Audre Lorde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Audre Lorde
Image dans Infobox.
Audre Lorde, en 1980.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Audrey Geraldine LordeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Columbia University School of Library Service (d)
Université nationale autonome du Mexique
Hunter College High School (en)
Hunter College
Université Columbia (maîtrise) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
John F. Kennedy-Institute for North American Studies (en) (-), Hunter College (depuis ), John Jay College of Criminal Justice (en) (-), Lehman College (en) (-), Lehman College (en) (-), Tougaloo College (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaine
Distinctions

Audre Geraldine Lorde aussi connue sous les pseudonymes de Gamba Adisa ou Rey Domini (née à New York le et morte à Sainte-Croix dans les Îles Vierges, le ) est une essayiste et poètesse américaine, militante féministe, lesbienne, engagée dans le mouvement des droits civiques en faveur des Afro-Américains. En tant que poètesse, elle est connue pour sa maîtrise technique et son expression émotionnelle, ainsi que pour ses poèmes exprimant la colère et l'outrage envers les discriminations civiles et sociales qu'elle observe tout au long de sa vie. Ses poèmes et sa prose sont centrés sur les questions des droits civiques, le féminisme et l'exploration de l'identité féminine noire. Elle est une des figures littéraires du Black Arts Movement et fut Poète lauréat de New York.

Audre Lorde, Meridel Lesueur, Adrienne Rich en 1980.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et adolescence[modifier | modifier le code]

Audrey Lorde est née à New York de parents originaires de Grenade[1], Frederick Byron Lorde et Linda Gertrude Belmar Lorde[2]. Atteinte d'une forte myopie elle est officiellement aveugle, elle est la dernière de trois filles. Ses parents emménagent aux États-Unis en 1924 pour s'installer à New York[3]. Audrey grandit à Harlem pendant la Grande Dépression, écoutant sa mère lui parler des Caraïbes. Elle n'apprend à parler que très tard, à l'âge de quatre ans. Cette incapacité à apprivoiser le langage, dans ses premières années, explique l'importance qu'elle a conférée à la langue et à sa réappropriation par les minorités (notamment à travers la poésie) par la suite. Toutefois, sa mère lui apprend à lire et à écrire assez tôt et Audre Lorde écrit son premier poème à la fin du collège (vers l'âge de treize ans). C'est à ce moment qu'elle choisit de retirer le « y » de son prénom, Audrey, pour devenir Audre.

À partir de 1947, elle poursuit ses études au Hunter College High School (en), un établissement d'études secondaires pour élèves surdoués où la majorité des étudiants sont blancs et issus des classes moyennes. C'est là qu'elle découvre la poésie, admirant John Keats, Lord Byron, T. S. Eliot ou encore Elinor Wylie, Edna St. Vincent Millay et Helene Magaret. Elle tente d'imiter l'intensité et la complexité de ces textes. Par ailleurs, elle rejoint les « Branded », une bande de filles blanches, éprises de poésie et avides de liberté, dont fait notamment partie la poètesse Diane di Prima. Ensemble, elles sèchent les cours, pratiquent l'occultisme, s'initient au mysticisme, écrivent et se lisent mutuellement leurs productions poétiques. Pourtant, même si ces jeunes filles viennent des classes sociales modestes, immigrées pour beaucoup, et ont elles aussi été reçues au Hunter College High School en raison de leurs bons résultats, Lorde se sent différente au milieu d'elles, contrainte de mettre son identité noire de côté. Or, elle subit un racisme quotidien : elle est notamment marquée par un voyage en famille à Washington (district de Columbia). à l'occasion de la fête nationale. Au cours de son périple touristique dans la ville, la famille décide de s'offrir des glaces. Mais tous les restaurants pratiquent la ségrégation raciale et la serveuse blanche refuse de servir des Noirs. La famille Lorde quitte le magasin, stoïque, mais Audre Lorde n'oubliera jamais cette humiliation. Aussi on ne s'étonnera guère que son amitié la plus forte durant cette période se noue avec une jeune danseuse noire, étudiante au Hunter College High School, Genevieve Johnson, ou Gennie, qui devient son alter ego et son premier amour (platonique). Comme Audre Lorde le raconte dans sa « mythobiographie », Zami: A New Spelling of My Name[4], à peine âgée de seize ans, Gennie se suicide en avalant de la mort aux rats, sans laisser d'explication à ce geste radical[5]. Audre Lorde est traumatisée par ce suicide et en porte la culpabilité[6]. Elle quitte sa famille peu après.

L'indépendance[modifier | modifier le code]

En rupture avec sa famille, Audre Lorde s'installe seule dans un appartement à Brighton Beach et travaille comme aide-soignante la nuit au Bellevue Hospital à Manhattan. À l'époque, alors que son journal intime révèle déjà de fortes attirances pour des femmes[7], elle sort avec un jeune étudiant blanc, Gerry Levine. Elle fait des études de littérature à l'université Hunter College. C'est une période de grand isolement et de solitude. Enceinte de Levine, elle réchappe d'un avortement clandestin risqué, qu'elle parvient à obtenir en février 1952, à la veille de son dix-huitième anniversaire[8]. Fin 1952, elle arrête ses études et déménage à Stamford (Connecticut) pour travailler. Après avoir été renvoyée au bout de trois semaines d'un job dans une usine de rubans parce que le syndicat refuse d'intégrer des Afro-Américains, elle trouve un emploi dur et peu rémunéré chez Keystone Electronics, où travaillent majoritairement des femmes noires et portoricaines. Elle y rencontre Virginia « Ginger » Thurman, noire elle aussi, qui est sa première amante. Elle commence à se dire « gay ». Elle milite avec le collectif « Free the Rosenbergs ».

Avec l'argent économisé, Audre Lorde finance son voyage au Mexique en 1954. Là, elle passe une année déterminante, étudiant à l'université nationale autonome du Mexique[9]. Elle s'installe dans la banlieue de Mexico, à Cuernavaca, une petite ville où vit une communauté bohème, paradis des réfugiés politiques du maccarthysme. Là, elle tombe amoureuse d'une journaliste lesbienne blanche d'une cinquantaine d'années, Eudora Garrett. C'est une période d'affirmation et de renaissance : elle consolide sa recherche identitaire aux niveaux personnel et artistique, s'affirmant comme lesbienne et poètesse.

De retour à New York, elle publie la nouvelle « La Llorona » dans la revue Venture sous le pseudonyme de Rey Domini. Elle continue à exercer de petits boulots (notamment secrétaire médicale et bibliothécaire) tout en étudiant pour devenir bibliothécaire au Hunter College. Audre Lorde fréquente assidûment la communauté lesbienne qui se réunit dans plusieurs bars de l'East Village et du West Village, un milieu d'outsiders majoritairement blanches. Même si les quelques lesbiennes noires sont acceptées et entretiennent souvent des relations interraciales, et si toutes partagent une même expérience de l'oppression en tant qu'homosexuelles, Audre Lorde n'en souffre pas moins du tabou qui entoure la question de la "race" dans cette communauté. À cette période, elle poursuit son travail d'écriture, tout en partageant sa vie avec Marion Masone, une jeune Blanche souffrant de schizophrénie, dont elle se sépare après deux ans de vie commune[10]. Après avoir obtenu son Bachelor of Arts (licence) en 1959 au Hunter College, Audre est admise à l'université Columbia où elle soutient avec succès son Master of Arts (mastère 2) de bibliothécaire en 1961. Elle travaille alors comme bibliothécaire à la bibliothèque municipale de Mount Vernon[11].

Écrire et militer[modifier | modifier le code]

À partir des années 1960, Audre Lorde publie régulièrement, que ce soit dans des magazines littéraires noirs, des anthologies de poésie ou dans une anthologie de poésie noire éditée par Langston Hughes, New Negro Poets, USA (1962)[12]. Mais c'est la maison d'édition de Diane di Prima, Poet's Press, qui publie le premier recueil de poèmes : The First Cities (1968). Dans l'introduction de l'ouvrage, Di Prima rend hommage à leur longue amitié et remercie Audre Lorde de l'avoir aidée à accoucher de son dernier enfant.

En 1962, Lorde contracte un mariage très peu conventionnel avec le juriste Edwin Rollins, homosexuel blanc. De cette union, qui ne les empêche pas de poursuivre leur vie amoureuse chacun de leur côté, naîtront deux enfants, Elizabeth et Jonathan. Ils divorceront en 1970. En 1966, Audre Lorde est promue bibliothécaire en chef à la bibliothèque de Town School à New York, où elle demeure jusqu'en 1968. La même année, elle est invitée en résidence à l'université de Tougaloo dans le Mississippi, financée par une bourse du National Endowment for the Arts. Audre Lorde y rencontre Frances Clayton, professeure de psychologie, qui devient sa compagne et avec laquelle elle vivra plusieurs années à Staten Island, où elles élèvent ensemble les enfants de Audre Lorde jusqu'en 1989.

Séjours en Allemagne et Suisse[modifier | modifier le code]

Entre 1984 et 1992, elle passe beaucoup de temps à Berlin. En 1984, elle est professeure invitée au John F. Kennedy-Institute for North American Studies de la Freie Universität de Berlin. En effet, à l'époque, Audre Lorde est de plus en plus reconnue en Europe, notamment en Allemagne.

Les années à Berlin[modifier | modifier le code]

À partir d'images d'archives, Dagmar Schultz réalise en 2012, Audre Lorde: The Berlin Years 1984 to 1992. Ce documentaire suit Audre Lordre lors des conférences et interventions en Allemagne, auprès de la diaspora noire. Il montre le rôle de mentor qu'a joué Audre Lordre dans le développement de la lutte antiraciste et du mouvement afro-allemand avant et après la réunification allemande[13],[14].

Séjour en Suisse[modifier | modifier le code]

Elle vient également en Suisse, en 1984 à Bâle pour soigner son cancer et elle en profite pour donner des conférences et des lectures à la Paulus-Akademie à Zurich entre 1986 et 1988. Elle y rencontre Zeedah Meiherhofer-Mangeli et Carmel Fröhlicher-Stines, qui fortement inspirées par son exemple fondent l'association Women of Black Heritage en 1988 et au début des années 1990 le Centre de ressources pour femmes noires à Zurich. elle est ensuite invitée par Rina Nissim à Genève. Rina Nissim, féministe et lesbienne très engagée à Genève, dirige la maison d'édition Mamamélis et fait publier et diffuser ses écrits et sa poésie en France, Belgique et Canada[15].

Les dernières années, le cancer et Zami[modifier | modifier le code]

Durant quatorze ans, Lorde se bat contre un cancer du sein qui, diagnostiqué en 1978, la contraint à subir une mastectomie. Six ans plus tard, le cancer revient sous forme métastatique ; elle déclare avoir un cancer du foie. Elle devient alors d'autant plus active, avec notamment The Cancer Journals (1981). Un documentaire, A Litany for Survival: The Life and Work of Audre Lorde, fait son portrait d'autrice, poètesse, activiste, féministe et lesbienne jusqu'à son décès, dû au cancer, le à Saint-Croix (Îles Vierges des États-Unis), où elle vivait avec sa compagne Gloria I. Joseph[16].

Elle refuse de porter une prothèse après l’ablation des seins due à son cancer. D'une part cette attitude de faire comme si rien ne s'était passé et de ne pas prendre en compte la différence et la faiblesse lui semble une posture. De plus, cacher sa maladie et tenter de la rendre invisible coupe les femmes qui en ont été victimes car elle les empêche de se reconnaître et les « privent des forces qui peuvent jaillir de l'expérience une fois celle-ci admise et analysée »"[17].

Retour à Sainte Croix et rédaction de Zami[modifier | modifier le code]

À la fin de sa vie, elle quitte l'Amérique et part vivre à Sainte Croix, pour renouer avec ses origines caribéennes. C'est durant cette période qu'elle écrit Zami. Dans le texte, Lorde écrit que Zami est un nom Carriacou désignant les femmes qui travaillent ensemble en tant qu'amies et amantes. Carriacou est l'île des Caraïbes d'où sa mère a émigré aux États-Unis[18]. Lorde débute Zami en écrivant qu’elle doit son pouvoir et sa force aux femmes noires de sa vie, et une grande partie du livre est consacrée à des portraits détaillés d’autres femmes afro descendantes[18].

Intersectionnalité[modifier | modifier le code]

Audre Lorde a jeté les prolégomènes de la théorie de l’« oppression multiple » (intersectionnalité), qui sera développée quelques années plus tard par Kimberlé Williams Crenshaw, qui diffuse ce concept dans les milieux universitaires. En 1984, Andre Lorde publie Sister Outsider, un recueil de textes et d'essais politiques. Elle y invite notamment le féminisme à s'interroger sur ses propres limites. En effet, selon elle, les féministes défendraient un modèle féminin que l'auteur juge trop étroit[19]. Les femmes blanches ignoreraient ainsi leur  privilège d'être blanches et leur propre expérience ne permettrait pas de se battre pour toutes les femmes à cause d'un racisme intériorisé et d'une difficile appréhension des violences qui s'ajoutent au sexisme pour une femme non blanche. Ce qu'elle présente comme un féminisme blanc et bourgeois, exclurait donc de fait certaines femmes (« then women of Color become "other" , the outsider whose experience  and tradition is too "alien" to comprehend" » (« Dès lors les femmes de couleur deviennent des "autres", des exclues dont l'expérience et les traditions sont trop "étrangères" pour être saisies »).

Audre Lorde note que les discriminations que subissent les femmes noires sont de trois types : couleur de peau, genre et classe. Ces oppressions se combinent selon elle les unes avec les autres et s'observent chez les femmes noires cantonnées majoritairement dans les travaux de service et de soins à la personne. L'auteur écrit ainsi que celles-ci font des ménages ou s’occupent des enfants de familles blanches plus aisées. Ces emplois précaires nécessitent de longs trajets et des horaires nocturnes ou matinaux. Elles sont aussi plus souvent exposées à des violences sexuelles. Pour Audre Lorde, les conditions spécifiques des femmes noires sont minorisées voir invisibilisées par les féministes blanches radicales[19] comme Mary Daly qui affirme que toutes les femmes subissent la même oppression parce qu’elles sont femmes.

Ce qui deviendra l'intersectionalité est un combat central dans la vie et les écrits d'Audre Lorde. Dans l'article « Learning from the 60's » publié dans Sister's outsider, elle estime qu'il n'y a pas de libération monolithique possible. Il s'agirait d'un mouvement complexe qui doit prendre en compte des combats différents mais qui s'articulent autour de structures d'oppressions communes. Elle écrit ainsi : « Our erasure only paves the way for erasure of other people of Color, of the old, of the poor; of all of those who do not fit that mythic dehumanizing norm » (« Notre effacement ne fait que montrer le chemin pour l'effacement d'autres personnes de couleur, âgées, pauvres, et de toutes les autres personnes qui ne rentrent pas dans cette norme mythique qui nous déshumanise »)[20]. Elle crée en 1980 une maison d'édition « Kitchen Table : Women of Color Press », une maison d'édition dédiée aux auteures « non-blanches » minorisées dans le monde culturel et de l'édition. Elle se définissait elle-même comme inséparablement « noire, lesbienne, féministe, poètesse, mère, guerrière »[19].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Hommages et postérité[modifier | modifier le code]

Renommage de la rue Rousseau à Genève en Rue Audre Lorde en 2019

En 2019 à Genève l'association l'Escouade dans le cadre du projet 100elles renomme temporairement la rue Rousseau à son nom[21],[15].

La militante et universitaire afroallemande Marion Kraft contribue aussi, à travers ses publications, à faire connaître la figure d'Audre Lorde en Allemagne et en Europe[22].

Publications[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • The First Cities (1968).
  • Cables to Rage (1970).
  • From a Land Where Other People Live (1973).
  • New York Head Shop and Museum (1974).
  • Coal (1976).
  • Between Our Selves (1976).
  • The Black Unicorn (1978). Traduction française par Gerty Dambury : La Licorne noire, Paris, L'Arche Éditeur, 2021.
  • Undersong: Chosen Poems Old and New (1982).
  • Our Dead Behind Us (1986).
  • Need: A Chorale for Black Woman Voices (1990).
  • The Marvelous Arithmetics of Distance (1993).

Prose[modifier | modifier le code]

  • Uses of the Erotic: The Erotic as Power (1978).
  • The Cancer Journals (1980). Traduction : Journal du cancer suivi de Un souffle de lumière, Québec, Mamamélis/Trois, 1998.
  • Zami: A New Spelling of My Name, Mythobiography (1983). Traduction : Zami : une nouvelle façon d'écrire mon nom, Québec, Mamamélis, 2001.
  • Sister Outsider: Essays and Speeches (1984). Traduction : Sister Outsider, essais et propos d'Audre Lorde, Mamamélis, 2003.
  • I Am Your Sister: Black Women Organizing Across Sexualities (1985).
  • A Burst of Light: Essays (1988).

Documentaires[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

  • Jennifer Abod, The Edge of Each Other’s Battles: The Vision of Audre Lorde, 2002.
  • Ada Gray Griffin et Michelle Parkerson, A Litany for Survival: The Life and Work of Audre Lorde, 1995.
  • Dagmar Schultz, Audre Lorde: The Berlin Years 1984 to 1992, 79 minutes, 2012.

Radio[modifier | modifier le code]

  • Audre Lorde (1934-1992) Poète guerrière, sur France Culture[17].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Shelley Berlowitz, Zeedah Meierhofer-Mangeli, « Her Story. Die Geschichte des Treffpunkts Schwarzer Frauen », in Terra incognita? Der Treffpunkt Schwarzer .Frauen in Zürich, Zurich, Limmat Verlag, 2013, pp. 42-90[23].
  • Stella Bolaki, Sabine Broeck, Audre Lorde’s Transnational Legacies, Amherst, University of Massachusetts Press, 2015[24].
  • Alexis De Veaux, Warrior Poet: A Biography of Audre Lord, New York, W.W. Norton, 2004[25].
  • Joan Wylie Hall, Conversations With Audre Lorde, University Press of Mississippi, 2004[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Audre Lorde | Biography, Books, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  2. (en-US) « Audre Lorde | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  3. (en-US) « Lorde, Audre (1934–1992) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  4. Traduction : Zami : une nouvelle façon d'écrire mon nom, Québec, Mamamélis, 2001.</
  5. Alexis de Veaux, Warrior Poet. A Biography of Audre Lorde, New York, Norton & Company, p. 28-30.
  6. Journal intime non publié, 16 mars 1951. Cité par Alexis de Veaux, Warrior Poet. A Biography of Audre Lorde, op. cit., p. 30
  7. Alexis de Veaux, Warrior Poet. A Biography of Audre Lorde, op. cit., p. 31.
  8. Audre Lorde, Zami: A New Spelling of My Name, Watertown, Mass., Persephone Press, 1983, p. 107-115.
  9. (en) « Audre Lorde - Gender and Sexuality Student Services - UIS », sur www.uis.edu (consulté le )
  10. Alexis de Veaux, Warrior Poet. A Biography of Audre Lorde, New York, Norton & Company, p. 58.
  11. (en-US) « Audre Lorde », sur Biography (consulté le )
  12. Langston Hugues (dir.), New Negro Poets, USA, [1964], Indiana University Press, Bloomington & London Eighth Printing, 1970
  13. (en) Patricia-Pia Célérier, « Audre Lorde: The Berlin Years 1984 to 1992 by Dagmar Schultz (review) », African Studies Review, vol. 57, no 1,‎ , p. 237–238 (ISSN 1555-2462, lire en ligne, consulté le )
  14. (en-US) Charly Wilder, « Audre Lorde’s Berlin », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  15. a et b « Audre Lorde », sur 100 Elles*, (consulté le )
  16. « Gloria Joseph on Audre's necklaces - Deleted Scene from "Audre Lorde The Berlin Years" film » (consulté le )
  17. a et b « Audre Lorde (1934-1992) Poète guerrière », sur France Culture (consulté le )
  18. a et b Audre Lorde, Zami : A New Spelling of My Name, New York, Crossing Press, , 256 p. (ISBN 978-0-89594-123-7)
  19. a b et c Nassira Hedjerassi, « Audre Lorde, l’outsider. Une poète et intellectuelle féministe africaine-américaine », Travail, genre et sociétés, no 37,‎ , p. 111 à 127 (lire en ligne)
  20. « (1982) Audre Lorde, “Learning from the 60S” », sur blackpast.org,
  21. Sylvia Revello, « Les rues genevoises en voie de féminisation », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  22. (en) Toyin Falola et Olajumoke Yacob-Haliso, Gendering Knowledge in Africa and the African Diaspora: Contesting History and Power, Routledge, (ISBN 978-1-351-71121-0, lire en ligne)
  23. Berlowitz, Shelley,, Joris, Elisabeth, 1946-, Meierhofer-Mangeli, Zeedah, et Prodolliet, Simone, 1957-, Terra incognita? : der Treffpunkt Schwarzer Frauen in Zürich, , 250 p. (ISBN 978-3-85791-727-1 et 385791727X, OCLC 868018217, lire en ligne)
  24. Broeck, Sabine, et Bolaki, Stella,, Audre Lorde's transnational legacies, University of Massachusetts Press, , 268 p. (ISBN 978-1-61376-352-0 et 1613763522, OCLC 928807913, lire en ligne)
  25. De Veaux, Alexis, 1948-, Warrior poet : a biography of Audre Lorde, W.W. Norton, 2006, ©2004, 446 p. (ISBN 978-0-393-32935-3 et 9780393329353, OCLC 71164096, lire en ligne)
  26. (en) Lorde, Audre., Conversations with Audre Lorde, Jackson (Miss.), University Press of Mississippi, , 208 p. (ISBN 978-1-57806-642-1, 9781578066421 et 1578066433, OCLC 55762793, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Biographie et poèmes, sur le site Modern American Poetry (lien)
  • « Transformer le silence en paroles et en actes », communication, décembre 1977 à Chicago, trad. fr. (PDF à télécharger)
  • « Âge, race, classe sociale et sexe : les femmes repensent la notion de différence», colloque Copeland, Amherst College, avril 1980 (PDF à télécharger)
  • « De l’usage de la colère : la réponse des femmes au racisme », ouverture de la conférence de l’Association nationale des études femmes à Storrs , juin 1981(PDF à télécharger)
  • Nassira Hedjerassi, « Audre Lorde, l’outsider. Une poétesse et intellectuelle féministe africaine-américaine », Travail, genre et sociétés, 2017/1, n°37, DOI:10.3917/tgs.037.0111

Sur les autres projets Wikimedia :