Aubiet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aubiet
La Place de la Mairie, avec la mairie et l'église.
La Place de la Mairie, avec la mairie et l'église.
Blason de Aubiet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Canton Auch-2
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux Arrats Gimone
Maire
Mandat
Thierry Lecarpentier
2015-2020
Code postal 32270
Code commune 32012
Démographie
Gentilé Aubiétains
Population
municipale
1 115 hab. (2014 en augmentation de 0,72 % par rapport à 2009)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 38′ 49″ nord, 0° 47′ 04″ est
Altitude 150 m
Min. 138 m
Max. 233 m
Superficie 38,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Aubiet

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Aubiet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubiet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubiet
Liens
Site web http://www.mairie-aubiet.fr/

Aubiet (même nom en gascon : voir Aubiet) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Aubiet se situe dans le canton d'Auch-2 et dans l'arrondissement d'Auch, à une distance de 8 km à l'ouest de Gimont[1].

Situation d'Aubiet.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Nougaroulet Ansan

Blanquefort

Sainte-Marie Rose des vents
Marsan N Escornebœuf

Gimont

O    Aubiet    E
S
Lussan L'Isle-Arné Juilles

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Aubiet se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare d'Aubiet.

Accès par la route nationale 124 et par la ligne SNCF (ligne Toulouse - Auch), arrêt en gare d'Aubiet.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Aubiet est mentionné pour la première fois en 1158 sous le nom de castellum albineti. On trouve à la même époque par la suite également le nom d'Albinel[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

De nombreux sites gallo-romains sont présents et prouvent l'occupation du territoire durant l'Antiquité[1].

Située dans le Corrensaguet, sa motte castrale existe au moins depuis le XIIe siècle et est alors une étape sur la via Tolosana pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Sa charte de coutumes est mise par écrit en 1288. Elle est accordée au bourg castral, déjà protégé par une enceinte, par Bernard VI d'Armagnac[1].

En 1561, voit le jour dans la localité le père Montgaillard, jésuite, recteur du collège d'Auch. Ses manuscrits sont à l'origine de l'histoire de la Gascogne.

Aubiet est ruiné par les guerres de religion. Les troupes huguenotes de Mauvezin s'emparent d'Aubiet en 1568 après 10 ans de guerre.

En 1626, M. de Puységur, commissaire du Roi fait la visite des murailles d'Aubiet. Il note : « La ville a trois portes avec tours, flancs, rivelins et pont-levis ». De tout cela, il ne reste rien aujourd'hui, mais Aubiet garde un certain caractère féodal. Son église possède encore une cloche, appelée « la sourde », datant des croisades.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Dominique Pasquio DVG  
mars 2008 mai 2010 Daniel Hazard    
juin 2010 janvier 2011 Jean-Pierre Amiel    
janvier 2011 novembre 2015[3] Jean-Vincent Pisoni DVG  
nov 2015 en cours Thierry Lecarpentier DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes de l'Arrats-Gimone.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2014, la commune comptait 1 115 habitants[Note 1], en augmentation de 0,72 % par rapport à 2009 (Gers : +1,84 %).
          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 526 1 432 1 454 1 346 1 474 1 488 1 528 1 512 1 440
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 468 1 457 1 404 1 433 1 407 1 377 1 324 1 244 1 193
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 150 1 090 925 1 042 1 002 978 1 019 953 960
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
971 880 911 1 019 1 001 1 054 1 114 1 115 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Aubiet dispose d'une école élémentaire publique (102 élèves en 2013)[8].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête : 30 juillet[9].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 28 717 €[10].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame de Pitié et de Charité ;
  • Un buste gallo-romain servant de support à une croix près du cimetière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or au corbeau de sable posé sur une terrasse de sinople[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. I : Arrondissement d'Auch, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers, , 460 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF39151085)
  2. Plan séisme
  3. « Le maire d'Aubiet, Jean-Vincent Pisoni, s'est donné la mort », ladepeche.fr, 11 novembre 2015
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  8. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, École élémentaire publique à Aubiet
  9. Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310)
  10. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  11. Banque du blason.