands d'argent enchassés et tigés d'or, et en pointe d'une étoile à cinq rais d'argent ; et pour livrées : blanc, rouge, jaune et bleu.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Le vicomte Albert Révérend, Armorial du premier empire, tome II, p. 255, 1895 [1]
  2. Bibliothèque nationale de France, L'Espagne, tableau politique, ..., publication d'Auguste-Étienne-Marie Gourlez de La Motte [2]
  3. Plusieurs documents publiés au XIXe siècle présentent la date de décès, 8 mars. Or, selon le Bulletin des lois du royaume de France, publié en 1838, l'ordonnance du roi Louis Philippe Ier datée à Paris du 9 juin 1937 indique le 8 mai 1836 [3].