Au service de la France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Au service de la France
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de la série.
Genre Comédie, Espionnage
Création Jean-François Halin
Jean-André Yerlès
Claire Lemaréchal
Production Gilles de Verdière
Acteurs principaux Hugo Becker
Wilfred Benaïche
Christophe Kourotchkine
Karim Barras
Bruno Paviot
Jean-Édouard Bodziak
Marie-Julie Baup
Mathilde Warnier
Antoine Gouy
(liste complète)
Musique Nicolas Godin
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine Arte
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 24
Durée 26 minutes
Diff. originale
Site web boutique.arte.tv/detail/au_service_de_la_france_saisons_1_2

Au service de la France est une série télévisée française de deux saisons créée par Jean-François HalinClaire Lemaréchal et Jean-André Yerlès, réalisée par Alexandre Courtès (saison 1) et Alexis Charrier (saison 2) et diffusée, pour la première saison du au sur la chaîne franco-allemande Arte. La deuxième saison est diffusée à partir du toujours sur Arte. La série est par ailleurs disponible en France sur Netflix.

La série parodie les films d'espionnage sur les services secrets français du début des années 1960, symbole d'une France coloniale en déclin. Son ton rappelle la saga OSS 117 avec Jean Dujardin, dont Jean-François Halin a aussi écrit les scénarios et qui est également produite par Mandarin.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1960, André Merlaux, 23 ans, intègre les services de renseignement français, comme stagiaire. Beau garçon, bien élevé, malin mais influençable, Merlaux aura beaucoup à apprendre pour servir et défendre les intérêts de la France. Trois fonctionnaires suffisants sont chargés de le former pour effectuer des opérations délicates et parfois saugrenues : Moulinier (responsable de la zone Afrique), Jacquard (Algérie française) et Calot (bloc de l'Est). André découvre les méandres de l'administration et navigue à vue au milieu des incidents diplomatiques à répétition[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Personnages principaux et récurrents[modifier | modifier le code]

Invités et personnages ponctuels[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

La série est créée par Jean-François Halin, scénariste des films OSS 117 : Le Caire, nid d'espions et OSS 117 : Rio ne répond plus avec Jean Dujardin. Il est aidé sur les scénarios par Claire Lemaréchal et Jean-André Yerlès, scénaristes de la série Fais pas ci, fais pas ça[2]. La série est d'abord destinée à Canal+ mais, faute d'entente, elle se voit récupérée par Arte[3].

Le tournage de la série a lieu d' à en Île-de-France et au Maroc[4].

Le , la préparation d'une seconde saison est confirmée par Olivier Wotling, directeur des programmes de fiction chez Arte[5]. Douze nouveaux épisodes sont ainsi déjà scénarisés, prêts à être tournés[6].

Le , Arte annonce la diffusion de la seconde saison à partir du après une rediffusion de la première saison entre le 26 et le .

En , Hugo Becker confirme des rumeurs qui courent depuis la fin de la saison 2[7], qu'il n'y aura pas de troisième saison[8].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Saison 1 (2015)[modifier | modifier le code]

  1. Le Tsèt
  2. Il y a allemand et allemand
  3. Un peu de soleil
  4. L'Algérie, c'est la France
  5. Le Prunier
  6. Une femme moderne
  7. VG 42
  8. Mission Monôme
  9. Plume invisible
  10. Le Code Taupe
  11. Le Plan quinquennal
  12. Au service de ma France

Saison 2 (2018)[modifier | modifier le code]

  1. Tétanos et Fièvre Jaune ou Opérations exotiques[9]
  2. Autodéterminés
  3. Quand l'eau est à 12°, on doit s'attendre à ce qu'elle soit froide
  4. Le singe est dans la fusée
  5. Le Pouche
  6. Elle est pas verte, Gerboise Verte
  7. Quel rapport avec l'Afrique ?
  8. John, Jacky, Yvonne et le Général
  9. Tovaritch Merlaux
  10. C'est beau la Pologne
  11. Non mort de la taupe morte
  12. Code étendu en Algérie

Accueil[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

Sur Arte, les quatre premiers épisodes attirent 1,18 million de téléspectateurs, soit 4,4 % du public, se plaçant en sixième position des programmes de la soirée[10]. L'audience des quatre épisodes suivants chute à 619 000 téléspectateurs, soit 2,4 % du public, ne se plaçant plus qu'à la onzième position des programmes de la soirée[11]. Les quatre derniers épisodes sont stables avec 660 000 téléspectateurs, soit 2,6 % du public, se plaçant en neuvième position des programmes de la soirée[12].

Critique[modifier | modifier le code]

Pour TV Magazine, la série est « soignée, chic et réaliste » avec des intrigues qui abordent des faits historiques cruciaux. Les personnages sont « colorés, aux caractères bien dessinés », et les dialogues sont « tellement politiquement incorrects qu'ils en deviennent jubilatoires »[13].

Pour Télérama, la série fait preuve d'une « ironie historique jouissive » jouant avec les enjeux géopolitiques de l'époque. Les personnages, « d'une absence totale de discernement et d'une arrogance à toute épreuve », sont attachants en raison de leur sincérité. La réalisation « joue la carte de l'élégance »[3],[14].

Pour Le Monde, la série est une parodie d'espionnage à la ressemblance avec OSS 117 assumée. Les scénaristes « jouent avec une réelle habileté sur la nostalgie que continue d'inspirer cette époque » et n'hésitent pas à « se moquer du pouvoir, ringardiser l'autorité et à rendre l'administration responsable de notre inertie nationale ». La force de la série est son « attention aux détails ». Selon le quotidien, elle est à la fois déconcertante et provocante[15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Clin d’œil[modifier | modifier le code]

Karim Barras, Bruno Paviot et Jean-Édouard Bodziak reprennent brièvement leurs rôles respectifs de Jacky Jacquard, Roger Moulinier et Jean-René Calot dans le film OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire (2021) de Nicolas Bedos, du même scénariste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Au service de la France », sur Allociné (consulté le ).
  2. Tanguy Ravez, « Au Service de la France : c'est quoi cette série ? », sur Allociné, .
  3. a et b Isabelle Poitte, « Au service de la France dézingue les années de Gaulle », sur Télérama, .
  4. Thomas Destouches, « Au Service de la France: un peu d'OSS 117 dans la nouvelle série d'Arte », sur Allociné, .
  5. « Au Service de la France », sur facebook.com (consulté le ).
  6. Julia Baudin, « Au service de la France : une saison 2 sur les rails », sur tvmag.lefigaro.fr, TV Magazine, (consulté le ).
  7. Jérémie Dunand, « #AuServiceDeLaFrance n’aura pas de saison 3. Et une suite de #JAiDeuxAmours "n’est pas à l’ordre du jour". @ARTEfr #FFTV2018 #FFTV », sur twitter.com, (consulté le ).
  8. Kevin Boucher, « Hugo Becker ("Osmosis") : "Même un projet de grande ampleur peut être fait de façon artisanale" », sur ozap.com, (consulté le ).
  9. (en) « Au service de la France (TV Series 2015– ) season 2 », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  10. Benoit Daragon, « Audiences : Carton pour le final d'Une chance de trop, TMC en forme, bon lancement pour la nouvelle série d'Arte », sur PureMédias, .
  11. Benoit Daragon, « Audiences : Bon retour de Profilage, lancement raté pour Secrets and Lies, W9 et TMC en grande forme », sur PureMédias, .
  12. Charles Decant, « Audiences : Profilage écrase la concurrence, France 3 devant France 2, M6 toujours faible », sur PureMédias, .
  13. Julia Baudin, « Au service de la France pour le meilleur et pour le rire », sur TV Magazine, .
  14. Isabelle Poitte, « Critique du premier épisode », sur television.telerama.fr, .
  15. Pierre Sérisier, « Au Service De La France – Parodie nostalgique », sur seriestv.blog.lemonde.fr, .
  16. « Palmarès 2015 », sur Festival de la fiction TV (consulté le ).
  17. « Digital Creation GENIE Awards 2016 », sur parisimages-digitalsummit.com (consulté le ).
  18. Association des critiques de séries, « L’A.C.S. dévoile les gagnants de ses 5èmes Prix », sur acseries.net, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]