Auguste-Léopold Protet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Protet » redirige ici. Pour le terme juridique, voir Protêt.

Le contre-amiral Auguste-Léopold Protet (1808-1862) est un officier de marine français, fondateur de la ville de Dakar (Sénégal).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 20 avril 1808 à Saint-Servan (Saint-Malo), Léopold Protet fait ses études au collège d'hydrographie de Saint-Malo puis au collège de marine d'Angoulême à partir de 1824.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il commence à naviguer en 1827, notamment le long des côtes d'Afrique.

Il est gouverneur du Sénégal du 11 octobre 1850 au 16 décembre 1854, mais André César Vérand le représente entre mai 1853 et le 30 janvier 1854.

Nommé commandant de la division navale des côtes occidentales d'Afrique et commandant supérieur de l'île de Gorée en mars 1856, il prend possession de la péninsule du Cap-Vert et crée un établissement français le 25 mai 1857, près du modeste village de pêcheurs de Dakar.

Ayant quitté les côtes africaines le 14 avril 1859, il part en Extrême-orient et participe à la prise de Pékin le 13 octobre 1860, sous les ordres du vice-amiral Charner.

Nommé contre-amiral le 8 janvier 1860, il commande la division navale des mers de Chine.

Il entreprit de dégager Changhaï (en) assiégée par les Taiping.

Grièvement blessé au cours d'un assaut contre la ville fortifiée de Né-Kiaio[1], il meurt à Changhaï (Chine) le 17 mai 1862. Ses obsèques y sont célébrées le 26 mai 1862. Le 19 janvier 1865 son corps est rapatrié et transféré au cimetière de sa ville natale, Saint-Servan.

Il était commandeur de la Légion d'honneur.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 1863 son nom est donné à la place centrale de Dakar, rebaptisée depuis place de l'Indépendance.

Plusieurs bâtiments[2] de la Marine nationale ont porté son nom :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Charpy, « Le contre-amiral Léopold Protet (1808-1862) et l'expansion coloniale de la France », Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, Annales, 2004
  • Yves-Jean Saint-Martin, Le Sénégal sous le Second Empire, Karthala, 2000, 680 p. (ISBN 2865372014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On trouve aussi Nan-Kiau ou Nan-Jao
  2. Bâtiments ayant porté le nom de Protet (www.netmarine.net)