Audi 90

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Audi 90
Audi 90
Audi 90 type 89

Marque Drapeau : Allemagne Audi
Moteur et transmission
Moteur(s) 5 cylindres essence ou 4 cylindres TD
Cylindrée 1.6 (diesel) - 1.8 - 2.0 - 2.2 - 2.3 cm3
Puissance maximale 70 - 170 ch
Transmission traction ou quattro
Poids et performances
Poids à vide de 1 000 à 1 300 kg
Vitesse maximale 189 à 230 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 8,5 s
Consommation mixte 5,5 a 13,5 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) berline 4 portes
Chronologie des modèles

L'Audi 90 type 81 (1984/1986) est à la 80 ce que la 200 est à la 100, la version haut de gamme alliant luxe (finition, équipement) et hautes performances, en outre exclusivement motorisée par des moteurs 5 cylindres maison.

Avant le restylage intervenu en août 1984 qui a scindé en deux la gamme 80 en 80 et 90, il existait déjà une 80 quattro (1982 / 1984), équipée d'un 5 cylindres en ligne à injection de 2,1 litres et 130 ch (moteur KK). Cette version était épaulée par une 80 CD à 5 cylindres 1,9 litre de 115 ch (WN), alimenté par un carburateur double-corps, puis d'un 2 litres de même puissance (JS), à injection Bosch K-Jetronic. Entre parenthèses, le moteur JS équipa la 80 quattro à partir du millésime 1983 afin de créer une gamme "80 quattro", version indisponible en France.

Audi 90 Noir

Le nouveau modèle 90 (1984 / 1986) du type 81 (type 85 en quattro) est donc uniquement motorisé par des 5 cylindres (excepté pour la rare version turbo-diesel 70 ch de 1986, non importées en France). On retrouve deux 5 cylindres en ligne (2 litres/115 ch -JS- et 2,2 litres/136 ch). La 2,0 L est la seule à posséder un freinage dit "mixte" (Disques ventilés av/Tambours arr). Par rapport à la 80, la 90 se distingue par des pare-chocs plus enveloppants et massifs, dans la teinte de la carrosserie, la bande des feux arrière est différente, phares principaux et antibrouillard entourent la calandre tandis que les longues portées et les clignotants se trouvent dans le bouclier. La version 2,2 litres dispose en plus d'un becquet sur la malle arrière.

En version quattro, la 90, par l'enclenchement manuel des blocages de différentiel central et central-arrière (commande pneumatique), permet une meilleure motricité par faible adhérence et apporte un sentiment de sécurité indéniable.

De par un coefficient de traînée (Cx) peu flatteur la 90 se "contente" d'une vitesse de pointe de 202 km/h (données constructeur pour le moteur KV), et le 0 à 100 km/h est établi en 8,5 secondes ; la consommation mixte se situe aux alentours de 9 l/100 km. La consommation mixte varie en fonction des conducteurs de 6 à 13,5 litres/100 km, tout cela en version traction.

Audi 90Q type 89

L'arrivée en octobre 1986 de la nouvelle 80 au Cx "record" de 0,29 (type 89) annonce une nouvelle 90 mais sa commercialisation tardera jusqu'au printemps 1987. Comme la première génération, la 90 type 89 se distingue extérieurement par ses chromes (moulures de pare-chocs et baguettes latérales, entourage de vitres), ses boucliers ton caisse, son bandeau de feux et la même implantation des phares. La direction assistée est de série. Mécaniquement, le 2 litres (PS) et le 2,2 litres sont reconduits. Seul ce dernier reçoit le système "quattro" qui voit son différentiel central à blocage manuel remplacé par un Torsen. le blocage du différentiel arrière est toujours manuel mais se déconnecte à partir de 25 km/h. Une nouvelle boîte de vitesses apparait, plus compacte. Enfin, le freinage est à 4 disques, ventilés à l'avant. Les jantes en aluminium de 14 pouces (2,2 litres) sont nouvelles et dites "aéro" (cinq branches).

Au début de l'année 1988, Audi sort la 90 20v (traction et quattro) développant 160 ch. Sur la base du 2,0 L, la culasse voit le nombre de ses soupapes doubler (NM).

Cependant, le poids (surtout en quattro, environ 1 300 kg.) et l'étagement de la boîte ne favorisent pas vraiment les performances. Pourquoi le choix d'une telle cylindrée ? Tout simplement parce que les moins de 2 litres sont exempts de catalyseur (en France) et de surtaxe (Italie). Le tir est "corrigé" l'année suivante avec la venue de la motorisation 2,3 litres (7 A) dont la puissance est de 170 ch (catalyseur et sonde lambda, injection Bosch Motronic avec boitier Hitachi). Les 20v ont droit aux jantes de 15 pouces "aéro" (six branches). Cette même année, le 2 litres reçoit l'injection Bosch KE Jetronic. Pour le millésime 1990, le 2,2 litres est remplacé par un 2,3 litres (NG) de même puissance (Bosch KE III Jetronic, catalyseur et sonde lambda). L'ABS est de série sur les 2,3 litres et 2.3 20v.

La refonte de la 80 (type B4) pour le millésime 1992 sonne le glas pour la 90, tout comme pour la 200 vis-à-vis de la 100 un an plus tôt.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :