Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil
Titre original
(ja) 国境の南、太陽の西Voir et modifier les données sur Wikidata
Formats
Langue
Auteur
Genres
Littérature contemporaine (en)
Fiction romantique (d)
Magic realist fiction (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates de parution
Lieu de publication
Pays
Éditeur
Nombre de pages
296Voir et modifier les données sur Wikidata
ISBN 10
0-09-944857-2
4-06-206081-7Voir et modifier les données sur Wikidata
ISBN 13
978-4-06-206081-3
978-0-09-944857-0Voir et modifier les données sur Wikidata

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil (国境の南、太陽の西, Kokkyō no minami, taiyō no nishi?) est le septième roman de l'écrivain japonais Haruki Murakami, paru en 1992 au Japon.

Il est traduit en français par Corinne Atlan et parait aux Éditions Belfond en 2002.

Résumé[modifier | modifier le code]

Hajime est un père de famille propriétaire de plusieurs clubs de jazz à succès. Un soir, une femme qui lui semble familière entre dans un de ses clubs.

Il reconnait finalement Shimamoto, une amie d'enfance qui fut également sa première expérience romantique et dont il fut séparé à la fin de l'école primaire. Cette rencontre ravive en Hajime les souvenirs de son enfance ainsi que ses sentiments amoureux.

Il se met alors en quête de retrouver Shimamoto, qui semble n'apparaître que pendant les jours de pluie, au détriment de sa propre famille.

Titre du roman[modifier | modifier le code]

La partie "au sud de la frontière" fait référence à la frontière entre les États-unis et le Mexique dans la chanson South of the Border de Nat King Cole, que Hajime écoutait beaucoup quand il se rendait chez Shimamoto étant enfant.

Il est intéressant de noter que cette chanson n'a jamais été chantée par Nat King Cole et n'existe donc pas en vrai.

Quant à la partie "à l'ouest du soleil", il s'agit d'une allusion au piblokto, ou hysteria siberiana. Cette maladie psychiatrique endémique des régions arctiques touche principalement les femmes, et serait causée par un manque de soleil.

Dans le livre, Shimamoto explique que "quelque chose meurt" au fond des personnes qui en sont atteintes, et celles-ci se mettent à marcher vers l'ouest, à l'opposé de là où se lève le soleil, sans raison.