Aufstehen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aufstehen
Image illustrative de l’article Aufstehen
Logotype officiel.
Présentation
Chef Bernd Stegemann (de)
Fondation
Siège Kurfürstendamm 188
10707 Berlin-Charlottenbourg
Couleurs Rouge
Site web www.aufstehen.de

Aufstehen [ˈaʊ̯fˌʃteːən][1] Écouter (« debout »[2] ou « se soulever »[3] en allemand) est un mouvement politique fondé le en Allemagne à l'initiative de la femme politique Sahra Wagenknecht, députée du parti Die Linke.

Histoire[modifier | modifier le code]

Oskar Lafontaine donne une interview au Spiegel le [4] et Sahra Wagenknecht le dans lesquelles l'idée d'un nouveau « mouvement collectif » (Sammlungsbewegung) qui réunirait les bonnes volontés issues de Die Linke, des Verts et du SPD est lancée[5]. D'autres personnalités de Die Linke se sont élevées contre cette initiative dès le 14 janvier, durant la traditionnelle commémoration de l'assassinat de Karl Liebknecht et de Rosa Luxemburg au cimetière central de Berlin-Friedrichsfelde[6]. La plate-forme en ligne du mouvement est inaugurée le et des déclarations conjointes de Sahra Wagenknecht, Marco Bülow (SPD), Sevim Dağdelen (Die Linke) et Antje Vollmer (Les Verts) sont faites dans la presse le même jour[7].

L'inauguration officielle a lieu le lors d'une conférence de presse en présence de Sahra Wagenknecht, Bernd Stegemann (de), Ludger Volmer et Simone Lange[8]. Il est alors annoncé que lors des mois précédents, un total de 101 741 personnes se sont inscrites sur la page d'accueil du mouvement pour le soutenir[9].

Le mouvement a officiellement la forme juridique d'une eingetragener Verein, une association créée le [10]. Son siège est à Berlin-Charlottenbourg sur le Kurfürstendamm et le président en est le dramaturge Bernd Stegemann[11].

Début mars 2019, il est annoncé 170 000 clics d'adhésion sur le site du mouvement[12]. Sahra Wagenknecht, après deux mois de pause maladie, dit se retirer de la direction du mouvement, même si elle continue à en être membre et à le soutenir[13].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Villes où se réunissent des groupes d'appui du mouvement, en date du 28 novembre 2018.

Le projet marque un désaccord stratégique avec la ligne idéologique directrice actuelle des partis Die Linke, des Verts et du SPD[14]. Le but affiché n'est pas de créer un nouveau parti politique indépendant, mais de permettre à la gauche politique allemande d'obtenir la majorité parlementaire, particulièrement au Bundestag à travers les partis Die Linke, des Verts et du SPD[11]. Un objectif complémentaire du mouvement consiste à regagner les anciens électeurs de gauche ayant voté pour l'AfD[15].

Le président d'Aufstehen Bernd Stegemann s'est positionné contre une « classe bourgeoise bien-pensante » qui se dit affectée par « la misère dans le monde » mais qui perd de vue « la détresse sociale de son propre pays » soumise à « la pression concurrentielle due à l'immigration ». En lieu et place de la lutte des classes, cette classe bourgeoise ne se préoccuperait plus que d'« améliorations biopolitiques du quotidien » et de « régulations du langage via le politiquement correct »[16].

D'après l'un des premiers soutiens du mouvement, le politologue Wolfgang Streeck, Aufstehen doit « libérer la politique allemande de sa captivité babylonienne entre l’opportunisme de Merkel et l’illusion politiquement inconséquente du no-border »[3].

Il est déclaré dans l'appel à fondation du mouvement qu'il n'existe pas encore de programme officiel, mais que celui-ci devra être rédigé en collaboration avec les militants. Des objectifs politiques ont néanmoins été d'ores et déjà énumérés[17] :

  • Une nouvelle politique pour la paix : L’Allemagne et l’Europe doivent être indépendantes des USA.
  • Des emplois sûrs, de bons salaires, une fiscalité juste et un nouvel État social dans une économie innovante.
  • Une économie environnementale soutenable.
  • Arrêter les privatisations et ré-nationaliser.
  • Une formation de haut niveau pour tous.
  • Sauver la démocratie pour ne pas être dirigé par les sociétés et les banques. Favoriser la démocratie directe. Démasquer les lobbies et interdire le financement des partis par des entreprises.
  • La sécurité dans la vie quotidienne : plus de personnel et un meilleur équipement pour la police, la justice et le travail social.
  • Une Allemagne européenne dans une Europe unie de démocraties souveraines.
  • Assurer le droit d’asile pour les réfugiés. Stopper l’exportation d’armes dans les régions de tension et cesser le commerce déloyal. Aider les réfugiés de guerre et climatiques. Lutter sur place contre la pauvreté, la faim et les maladies de la misère et ouvrir des perspectives dans les pays de naissance.
  • Un nouvel ordre économique pour niveler par le haut les chances de vie des peuples en phase avec les ressources.

Sur son site web, Aufstehen permet aux membres de poster leurs prises de position et leurs visions idéologiques pour le mouvement ; ces messages sont ensuite évalués par les autres membres et afficher sur le site. Cette fonctionnalité est possible grâce au logiciel libre Pol.is[18].

Aufstehen s'est inspiré du mouvement politique français de La France Insoumise, fondée par Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne de l'élection présidentielle française de 2017, ainsi que du collectif britannique Momentum initié par le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn[19].

Réactions[modifier | modifier le code]

Germanophonie[modifier | modifier le code]

Outre les réactions positives de personnalités politiques parmi les partis die Linke, die Grünen et le SPD qui saluent ou soutiennent le mouvement, plusieurs personnes de gauche ont exprimé des réserves voire des critiques à l'encontre du mouvement ou de Sahra Wagenknecht et Oskar Lafontaine eux-mêmes.

Les dirigeants de die Linke, Katja Kipping et Bernd Riexinger, se sont distancés d'Aufstehen. Selon dietmar Bartsch qui copréside le groupe die Linke au Bundestag, « Le problème, c'est qu'Oskar Lafontaine et Sahra Wagenknecht ne tiennent pas vraiment à faire l'union des gauches ». Selon Benjamin-Immanuel Hoff, directeur die Linke de la chancellerie régionale du cabinet Ramelow I en Thuringe, Sahra Wagenknecht montre une tendance populiste « contre les politiciens d'en haut » qui serait « anti-progressiste »[20].

Au SPD, on parle d'« un numéro de communication de Mme Wagenknecht » d'après der Spiegel[11]. Klaus Staeck parle d'« une attaque frontale contre la social-démocratie »[21]. La femme politique du SPD Hilde Mattheis a déclaré qu'un mouvement collectif ne pouvait surgir que « du bas vers le haut », ce qui ne serait pas le cas d'Aufstehen, organisé du haut vers le bas[22]. Même son de cloche chez Annalena Baerbock, coprésidente d'Alliance 90 / Les Verts[23].

D'après un sondage commandé par le magazine Focus à l'institut TNS Emnid début août 2018, 34 % des personnes interrogées pourraient voter pour Aufstehen si le mouvement présentait une liste aux prochaines élections. D'après les affinités politiques, cela représente 87 % chez les électeurs de die Linke, 52 % chez les électeurs des Verts et 37 % chez les électeurs du SPD[24].

Francophonie[modifier | modifier le code]

De nombreux organes de presse francophones ont parlé de la naissance du mouvement par le biais de la question migratoire, en estimant qu'Aufstehen marque des « déchirements de l'extrême gauche allemande sur l'immigration »[25] ou que le mouvement est de « gauche radicale et anti-migrants »[2],[26] pour « reprendre le terrain laissé à l'extrême-droite »[27]. Le Nouveau Parti anticapitaliste accuse Sahra Wagenknecht d'être l'auteur de « déclarations tout à fait réactionnaires sur les migrants »[28].

Au sein de La France insoumise, dont la proximité idéologique est soulignée par Mediapart[29], l'orateur national Djordje Kuzmanovic, alors candidat à la députation européenne, déclare que « le discours de Sahra Wagenknecht est de salubrité publique »[30], tandis que la députée Clémentine Autain déclare quant à elle qu'elle « n'est pas convaincue par l'approche de Sahra Wagenknecht », mais « se méfie de l’instrumentalisation » de ses propos, rappelant : « elle n’est pas dans un discours de rejet des migrants et elle défend le droit d’asile »[31]. Ce désaccord a conduit Djordje Kuzmanovic à être désavoué par La France Insoumise[32], qu'il a ensuite décidé de quitter fin novembre 2018 entre autres pour un désaccord sur la ligne politique[33].

D'après l'économiste Bruno Amable, cette accusation d'anti-immigration au sujet d'Aufstehen « est au choix une incompréhension ou une intoxication »[34]. Pour Pierre Rimbert du Monde diplomatique, cette question migratoire serait très largement instrumentalisée à des fins de décrédibilisation du mouvement[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en haut allemand (allemand standard) retranscrite selon la méthode de l'alphabet phonétique international (API).
  2. a et b « L'égérie de l'extrême gauche allemande «debout» contre les migrants », sur Le Figaro, (consulté le 5 septembre 2018).
  3. a et b Rachel Knaebel, « Le nouveau mouvement « Aufstehen », issu de la gauche allemande, a-t-il vraiment des positions xénophobes ? », sur Bastamag,
  4. (de) « Lafontaine will neue linke Volkspartei », sur Der Spiegel,
  5. (de) « Wagenknecht setzt auf neue linke Volkspartei », sur Süddeutsche Zeitung,
  6. (de) « Linke erinnert an Liebknecht und Luxemburg – Tausende gedenken », sur Schleswig-Holsteinischer Zeitungsverlag,
  7. (de) « Raus aus der Wagenburg », sur Der Spiegel, .
  8. (de) « Wagenknecht beklagt „handfeste Krise der Demokratie“ », sur Frankfurter Allgemeine Zeitung, .
  9. (de) « 100.000 Unterstützer Wagenknecht will mit „Aufstehen“ linke Kräfte bündeln », sur Kölner Stadt-Anzeiger, .
  10. Amtsgericht de Berlin-Charlottenbourg : VR 36848 B.
  11. a b et c (de) Nicola Abé, « "Aufstehen" - linke Sammlungsbewegung formiert sich », sur Der Spiegel, .
  12. (de) Katharina Schuler, « Aufgeben oder weitergehen », sur Die Zeit,
  13. (de) Ralph Bollmann, « Wagenknecht zieht sich aus Spitze bei „Aufstehen“ zurück », sur Frankfurter Allgemeine Zeitung,
  14. (de) Nicola Abé, « Aufstehen für Sahra. Kann die neue Sammlungsbewegung zur politischen Kraft in Deutschland werden? », sur Der Spiegel,  : « [...]gegen die herrschende Linie bei Grünen, SPD und Linken »
  15. (de) Constanze von Bullion, « Sozialismus, national gefärbt », sur Süddeutsche Zeitung,
  16. (de) Adam Soboczynski, « Das rote Sommermärchen », sur Die Zeit,  : « eine "wohlmeinende bürgerliche Klasse" würde "mit Rührung auf das Elend der Welt" blicken und dabei die sozialen Nöte, den Konkurrenzdruck, der sich durch Zuwanderung im eigenen Land ergebe, aus dem Auge verlieren. An die Stelle des Klassenkampfes seien die "biopolitische Perfektionierung des Alltags und die Sprachregelungen der Political Correctness getreten" »
  17. « Appel à fondation, le manifeste du mouvement « Aufstehen » », sur Le Média,
  18. (de) « "Aufstehen": Wagenknechts Sammlungsbewegung setzt auf Umfragetool Pol.is », sur heise.de,
  19. (de) Marc Felix Serrao, « Neue linke Bewegung: «Wir wollen Mitglieder der SPD und der Grünen genauso ansprechen wie Parteilose» », sur Neue Zürcher Zeitung,
  20. (de) « Linke-Politiker distanzieren sich von "Aufstehen" », sur die Zeit,
  21. (de) Werner Kolhoff, « Harte Kritik an Wagenknecht: "Ihr traue ich am wenigsten ehrliche Absichten zu" », sur Westdeutsche Zeitung,
  22. (de) Martin Zagatta, « "Für mich ist natürlich rot-rot-grün möglich" », sur Deutschlandfunk,
  23. (de) Bettina Schausten, « Berlin direkt - Sommerinterview », sur ZDF,
  24. (de) « Ein Drittel der Deutschen würde Wagenknechts "Aufstehen"-Bewegung wählen », sur Focus,
  25. Christophe Bourdoiseau, « L’extrême gauche allemande se déchire sur l’immigration », sur Tribune de Genève,
  26. « Un mouvement politique de gauche radicale et anti-migrants lancé ce mardi en Allemagne », sur Le Huffington Post, (consulté le 5 septembre 2018).
  27. Thomas Wieder, « En Allemagne, l’émergence d’une gauche antimigrants », sur Le Monde,
  28. Manu Bichindaritz, « Face à un pouvoir fragilisé mais à l'offensive : vive la rentrée de classe  ! », sur npa.org,
  29. Amélie Poinssot, « L’Allemande Sahra Wagenknecht lance un nouveau mouvement, inspiré des Insoumis », sur Médiapart,
  30. Rémi Noyon, « "Le discours de Sahra Wagenknecht est de salubrité publique" », sur L'Obs,
  31. Rémi Noyon, « "Je ne suis pas convaincue par l'approche de Sahra Wagenknecht" », sur L'Obs,
  32. Hadrien Mathoux, « Immigration : en désavouant Kuzmanovic, Mélenchon envoie un signe à son aile gauche », sur Marianne,
  33. Geoffroy Clavel, « Djordje Kuzmanovic quitte la France Insoumise », sur Le Huffington Post,
  34. Kévin Boucaud-Victoire, « Bruno Amable : « Aufstehen défend l’accueil des migrants dans les meilleures conditions possibles » », sur Le Média,
  35. Pierre Rimbert, « Gauche antimigrants, une fable médiatique », sur Le Monde diplomatique,