Au-delà des montagnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Au-delà des montagnes
Titre original 山河故人, shānhé gùrén
Réalisation Jia Zhangke
Scénario Jia Zhangke
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau de la France France
Drapeau du Japon Japon
Genre Film dramatique
Durée 126 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Au-delà des montagnes (chinois : 山河故人 ; pinyin : shānhé gùrén ; litt. « Un vieil ami du pays natal ») est un film sino-franco-japonais réalisé par Jia Zhangke, sorti en 2015.

Le film est présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2015.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le récit, divisé en trois époques, décrit les parcours de ses principaux personnages sur plus de vingt-cinq ans. À la fin du XXe siècle (en 1999), à Fenyang, dans la province du Shanxi, une jeune Chinoise Tao[1], fille d'un vendeur d'électroménager, est courtisée par deux amis d'enfance : Jinsheng, jeune entrepreneur ambitieux alors propriétaire d'une station-service, et Liangzi, travailleur dans une mine de charbon locale. Bien que son cœur préfère le second, Tao finit par épouser le premier dans l'espoir d'une vie matérielle meilleure, mais la vie lui réserve des déconvenues...

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

L'histoire commence ainsi en 1999 quand Tao a environ 25 ans, en période de développement accéléré de la Chine, vingt ans après la mort de Mao Zedong (en 1976) puis le début (1978-1979) de la transformation du pays par son successeur Deng Xiaoping. Tao finit par céder aux avances du jeune entrepreneur Jinsheng et accepte de l'épouser. Liangzi ne peut supporter ce mariage de Tao avec son rival, se fâche avec lui alors que ce dernier vient d'acquérir à bon prix la mine où il est employé, et décide d'émigrer à quelques centaines de kilomètres à l'est, près de Handan dans la province voisine du Hebei, pour travailler à nouveau dans une mine, mais cette fois en tant que mineur de fond.

Quelques années plus tard, Tao accouche de Daole, le fils qu'elle a eu avec Jinsheng : celui-ci lui a choisi ce prénom en raison de sa proximité sonore avec la prononciation du mot « dollar » en chinois ; il espère en effet le couvrir de dollars.

En 2014, Tao a divorcé de Jinsheng, vit toujours à Fenyang et exploite une prospère station-service. C'est une femme en vue et elle fait preuve de générosité vis-à-vis des autres habitants de la ville. Daole a 7 ans et vit avec son père et sa belle-mère à Shanghai. Apparemment, Jinsheng y a fait fortune. Dans le Hebei, Liangzi tombe malade du fait de son travail au fond de la mine, alors qu'il est désormais marié avec une jeune femme de la région et vient d'avoir un fils. Il doit se faire opérer, n'a pas les fonds nécessaires et suggère à sa femme d'aller demander l'aide de Tao qui décide de financer l'opération de Liangzi. Le père de Tao meurt brutalement et celle-ci demande à ce que son fils Daole vienne assister aux funérailles. Daole arrive de Shanghai en avion et est accueilli par sa mère qui ne supporte par les intrusions de la belle-mère de Daole dans l'éducation de son fils, lorsque celle-ci communique avec lui par tablette connectée. Elle ne supporte pas non plus que son fils ne sache plus l'appeler simplement « Ma » (qui signife « Maman » en chinois) mais qu'il veuille l'appeler « Mummy » à l'anglaise. Après les cérémonies, pour rester le plus longtemps possible avec son fils, Tao raccompagne Daole en train jusqu'à Shanghai, renonçant de plus aux trains à grande vitesse. En guise de cadeau d'adieu, elle lui donne un jeu de clefs de sa maison de Fenyang, pour qu'il comprenne qu'il peut revenir quand il le veut dans sa province natale.

La dernière partie du film se déroule dans un futur proche, en 2025, en Australie où Jinsheng a été contraint d'émigrer pour échapper à la police chinoise car, d'homme d'affaires espérant trouver un eldorado à Shanghai, il s'est rapproché de la pègre et s'est senti visé par la nouvelle politique anti-corruption. Son fils Daole (désormais prononcé « Dollar » en anglais), inscrit dans une université australienne, cherche à retrouver ses racines en prenant des cours de chinois ; il tombe amoureux de son professeur, Mia, une Chinoise en instance de divorce de son époux occidental[2], bien plus âgée que Daole. Celui-ci s'éloigne aussi de son père dont il déconsidère les activités et la philosophie. Dans son cœur, et autour de son cou, il a gardé un lien avec sa mère qui lui avait remis à ses 7 ans le double des clefs de sa maison à Fenyang. Comme il est sans nouvelles de sa mère depuis plus de dix ans, il envisage d'aller lui rendre visite en Chine en compagnie de Mia.

Le film se termine en évoquant la manière dont il avait commencé : Tao, en 2025, venue seule promener son chien sur un terrain vague gelé, avec en fond la pagode de Fenyang, se met à danser sur l'air des Pet Shop Boys, Go West, qui trotte dans sa tête et rappelle symboliquement la sortie des pays communistes (l'Union soviétique et la Chine) de leur orthodoxie marxiste, pour entrer dans l'ère capitaliste, individuelle ou étatique, avec les espoirs de développement personnel qu'elle comportait[3]. Tao[1] refait des vagues avec ses mains, comme elle le faisait vingt-cinq ans plus tôt, lorsqu'elle dansait joyeusement avec ses nombreux amis d'alors (dont Jinsheng et Liangzi). Le film ne montre pas les éventuelles retrouvailles de Daole avec sa mère.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Zhao Tao : Shen Tao
  • Zhang Yi (en) : Zhang Jinsheng, l'un des deux amoureux de Tao, qui l'épouse puis en divorce
  • Liang Jingdong : Liang Jianjun (diminutif : « Liangzi »), l'autre amoureux de Tao, travailleur dans une mine de charbon
  • Dong Zijian (en) : Daole (prononcé « Dollar » en anglais), le fils de Tao et Jinsheng
  • Sylvia Chang : Mia, l'enseignante de chinois à ACT (pour « Australian Capital Territory », prononcé ei-siti dans la version originale[4]), en Australie

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Zhao Tao est l'actrice fétiche du réalisateur Jia Zhangke, dont elle est l'épouse depuis 2012.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sélections et nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ce prénom peut se traduire par « vague » en français.
  2. Le mari de Mia est probablement Canadien, d'après les dialogues.
  3. Louis Guichard, Télérama, no 3630-3631, du samedi 10 août au vendredi 23 août 2019, p. 115 : « Jia Zhang-ke, l'auteur de Still Life et d’A Touch of Sin, est assez fou et inspiré pour montrer un changement de civilisation, dans son pays et au-delà, sur un quart de siècle. »
  4. Il ne faut donc pas penser qu'il s'agit d'une ville imaginaire qui s'appellerait A-City.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Li Ning, « Jia Zhangke à la recherche de son pays perdu. », Courrier international, no 1311, Courrier international SA, Paris, 17 décembre 2015, p. 57 (ISSN 1154-516X), article original paru dans le journal Keji Ribao de Beijing le 21 novembre 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]