Au nom du diable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Au nom du Diable
2e album de la série Hellboy
Scénario Mike Mignola
Dessin Mike Mignola
Couleurs James Sinclair

Personnages principaux Hellboy, Abe Sapien, Liz Sherman, Grigori Raspoutine, Vladimir Giurescu

Éditeur Dark Horse Comics
Delcourt
Collection Contrebande
Première publication 1996
ISBN 978-2-84789-074-7
Albums de la série Hellboy

Au nom du Diable (Hellboy: Wake the Devil) est le deuxième tome de la série de bande dessinée Hellboy.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le projet Ragna Rok refait surface. Élaboré par les nazis et Raspoutine, il doit mettre le monde à feu et à sang.

La pièce centrale de ce plan est Vladimir Giurescu, un vampire d'une puissance dite sans limites et qui peut se régénérer ou ressusciter à la pleine lune. Séparés pour agir et trouver plus vite, les meilleurs agents du BPRD doivent agir vite : la pleine lune est dans 24 heures…

En chemin, ils rencontrent Hécate, qui révèle pour la première fois à Hellboy son funeste destin.

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Cette histoire introduit les personnages de Hécate et Roger l'homoncule dans les séries.
  • Lorsqu'il raconte sa mort, Raspoutine déclare avoir vécu dans le ciel, et vu "les horloges qui animent le monde", sur le célèbre dessin de l'univers tiré de Camille Flammarion, L'Atmosphere: Météorologie Populaire[1]
  • Un homme de main du projet Ragna Rok dispose d'un bras mécanique, qui peut projeter son poing à l'aide d'une chaîne, inspiration présumée du personnage de Mr. Wink dans le film Hellboy 2 : Les Légions d'or maudites.
  • Ce tome 2 est dédié à Dracula.
  • Le volume commence par une introduction d'Alan Moore et se clôt par une galerie d'illustration de grands noms de la bande dessinée (Bruce Timm, Olivier Vatine,...).

Publication[modifier | modifier le code]

  • Hellboy: Wake the Devil #1-5, juin-octobre 1996
  • Dark Horse (recueil original), 1997
  • Dark Horse France, 1997
  • Delcourt (collection « Contrebande »), 2003

Notes et références[modifier | modifier le code]