August Landmesser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
August Landmesser
August-Landmesser-Almanya-1936.jpg
La photo où Landmesser refuse de lever le bras.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 34 ans)
StonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Conflit
Lieu de détention

August Landmesser (né le , présumé tué à l'ennemi le , confirmé en 1949[1]) était un ouvrier du chantier naval Blohm & Voss de Hambourg. Il est connu pour son apparition sur une photographie[2] où il refuse d'effectuer le salut nazi lors du lancement d'un navire-école, le Horst Wessel, le 13 juin 1936[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

August Landmesser est le seul enfant d'August Franz Landmesser et de Wilhelmine Magdalene (née Schmidtpott). En 1931, espérant que cela l'aidera à obtenir un emploi, il rejoint le Parti nazi. En 1935, alors qu'il se fiance avec une femme juive née en 1913, Irma Eckler, il est exclu du parti[4]. La publication des bans en vue d'un mariage à Hambourg est refusée en application des lois de Nuremberg qui entrent en vigueur un mois plus tard. Ingrid, la première fille du couple, naît le [4].

La photographie célèbre, sur laquelle un homme identifié comme étant Landmesser refuse de faire le salut nazi, est prise le [5].

En 1937, August Landmesser tente de fuir au Danemark mais il est appréhendé et mis en prison. Un procès lui est intenté en raison de la seconde grossesse d'Irma, s'étant rendu coupable de « déshonorer la race » selon les lois raciales nazies. Au procès, August avance l'argument que ni lui ni sa femme ne savaient qu'Irma était « totalement juive », et il est acquitté le par manque de preuve, avec l'avertissement qu'en cas de récidive il aurait une peine de prison de plusieurs années. Alors qu'August et Irma continuent à vivre en couple, August est à nouveau arrêté le et condamné à deux ans et demi d'internement au camp de concentration de Börgermoor.

Quant à Irma Eckler, elle est détenue par la Gestapo à la prison de Fuhlsbüttel, où elle donne naissance à sa seconde fille, Irene[5]. Ingrid et Irene sont alors séparées. Placées initialement en orphelinat, Ingrid est confiée plus tard à sa grand-mère (puis à des parents adoptifs à la mort de la grand-mère en 1953) et Irene est placée chez des parents adoptifs.

Ensuite, Irma Eckler est envoyée au camp de concentration d'Oranienburg, au camp de concentration de Lichtenburg et enfin au camp de concentration pour femmes de Ravensbrück. Quelques lettres d'elle parviennent jusqu'en janvier 1942. On suppose qu'elle a été envoyée au centre d'euthanasie de Bernburg en février 1942, où elle fut tuée parmi les 14.000 victimes. En 1949, le tribunal d'instance de Hambourg-Altona la déclare décédée officiellement au .

August Landmesser est remis en liberté le [4] et embauché comme chef d'équipe dans l'entreprise de transport Püst, filiale de la société Heinkel-Werke à Warnemünde[6]. En février 1944, il est incorporé dans un bataillon disciplinaire, la 999e division légère Afrika où il est déclaré disparu en mission et présumé tué en Croatie le [1]. En 1949, le tribunal d'instance de Rostock le déclare mort officiellement au [1].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Le mariage d'August Landmesser et Irma Eckler a été reconnu rétroactivement par le Sénat de Hambourg à l'été 1951. L'automne de la même année, Ingrid a pris le nom de famille Landmesser. Irene a continué d'utiliser celui d'Eckler.

En 1996, Irene Eckler a publié le livre Die Vormundschaftsakte 1935–1958: Verfolgung einer Familie wegen "Rassenschande" (de) [Documents de la tutelle 1935-1958: Persécution d'une famille pour "Déshonneur racial"]. Le livre raconte l'histoire de sa famille, incluant de nombreux documents originaux (lettres de sa mère, documents officiels...)[5].

Une image, identifiée par Irene Eckler comme étant celle de son père, est publiée par Die Zeit le 22 mars 1991. Elle montre un grand rassemblement de travailleurs aux arsenaux navals de Blohm & Voss à Hambourg pour le lancement du Horst Wessel. Quasiment tout le monde sur la photo fait le salut nazi, à l'exception notable d'un homme vers l'arrière de la foule, qui reste ostensiblement les bras croisés sur sa poitrine. Une autre famille a identifié cet homme comme étant Gustav Wegert [7],[8].

En 2018, Adeline Baldacchino lui consacre un roman, Celui qui disait non.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bartrop, Paul R. (2016), Resisting the Holocaust: Upstanders, Partisans, and Survivors, ABC-CLIO. p. 152.
  2. La célèbre photo, Forschungs- und Arbeitsstelle “Erziehung nach/über Auschwitz”
  3. Simone Erpel: Zivilcourage : Schlüsselbild einer unvollendeten „Volksgemeinschaft“. In: Gerhard Paul (Hrsg.): Das Jahrhundert der Bilder, Bd. 1: 1900–1949, Göttingen 2009, S. 490–497, (ISBN 978-3-89331-949-7)
  4. a, b et c Roux, François, (1954- ...).,, Hitler et les Allemands, M. Milo, impr. 2013, cop. 2013 (ISBN 9782315003969, OCLC 862735466, lire en ligne)
  5. a, b et c Flock, Elizabeth (7 février 2012) "August Landmesser, shipyard worker in Hamburg, refused to perform Nazi salute (photo)"The Washington Post, Washington, D.C. : Washington Post Media.
  6. Verbotene Liebe | Father reported missing Forschungs- und Arbeitsstelle “Erziehung nach/über Auschwitz”
  7. (en) « 1936 - Just one refused the Nazi salute », sur wegert-familie.de (consulté le 15 janvier 2018)
  8. (en) « The German Non-Saluter Myth - Beachcombing's Bizarre History Blog », Beachcombing's Bizarre History Blog,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Wolfgang Benz (trad. Thomas Dunlap), A concise history of the Third Reich [« Geschichte des Dritten Reiches »], Berkeley, University of California Press, coll. « Weimar and Now » (no 39), , 309 p. (ISBN 978-0-520-23489-5 et 978-0-520-25383-4, OCLC 989771514, lire en ligne) (p. 122)
  • (de) Irene Eckler, Die Vormundschaftsakte 1935-1958 : Verfolgung einer Familie wegen "Rassenschande" : Dokumente und Berichte aus Hamburg, Schwetzingen, Horneburg, (ISBN 3980499308)
  • (en) Irene Eckler, A family torn apart by "Rassenschande" : politische Verfolgung im Dritten Reich : Dokumente und Berichte aus Hamburg, deutsch und englisch, Schwetzingen, Horneburg, (ISBN 3980499324)
  • Adeline Baldacchino, Celui qui disait non, Paris, Fayard, (ISBN 978-2213705941)