Audrey Alwett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Audrey Alwett
Description de cette image, également commentée ci-après
Audrey Alwett en 2010
Naissance 1982
Agglomération parisienne, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Audrey Alwett, née en 1982 en région parisienne, est une écrivaine française. Elle est aussi directrice de collection aux Éditions Soleil et ActuSF.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1982 en banlieue parisienne, Audrey Alwett travaille durant ses études comme lectrice dans diverses maisons d’édition et comme rédactrice pour la PQR[1][source insuffisante].

Après un Master de littérature, c’est par Lanfeust Mag qu’elle entre dans le milieu de la bande dessinée, en publiant dès 2003 des histoires courtes. Elle rejoint le Gottferdom Studio en septembre 2007 pour faire du scénario son activité à plein temps. SinBad, coscénarisé avec Christophe Arleston et dessiné par Pierre Alary chez Soleil, est son premier titre. Une quarantaine de BD ou albums jeunesse a suivi depuis, dont Princesse Sara, une série dessinée par Nora Moretti et inspirée du roman de l'anglaise Frances Hodgson Burnett. En 2017, cette série compte dix tomes et totalise 200 000 albums vendus[2].

Dans la série Lord of Burger[3], avec Christophe Arleston et Alessandro Barbucci, le tome 1 Le Clos des Épices, publié en 2010 chez Glénat, a reçu le Prix BD Livrentête 2011[4] et le Prix jeunesse de la Foire du livre de Saint-Louis 2011[réf. souhaitée].

Audrey Alwett écrit aussi des romans, essentiellement de fantasy. Le premier d’entre eux s’intitule les Poisons de Katharz et paraît en 2016 aux éditions ActuSF.

Audrey Alwett est membre de la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse[5]. En 2018, elle participe aux mouvements #PayeTonAuteur et #AuteursEnColère lancés sur les réseaux sociaux par la Charte et menés par sa présidente, Samantha Bailly. C'est dans ce cadre qu'elle répond aux questions d'Étienne Tabbagh et Laureen Melka dans le podcast économique Spla$h no 23 intitulé « Écrire condamne-t-il à la pauvreté ? » traitant de la précarité des personnes rémunérées en droit d'auteur en France[6].

Publications[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Les Poisons de Katharz, ActuSF, label Bad Wolf, 2016
  • Magic Charly, Tome 1, L'Apprenti, 2019

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

  • Le Petit Chaperon rouge & Ce qu'il advint dans le ventre du Loup, Soleil, 2010
    Scénario : Audrey Alwett et texte original de Charles Perrault - Dessin : François Amoretti

Albums jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Le Mot qui arrêta la Guerre, dessiné par Ein Lee, 2015, Nobi Nobi
  • Gothic-Lolita, dessiné par François Amoretti, 2009, Soleil
  • La Danseuse Papillon, dessiné par Luky, préfacé par Anne-Marie Pol, 2010, Soleil
  • Mes 15 plus belles histoires de danse, collectif préfacé par Agnès Letestu, 2012, Hachette

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie d'Audrey Alwett », sur https://www.babelio.com
  2. Julien Danielides, « La princesse qui plaisait aux fillettes et aux polytechniciennes », La Provence,‎
  3. Didier Pasamonik, « Lord of Burger : Un « global manga » trois étoiles », sur Actua BD,
  4. « Prix livrentête, année 2011 », sur BNF - Centre national de la littérature pour la jeunesse
  5. « La charte des auteurs & des illustrateurs », sur repertoire.la-charte.fr (consulté le 11 décembre 2018)
  6. « Ecrire condamne-t-il à la pauvreté ? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ART19 (consulté le 11 décembre 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Interview
  • Marie-Sandrine Sgherri et Audrey Alwett, « Audrey Alwett : « Se rendre compte qu'on véhicule des clichés, ce n'est pas de la censure ! ». Entretien », Le Point,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :