Au revoir (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Au revoir.
Au revoir
Titre original Bé Omid é Didar
Réalisation Mohammad Rasoulof
Acteurs principaux

Leyla Zareh

Pays d’origine Drapeau de l'Iran Iran
Durée 100 min.
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Au revoir (Bé Omid é Didar) est un film iranien réalisé par Mohammad Rasoulof et sorti en 2011.

Le film a été présenté dans la section Un Certain regard au Festival de Cannes 2011 et il y a remporté le Prix de la mise en scène de cette section[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une avocate iranienne, traquée et privée du droit d'exercer, vit en recluse. Son mari, journaliste et opposant au régime islamiste, se cache dans le Sud du pays. Contre une forte somme d'argent, ils tentent de fuir à l'étranger. Une agence de voyages prépare leur départ sous le couvert "légal" d'un accouchement difficile...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Leyla Zareh : Noura
  • Hassan Pourchirazi
  • Benhame Tashakor
  • Sima Tirandaz
  • Roya Teymorian

Sortie[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'accueil critique est positif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,6/5, et des critiques spectateurs à 3,2/5[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Avant le tournage d’Au revoir, Mohammad Rasoulof a été arrêté, en compagnie de son confrère Jafar Panahi, par les autorités iraniennes pour « actes de propagande hostile ». Les deux cinéastes avaient filmé la manifestation de protestation lors de l'élection présidentielle de 2009. Condamné à six ans de prison et vingt ans d'interdiction de filmer, puis placé en résidence surveillée, tout comme Jafar Panahi, Mohammad Rasoulof a envoyé clandestinement son film au Festival de Cannes sans pouvoir assister à sa projection.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cannes: Un Certain Regard récompense le film de l'Iranien Mohamad Rasoulof », sur La Depeche, (consulté le 7 décembre 2017).
  2. « Au revoir », sur Allociné (consulté le 7 décembre 2017).

Lien externe[modifier | modifier le code]