August Ferdinand Möbius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moebius.
August Ferdinand Möbius
August Ferdinand Möbius.png
August Ferdinand Möbius.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Schulpforte (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
LeipzigVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfants
Theodor Möbius (en)
Paul Möbius (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Directeurs de thèse
Karl Mollweide (en), Johann Friedrich PfaffVoir et modifier les données sur Wikidata

August (us) Ferdinand Möbius ( à Bad Kösen dans le village de Schulpforta, Royaume de Saxe, Allemagne - à Leipzig) fut un mathématicien et astronome théoricien à l'université de Leipzig.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils unique de Johann Heinrich Möbius, professeur de danse à Schulpforta, le jeune August Ferdinand nait dans le village. Trois ans plus tard son père meurt, il est alors élevé par sa mère, descendante de Martin Luther, qui s'occupe directement de son éducation jusqu'à ce qu'il ait atteint l'âge de 13 ans, avant d'entrer lui-même à Schulpforta. Puis dès 1809 il étudie les mathématiques et l'astronomie, successivement dans les universités de Leipzig, Göttingen (il y eut Carl Friedrich Gauss comme professeur) et Halle.

Il est principalement connu pour sa découverte du ruban de Möbius, une surface non orientable à deux dimensions avec seulement une face quand elle est plongée dans un espace euclidien à trois dimensions. Elle fut découverte indépendamment par Johann Benedict Listing à peu près à la même époque.

Möbius introduisit les coordonnées homogènes en géométrie projective[1]. Les transformations de Möbius, importantes en géométrie projective, ne doivent pas être confondues avec la transformée de la théorie des nombres qui porte aussi son nom. L'importante fonction μ(n) et la formule d'inversion de Möbius font partie de ses apports en théorie des nombres.

Ruban de Möbius animé

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Der barycentrische Calcül : ein neues Hilfsmittel zur analytischen Behandlung der Geometrie, Leipzig (1827)
  • Lehrbuch der Statik, 2 vol., Leipzig (1837)
  • Die Elemente der Mechanik des Himmels, Leipzig (1843)

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « August Ferdinand Möbius », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Dominique Flament, August Ferdinand Möbius - Entre polyèdres et corrélation élémentaire, Hermann, 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale de la Diète • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • Bibliothèque nationale tchèque • WorldCat

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bouteille de Klein