Atypus affinis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Atypus affinis
Description de l'image Atypus affinis.jpg.
Classification selon The World Spider Catalog
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Ordre Araneae
Sous-ordre Mygalomorphae
Famille Atypidae
Genre Atypus

Espèce

Atypus affinis
Eichwald, 1830

Synonymes

  • Oletera atypus Walckenaer, 1805
  • Oletera atypa Walckenaer, 1806
  • Atypus anachoreta Ausserer, 1871
  • Atypus blackwalli Simon, 1873
  • Atypus bleodonticus Simon, 1873
  • Atypus coriaceus Simon, 1881
  • Atypus cedrorum Simon, 1889

Atypus affinis est une espèce d'araignées mygalomorphes de la famille des Atypidae[1]. Elle est appelée Mygale commune ou Mygale à chaussette.

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution

Cette espèce se rencontre en Europe et en Afrique du Nord[1]. En Europe, elle est connue depuis le sud de l'Angleterre et le sud de la Suède jusqu'au Portugal et à l'Ukraine[2].

En raison de ses exigences écologiques, elle reste localisée : ainsi, en Belgique, elle se laisse recenser parmi la faune du parc naturel Viroin-Hermeton, situé au sud de l'Entre-Sambre-et-Meuse[3] mais parait coloniser le sud de la région bruxelloise[4]. En France, cette espèce est commune en Bretagne.

Description[modifier | modifier le code]

Atypus affinis
Atypus affinis
Atypus affinis

Ces araignées sont glabres, noires à brunâtres, les chélicères (pinces) sont légèrement courbés, parallèles, dirigés vers le bas[5]. Atypus affinis n'est pas agressive quand elle n'a pas de cocon à veiller.

Les mâles mesurent de 7 à 9 mm et les femelles de 10 à 15 mm[2].

Toile[modifier | modifier le code]

Cette araignée construit une toile bien caractéristique : en forme de chaussette, une partie de la toile occupe une cavité du sol et se prolonge par une partie aérienne horizontale, située au ras du sol, fermée à son extrémité et recouverte de particules diverses dont des débris végétaux. Si un petit invertébré parcourt la toile, l'araignée en est tout de suite avertie et mord l'imprudent à travers la soie. Elle forme alors une brèche et emporte la proie dans son abri pour s'en repaître[6]. Thermophiles, ces araignées établissent leur toile sur des talus, des pentes sablonneuses, des versants ensoleillés de collines.

Reproduction[modifier | modifier le code]

En automne, saison de reproduction, les mâles quittent leur toile à la recherche des femelles. Ils meurent peu après l'accouplement. Les femelles gardent leur sac d'œufs dans leur galerie, attendent l'éclosion l'été suivant et accompagnent les jeunes environ encore un an.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Eichwald, 1830 : Zoologia specialis, quam expositis animalibus tum vivis, tum fossilibus potissimum Rossiae in universum et Poloniae in specie, in usum lectionum publicarum in universitate Caesarea Vilnensi habendarum edidit. Vilna. vol. 2, p. 63-73.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]