Au 31 du mois d'août

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le combat entre le Kent et La Confiance, par Ambroise Louis Garneray (présent lors de la bataille)

Au 31 du mois d’août est un chant de marins français, écrit au XIXe siècle et inspiré de la prise du Kent (Trois-mâts Indiaman britannique de 1200 tonneaux) par le corsaire Robert Surcouf et son équipage à bord de La Confiance (sloop français de 490 tonneaux)[1].

Cet abordage placé par la chanson un au large de Bordeaux eut lieu en réalité le près de l'embouchure du Gange[2].

Evènement historique[modifier | modifier le code]

Le Kent, commandé par Robert Rivington quitte Torbay (Angleterre) le pour Salvador (Brésil) où il embarque 300 personnes, dont des troupes et des passagers ainsi que les survivants du Queen, navire parti de Torbay le même jour que le Kent[3] et qui fut perdu dans un incendie[4].

Le le Kent croise le brick corsaire français La Confiance, sous le commandement de Robert Surcouf près de l'embouchure du Gange[2]. À bord du Kent, se trouvent 437 personnes dont 100 soldats[5]. Surcouf réussit à aborder le navire ennemi, pourtant beaucoup plus grand, et à en prendre le contrôle. Les britanniques ont 14 hommes tués et 44 blessés, tandis que les Français ne perdent que 5 hommes pour une dizaine de blessés.

Terrible abordage du « Kent » par Robineau

Construction[modifier | modifier le code]

La date et le lieu de création du chant sont incertains et de nombreuses variantes régionales existent. En 1941, la paternité du chant est attribuée aux Bretons[6].

Le chant est construit sur l'air d'une marche militaire préexistante[7] et est utilisé comme chant de gaillard d'avant[1]. Il compte six couplets dont les deux premiers vers sont bissés. Dans certaines interprétations traditionnelles, la chanson n'a pas de refrain et le refrain (« Buvons un coup ... ») est chanté comme dernier couplet[8].

Paroles[modifier | modifier le code]


Au trente-et-un du mois d’août (bis)
Nous vîmes venir sous l'vent à nous (bis)
Une frégate d’Angleterre
Qui fendait la mer et les flots
C’était pour attaquer Bordeaux !

Buvons un coup,
Buvons en deux,
À la santé des amoureux !
À la santé du Roi de France,
Et merde pour le roi d’Angleterre
Qui nous a déclaré la guerre !

Le commandant du bâtiment (bis)
Fit appeler son lieutenant (bis)
« Lieutenant te sens-tu capable,
Dis-moi te sens-tu-z-assez fort
Pour prendre l’Anglais à son bord ? »

Le lieutenant, fier-z-et hardi (bis)
Lui répondit : « Capitain’-oui (bis)
Faites branle-bas à l’équipage
Nous allons hisser pavillon
Qui rest’ra haut, nous le jurons ! »

Le maître donne un coup d'sifflet (bis)
En haut larguez les perroquets (bis)
Largue les ris et vent arrière
Laisse porter jusqu'à son bord,
Pour voir qui sera le plus fort ! »

Vire lof pour lof en arrivant (bis)
Je l’abordions par son avant (bis)
A coups de haches et de grenades,
De pics, de sabre et mousquetons,
En trois cinq sec je l’arrimions !

Que dira-t-on du grand rafiot (bis)
A Brest, à Londres, et à Bordeaux (bis)
Qu’a laissé prend’ son équipage
Par un corsaire de six canons
Lui qu’en avait trente et si bons !

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b EMBARQUE... GARÇONS, La Hutte, , 374 p.
  2. a et b Levot 1866, p. 495.
  3. Hardy & Hardy (1811), p. 202
  4. Naval Chronicle, Vol. 4, pp. 344–5
  5. Hennequin, p. 384
  6. Chansonnier des éclaireurs, Éditions Arc tendu,
  7. Stéphane Brosseau, « Chant et identité », Inflexions,‎ , p. 115-121 (DOI https://doi.org/10.3917/infle.040.0115, lire en ligne)
  8. « Chants de marins », sur www.netmarine.net (consulté le 24 juin 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Guide des chants marins : Répertoire pour chanter à bord ou au port, Le Chasse Marée, , 127 p. (ISBN 2-903708-73-8)
  • Hardy, Charles and Horatio Charles Hardy (1811) A register of ships, employed in the service of the Honorable the United East India Company, from the year 1760 to 1810: with an appendix, containing a variety of particulars, and useful information interesting to those concerned with East India commerce. (London: Black, Parry, and Kingsbury).
  • Joseph François Gabriel Hennequin, Biographie maritime ou notices historiques sur la vie et les campagnes des marins célèbres français et étrangers, vol. 1, Paris, Regnault éditeur, (lire en ligne)
  • William James, The Naval History of Great Britain, from the Declaration of War by France in 1793, to the Accession of George IV., R. Bentley,
  • Prosper Levot, Les gloires maritimes de la France: notices biographiques sur les plus célèbres marins, Bertrand, (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]