Audrey Bastien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bastien.
Audrey Bastien
Description de cette image, également commentée ci-après

Audrey Bastien en 2017 au festival du film de Cabourg

Naissance (25 ans)
Nationalité Drapeau de la France française
Profession Actrice
Films notables Simon Werner a disparu...
J'aime regarder les filles
2 automnes 3 hivers
Séries notables Xanadu

Audrey Bastien, née le , est une actrice française[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Audrey Bastien a été remarquée dès l'âge de 17 ans dans le film Simon Werner a disparu de Fabrice Robert, sélectionné dans la section Un Certain regard au Festival de Cannes en 2010[2]. Elle incarne un des rôles principaux dans J'aime regarder les filles, face à Pierre Niney et Lou de Laâge[1].

En 2013, elle incarne une adolescente dans Puppylove de la réalisatrice Delphine Lehericey aux côtés de Solène Rigot et Vincent Perez. Elle est aussi l'une des jeunes femmes dans l'histoire rocambolesque de 2 Automnes 3 Hivers de Sébastien Betbeder avec Vincent Macaigne. Elle retrouve ce même acteur deux ans plus tard dans Une histoire américaine.

En 2015, elle est sélectionnée par les Talents Cannes Adami[3].

En 2016, elle est l'interprète féminin principale de For This Is My Body aux côtés de Carl Barât et Fanny Ardant[4],[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « J'aime regarder les filles, portrait d'Audrey Bastien », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  2. « Simon Werner a disparu... », sur www.telerama.fr (consulté le 20 juin 2017)
  3. AlloCine, « Les nouveaux visages du cinéma français : rencontre avec les Talents Adami 2015 », AlloCiné,‎ (lire en ligne)
  4. Vincent Ostria, « For This Is My Body - Critique et avis par Les Inrocks », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  5. Thomas Sotinel, « « For This Is My Body » : le rock victime de l’érosion du temps », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)