Au Bonheur des dames (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Au Bonheur des Dames (homonymie).
Le groupe Au bonheur des dames, sur scène lors du 10e anniversaire de la tournée Âge Tendre, en 2017.

Au bonheur des dames est un groupe français de rock parodique des années 1970 et 1980 créé par Vincent Lamy (Eddick Ritchell) et Jacques Pradel (Rita Brantalou). Son nom est inspiré du titre du roman classique Au Bonheur des Dames d'Émile Zola. Leur plus grand succès fut Oh les filles, une reprise du groupe Les Pingouins de 1962 (dont le chanteur Thierry "Lou" Vincent a réalisé leur album Twist) (chanson elle-même reprise d'une chanson de 1957, Sugaree, chantée par Rusty York), qui figure sur leur premier album Twist, sorti en 1974. Le groupe avait effectué son premier concert en janvier 1972, au Golf-Drouot.

Plus ou moins séparé depuis 1987, le groupe effectue un retour en 1997 avec deux concerts à l'Olympia, qui donnent lieu à la publication d'un album en public. Nouveau retour en 2006 avec un concert au Grand Rex le 19 octobre.

Le groupe participe, de novembre 2016 à février 2017, à la tournée Age Tendre, aux côtés de nombreux chanteurs comme Sheila et Gérard Lenorman.

Parcours[modifier | modifier le code]

Le groupe éclate en 1987 dans de mauvaises conditions, le propriétaire intellectuel du titre refusant de le céder à ceux qui, autour de Ramon Pipin, désirent continuer. Ces derniers ne se produiront plus que dans le groupe Odeurs, créé vers 1979.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums Studios[modifier | modifier le code]

Albums en live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Membres[modifier | modifier le code]

Musiciens ayant intégrés le groupe durant sa carrière:

  • Eddick Ritchell, chant
  • Rita Brantalou, guitare et basse
  • Ramon Pipin, guitare, chant, basse, claviers, EBow, programmation, rumbatronic
  • Costric 1er, paroles
  • Sharon Glory, chant
  • Shitty Télaouine, basse
  • Hubert de la Motte Fifrée (Dominique Esnault), batterie et chant (décédé fin 2003)
  • Gérard Manjoué (Yves-Antoine Spoto), claviers
  • Gépetto Ben Glabros, (Pierre Rigaud) saxophone (décédé août 2017)
  • Jimmy Freud, chant, chœurs, harmonica
  • Wolfgang Lion, piano
  • Ulrich Danone, trompette
  • Chick Béru, guitare
  • Alonso Canapelli, batterie
  • José Mogador, trompette
  • Rudi Kartoffun Müller, guitare (décédé en 2005)
  • Sergio Queutav Pontoise, piano
  • Roger Flambant Rogers, saxophone
  • Olaf Teurchev, contrebasse
  • Marcel Kebir, batterie
  • Jool de G., batterie
  • Fabrice des Dieux, banjo, basse, batterie, chants, chœurs, claviers, cuatro, guitare, mandoline, orgue, tambourin, vocoders
  • Dean des Fantômes: guitares, apache
  • Marc Perier, basse
  • César Pompidou (Camille Saféris), batterie
  • Pascal Simoni, claviers, Hammond B3, piano
  • Jean-Mi Tapdur, glockenspiel, percussion, xylophone, vibraphone.
  • Yannick Vandevoir, batterie.
  • Jean-Pierre Prévotat, batterie (ex-batteur du groupe Triangle, rejoindra Au Bonheur des dames dans les années 1980 notamment pour leur concert au Liban).
  • Paul Pote, basse depuis 2006
  • Lucky Gordini, guitare depuis 2013
  • Abraham Hautfond-Desbois, saxophone, claviers depuis 2013
  • junior de qui suis je?, batterie depuis 2013
  • Chiffon di Mozart, Claviers (François Debaecker)

Costric Ier (Alain Magniette)[modifier | modifier le code]

Rejoint assez vite le groupe en tant que parolier de Twist, Coucou maman, il fut aussi créateur et président de l’éphémère Fan club de ce groupe de rock parodique[1].

Il est aussi journaliste, polémiste, auteur dramatique... Il doit son surnom à l’équipe du journal de contre-culture Actuel (1re formule) qui s’inscrivait dans la mouvance de la Novapress[2],[3] américaine, sous la conduite de Jean-François Bizot[4], il y écrivit en 1971 et 1972 divers articles et billets d’humeur au style volontiers caustique, ce qui lui valut son surnom (donné, semble-t-il par Bizot lui-même).

Il collabora aussi à diverses publications dont BlackBombay, journal « dit souterrain »[5], ainsi qu'à Saltimbanque avec Philippe Bardot et Alain Pacadis et participa à la renaissance de L’Os à moelle de Pierre Dac[6],[7].

Essayiste, il a publié avec Yves Hirschfeld[8] une grande encyclopédie de l’échec total publié chez Ramsey[9].

Auteur, il écrivit notamment Les Parodies artificiels composés de courtes pièces qui furent jouées en 1976, par Sylvie Hamelin, Robert Kimich, Philippe Villiers et Serge Avédikian, d'abord de manière éphémère au café-théâtre de l'Odéon à Paris puis en tournée internationale à Champs-sur-Yonne. Costric 1er nous a quitté en novembre 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]