Aucanquilcha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aucanquilcha
Vue du volcan Aucanquilcha depuis le nord-ouest.
Vue du volcan Aucanquilcha depuis le nord-ouest.
Géographie
Altitude 6 176 m
Massif Cordillère Occidentale (Andes)
Coordonnées 21° 11′ 07″ sud, 68° 36′ 20″ ouest
Administration
Pays Drapeau du Chili Chili
Région Antofagasta
Province El Loa
Géologie
Âge 11 millions d'années
Roches Dacite, andésite
Type Volcan gris
Activité Éteint
Dernière éruption 240 000 ± 50 000 ans
Code GVP 355823
Observatoire Observatoire volcanologique des Andes du Sud

Géolocalisation sur la carte : Chili

(Voir situation sur carte : Chili)
Aucanquilcha

L'Aucanquilcha est un stratovolcan situé dans le Nord du Chili dans la région d'Antofagasta, près de la frontière avec la Bolivie. Il culmine à l'altitude de 6 176 m[1].

La dernière éruption date du Pléistocène. Une légère activité de fumeroles persiste cependant, et des dépôts de soufre se forment à son sommet.

Une mine de sulfure ouverte en 1913[2] à 5 950 m d'altitude y a été en exploitation entre 1950 et 1992 ; c'était à cette époque la plus haute mine du monde.

Implantation humaine[modifier | modifier le code]

En 1935, une expédition trouve des hommes vivant à une altitude de 5 300 m et rejoignant la mine à pied. Un village abandonné est découvert à 5 639 m. La conclusion de l'expédition est alors que cette altitude est la plus élevée où il est possible d'habiter en permanence[3]. Cependant, en 1986, quatre hommes, des mineurs, vivent sur le bord du volcan à une altitude de 5 950 m, ce qui en fait l'implantation humaine permanente connue la plus élevée sur terre[4],[5]. L'un d'entre-eux indique qu'il habite là depuis deux ans[6]. Les recherches effectuées indiquent qu'ils sont pleinement acclimatés à l'altitude, avec moins d'hyperventilation et plus d'hémoglobine que les personnes vivant à une moins haute altitude. Les mineurs descendent à des altitudes plus basses le week-end pour voir leur famille[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Aucanquilcha, Global Volcanism Program.
  2. (es) José Antonio González, La industria minera de Antofagasta y la inmigración boliviana durante el ciclo salitrero. Notas para su estudio, Si Somos Americanos. Revista de Estudios Transfronterizos, vol. 10, no 2, décembre 2010.
  3. (en) John B. West, « Highest Permanent Human Habitation », High Altitude Medicine & Biology, vol. 3, no 4, 2002, pages 401–407.
  4. (en) Noberto C. Gonzalez, M. Roger Fedde, Oxygen Transfer from Atmosphere to Tissues, Springer Science & Business Media, 2012.
  5. (en) Jose Araneda, The world's highest inhabited place: Aucanquilcha, Chile, School of Photographic Arts and Sciences.
  6. (en) J. B. West, « Alexander M. Kellas and the physiological challenge of Mt. Everest », Journal of Applied Physiology, juillet 1987.
  7. (en) Göran E. Nilsson, Respiratory Physiology of Vertebrates: Life With and Without Oxygen, Cambridge University Press, 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :