Au nom des fils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au nom des fils est un téléfilm français réalisé par Christian Faure et diffusé en 2015.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Quatre garçons meurent noyés lors d’une sortie en mer organisée par un camp de scouts intégristes. Très vite, la police place l’abbé Vialard, le directeur, en garde à vue. Anne Lotaire, dont le fils Ludovic est décédé en portant secours aux naufragés, découvre que l’association de scoutisme en question, un petit mouvement traditionnaliste, n’est pas agréée par l’Etat et porte plainte. Odile Chasseuil, maman de l’une des victimes, tente de son côté de faire son deuil.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source d'inspiration et production[modifier | modifier le code]

Ce téléfilm est inspiré d'un fait divers survenu en juillet 1998 au large de Perros-Guirec[1]. Quatre jeunes scouts avaient trouvé la mort noyés durant leur camp de vacances. Ils avaient embarqué sur un bateau à voile sans aucun moniteur. Le responsable de ce camp, l'abbé Cottard, un prêtre catholique intégriste (membre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X) mit près de sept heures avant de donner l'alerte[2]. Le scénario a été co-écrit par Hubert Prolongeau, le journaliste qui avait couvert l'affaire pour le Le Nouvel Observateur[1],[3]. Si le nom de l'abbé a été modifié, le téléfilm a cherché à « s'approcher au plus près d'une réalité glaçante et accablante à l'encontre de l'abbé et de ses soutiens », comme le souligne Télérama, qui note même que « les propos des protagonistes sont repris parfois mot pour mot »[4].

Le producteur Jean Nainchrik a, dès la lecture de l'article d'Hubert Prolongeau, eu l'envie de porter cette histoire à l'écran. Le producteur a proposé l'idée à France 3, qui refusa dans un premier temps. De son côté, le journaliste a transformé l'histoire en roman. Après plusieurs refus dont celui de Flammarion, qui craignait un procès, Prolongeau est publié en 2013 aux éditions Payot & Rivages. Le producteur parvint à la même époque à convaincre France 3 d'en faire un téléfilm. Christian Faure, à qui la réalisation est confiée, écrit alors le scénario avec le journaliste. Ils décident de le centrer sur le combat de deux mères. Le film est achevé en janvier 2014[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

Originellement intitulé La Faute de l'abbé Vialard[5],[6], le téléfilm a été tourné du 24 septembre au 19 octobre 2013, notamment à Dinard, Dinan, Saint-Malo, Saint-Suliac et à la pointe du Grouin à Cancale[7].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Télé Loisirs parle de « réussite » indiquant que « Léa Drucker et Isabelle Gélinas jouent à la perfection ces femmes éprouvées par le chagrin mais qui trouvent la force de se battre seules contre tous »[8]. Télérama, sous la plume d'Isabelle Poitte, indique que le téléfilm « s'attache surtout à décrire l'âpreté d'un combat à la fois public et intime mené contre le fanatisme » et « n'échappe pas toujours aux lourdeurs de la démonstration et aux larmes faciles ». Isabelle Poitte salue aussi « les interprètes remarquables, Isabelle Gélinas et Léa Drucker »[4]. Le quotidien catholique La Croix insiste sur le fait que « l'Église n’est pas la cible de ce téléfilm poignant, pas plus que le scoutisme ». Il rapporte que « ce drame avait entraîné pendant plusieurs années une baisse importante des effectifs des différents mouvements scouts en France » et cite Olivier Jourdan, responsable du centre national des Scouts d'Europe : « Ce film remet bien les choses à leur place en expliquant qu’il s’agit d’un mouvement non agréé et en apportant toutes les nuances nécessaires »[9].

Audience[modifier | modifier le code]

Lors de sa première diffusion le , le téléfilm a rassemblé 2,9 millions de téléspectateurs, en France, soit une part d'audience de 11,5 %[10].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Annabelle Laurent, « Isabelle Gélinas (« Au nom des fils »): « J'étais heureuse de jouer un destin dramatique » », sur 20 minutes, (consulté le 15 octobre 2017).
  2. Françoise-Marie Santucci, « L'abbé Cottard charge son prochain. L'accusé répète qu'« il n'est pas responsable » du raid tragique des scouts », sur Libération, (consulté le 15 octobre 2017).
  3. a et b Pierre Hedrich, « "Au nom des fils" : Retour sur un fait divers », sur L'Obs, (consulté le 15 octobre 2017).
  4. a et b Isabelle Poitte, « Au nom des fils », sur Télérama.fr, (consulté le 15 octobre 2017).
  5. Chrystel Chabert, « Affaire de l'abbé Cottard : quinze ans après, un téléfilm avec Léa Drucker et Isabelle Gélinas », sur Franceinfo, (consulté le 15 octobre 2017).
  6. « Un tournage dans la région en septembre », sur Ouest France, (consulté le 15 octobre 2017).
  7. Jérôme Gicquel, « L'affaire de l'Abbé Cottard inspire un téléfilm », sur 20 minutes, (consulté le 15 octobre 2017).
  8. Corinne Calmet, « Au nom des fils (France 3) : Un téléfilm inspiré d'un fait divers », sur Télé-Loisirs.fr, (consulté le 15 octobre 2017).
  9. Clémence Houdaille, « Un téléfilm revient sur le drame des scouts noyés de Perros-Guirec », sur La Croix, (consulté le 15 octobre 2017).
  10. Pascal, « L'affaire de l'abbé Cottard : audience et replay d'Au nom des fils sur France 3 », sur Le Blog TV News, (consulté le 15 octobre 2017).