Attraction sexuelle génétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attraction sexuelle génétique
Classification et ressources externes
Carracci Jupiter et Junon.jpg
<div=align>Dans la mythologie romaine, Junon[trad 1], reine des dieux du ciel, fille de Rhéa et de Saturne, est à la fois sœur et épouse de Jupiter. Le mythe de l’inceste est ici symboliquement illustré par un acte copulatif perpétré entre Jupiter et sa sœur Junon via cette gravure d'Agostino Carracci (1557 - 1602).
GeneReviews Genetic sexual attraction
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L’attraction sexuelle génétique ou GSA[trad 2] est l’attirance sexuelle susceptible d’être ressentie, réciproquement ou non, entre personnes génétiquement proches — telles que frère et sœur, mère et fils, père et fille, etc. — à la faveur de retrouvailles tardives succédant à une longue séparation depuis la naissance ou la petite enfance[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Œdipe et Antigone quittent Thèbes, huile sur toile du peintre autrichien Joseph Anton Koch (1768-1839), exposée au palais Albertina à Vienne.

Le terme est inventé aux États-Unis dans les années 1980 par Barbara Gonyo, fondatrice de Truth Seekers In Adoption[trad 3], un groupe de soutien, basé à Chicago, destiné aux personnes adoptées ainsi qu'à leurs nouveaux parents[2],[3].

L’attirance sexuelle génétique est présumée résulter d’une séquelle possible réunissant des liens consanguins à l’âge adulte, généralement en tant qu'élément constitutif de retrouvailles tardives survenant après une scission originelle consécutive à une mesure d'adoption ayant séparé une fratrie ou tout autre lien familial durant les premières années de l'existence[1],[4],[5]. Le nombre croissant de retrouvailles intervenant entre frères et sœurs à la faveur du développement des moyens mis en œuvre (dont l'accès à Internet) ainsi que la popularisation des tests ADN laisse augurer la perspective que le phénomène pourrait bel et bien s'amplifier avec les années[6]. Si la relation sexuelle est consommée, elle est alors non seulement confrontée au tabou de l'inceste mais elle tombe également sous le coup de la loi avec toutes les conséquences juridiques susceptibles d'en découler, tant pour les deux parties impliquées que pour les familles directement ou indirectement associées à l'équation.

L'ASG ne survient que rarement entre enfants ayant grandi ensemble en raison d'une sublimation de l'attrait sexuel, plus connue sous l'appellation d'effet Westermarck, qui désactive naturellement la propension à un quelconque rapprochement physique érotisé. L'hypothèse la plus couramment admise étant que cette désensibilisation par rapport à une éventuelle forme d'attirance sexuelle consanguine intervient naturellement à dessein de prévenir toute inflexion procréatrice intrafamiliale qui serait alors génératrice de consanguinité[réf. nécessaire].

Facteurs déclencheurs[modifier | modifier le code]

Exemples[modifier | modifier le code]

En Allemagne, Patrick Stübing (en) et sa sœur vivent en couple. Ils se sont battus contre les lois prohibant l'inceste dans leur pays. Ayant grandi séparément, ils se sont rencontrés sur le tard, à l'âge adulte. De leur union incestueuse sont nés quatre enfants. Leur appel a été rejeté en 2008, corroborant la teneur des amendements juridiques en leur défaveur[7],[8].

En 1997, Kathryn Harrison (en) publie un mémoire. Elle y évoque sa trajectoire incestueuse entretenue avec un père biologique qu'elle n'avait pas revu depuis presque 20 ans avant qu'une attirance mutuelle irrésistible ne les « aimante » l'un vers l'un vers l'autre[H 1]. Elle relate son parcours dans un ouvrage intitulé The Kiss[H 2],[trad 4],[H 1], paru en français sous le titre suivant : « Le rapt[H 3] ».

En Afrique du Sud, un homme et une femme, ayant partagé leur lit pendant cinq ans et attendant un enfant, découvrent inopinément qu'ils sont frère et sœur peu avant de conclure leur mariage. Élevés séparément, les retrouvailles n'ont eu lieu qu'à l'âge adulte alors que les circonstances les avaient réunis dans différents collèges sans qu'ils ne soient mis pour autant au courant de leur filiation respective[9].

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Le fléau de Thèbes : Œdipe et Antigone, huile sur toile de Charles Jalabert (1819–1901), réalisée en 1842, exposée au musée des beaux-arts de Rouen.
  • Le thème le l'inceste apparaît dans la tragédie de Sophocle Œdipus Rex, écrite aux alentours de 429 av. J.C.
  • L'évocation en est également présente dans « La mort d'Arthur », lorsque le roi Arthur entretient une liaison avec Morgause alors qu'il ignore à l'époque qu'elle est sa sœur. Son (deuxième) fils illégitime, Mordred, naît de cette union. Dans la dernière partie de la Morte, Arthur et Mordred s'entretuent au cours d'un affrontement.
  • Il est également présent dans « Die Walküre » qui constitue le deuxième des quatre opéras appartenant au cycle Der Ring des Nibelungen du compositeur allemand Richard Wagner : les jumeaux Siegmund et Sieglinde, séparés à la naissance, se rencontrent à l'âge adulte et tombent éperdument amoureux l'un de l'autre. Le destin assigné à leur descendance en la personne de Siegfried fait l'objet du troisième opéra de la tétralogie.
  • Dans le conte allemand médiéval Gregorius, le héros éponyme nait de l'inceste consommé entre ses parents jumeaux. Lorsqu'il rejoint sa mère 17 ans plus tard, il en tombe éperdument amoureux et l'épouse sans savoir qu'il est son fils.
  • Vladimir Nabokov : le roman Ada raconte l'histoire d'une liaison entre frères et sœurs qui croient qu'ils ne sont que des cousins (les relations entre cousins germains étant acceptables et même courantes à plusieurs époques de jadis), y compris un triangle amoureux avec le personnage éponyme qui est en fait sa demi-sœur.
  • L'héroïne éponyme de Moll Flanders qui, adulte, se marie sans le savoir avec son demi-frère.
  • Dans le film coréen Old Boy, une relation incestueuse se produit entre un père et sa fille après une longue période de séparation.
  • Dans Nip/Tuck, Matt rencontre sa demi-sœur et chacun éprouve aussitôt l'un pour l'autre une attraction fulgurante instantanée sans pour autant connaître la nature de leurs filiation.
  • Dans le film Joe La Crasse (Joe Dirt), le protagoniste entame des rapports sexuels avec une femme qu'il croit être la sœur dont il a perdu la trace depuis des lustres.
  • Dans le manga Koi kaze, les deux personnages principaux, Koshiro et Nanoka, perçoivent l'émergence d'une attirance charnelle s'attiser inexorablement entre eux avant de réaliser qu'ils sont frères et sœurs ayant grandis dans des foyers séparés. L'histoire se focalise dès lors sur la lutte des deux jeunes tourtereaux en proie aux sentiments inextricables qui les étreignent malgré la mise au courant subreptice de leur proximité généalogique[10].
  • « La colline aux coquelicots », un film de Goro Miyazaki, sorti sur les écrans le 11 janvier 2012[11].

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Kathryn Harrison, The Kiss, New York, Avon Books, Inc.,‎ 1997 (réimpr. 1997 c/o Novato – CA : Soundelux Audio Pub – sous forme de livre audio réparti sur 4 cassettes lues par l'auteur[trad 5] (ISBN 1559352612 et 9781559352611) (OCLC 37130689), 1998 c/o HarperCollins (207 pages) (OCLC 45831751), 2010 c/o Random House (LCCN 2012376498)), 224 p. (ISBN 0-380-73147-9 et 9780380731473, LCCN 97153826, présentation en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    The author recounts her sexual affair with her long-absent father, who reappeared when she was in her twenties, and the suffering and eventual readjustment that followed. In this memoir: an obsessive love affair between father and daughter that began when Kathryn Harrison, twenty years old, was reunited with the father whose absence had haunted her youth. A story both of taboo and of family complicity in breaking taboo, « The Kiss » is also about love – about the most primal of love triangles, the one that ensnares a child between mother and father[trad 6].
« We meet at airports. We meet in cities where we've never been before. We meet where no one will recognize us. One of us flies, the other brings a car, and in it we set out for some destination. Increasingly, the places we go are unreal places: the Petrified Forest, Monument Valley, the Grand Canyon -- places as stark and beautiful and deadly as those revealed in satellite photographs of distant planets. Airless, burning, inhuman. Against such backdrops, my father takes my face in his hands. He tips it up and kisses my closed eyes, my throat. I feel his fingers in the hair at the nape of my neck. I feel his hot breath on my eyelids. We quarrel sometimes, and sometimes we weep. The road always stretches endlessly ahead and behind us, so that we are out of time as well as out of place. We go to Muir Woods in northern California, so shrouded in blue fog that the road is lost; and we drive down the Natchez Trace into deep, green Mississippi summer. The trees bear blossoms big as my head; their ivory petals drift to the ground and cover our tracks. Separated from family and from the flow of time, from work and from school; standing against a sheer face of red rock one thousand feet high; kneeling in a cave dwelling two thousand years old; watching as a million bats stream from the mouth of Carlsbad Caverns into the purple dusk -- these nowheres and no-times are the only home we have[trad 7]. »
— Kathryn Harrison, « The Kiss »
Kathryn Harrison's novels include « Thicker than Water » and « Exposure », both New York Times Notable Books, and « Poison », called « powerful and hypnotic » by The New York Times and « a masterpiece » by Lucy Grealy (en). Kathryn Harrison lives in New York.
  • Annette Levy-Willard, « Kathryn Harrison, 36 ans, publie un roman sur l'histoire vraie d'un inceste assumé avec son ecclésiastique de géniteur. Fille au père. », Libération « Portrait »,‎ 9 mai 1997 (lire en ligne)
    « La respectable et reconnue romancière Kathryn Harrison, 36 ans, deux enfants, épouse de Colin Harrison, l'un des rédacteurs en chef de Harper's Magazine, figure de l'establishment intellectuel new-yorkais, publie en ce mois de mai « un cocktail Molotov littéraire ». « The Kiss » (le baiser) décrit à la première personne, dans un roman à suspense, comment elle a, pendant quatre ans, fait l'amour avec son père. Pas une sordide affaire d'inceste forcé, mais une aventure qui pourrait être banale entre une fille de 20 ans et un homme plus âgé, si l'amant n'était le père biologique. »
  • Kathryn Harrison (trad. Suzanne V. Mayoux), Le rapt [« The Kiss »], Paris, éditions de l'Olivier,‎ 1997, texte imprimé, monographie, 21 cm., 186 p. (ISBN 2879291291 et 9782879291291, OCLC 466996466, notice BnF no FRBNF36701688, présentation en ligne)
    « Kathryn n'est encore qu'un bébé lorsque son père quitte la maison. Ce père devient un espace vide dans l'album de famille, une absence dans le cœur de sa fille. Lorsqu'il réapparaît, elle a dix-huit-ans. Elle sait tout de suite qu'elle ne pourra pas lui dire non, même s'il demande l'impossible. Peu à peu, Kathryn se retrouve embarquée dans une passion amoureuse avec son père. »
  • « Nick et Danielle sont frère et sœur et amants incestueux », RTL info, Luxembourg, CLT-UFA « Coup de foudre fraternel »,‎ 23 juillet 2010 (lire en ligne)
    « Le quotidien britannique The Sun révèle une incestueuse relation assumée par les deux partenaires : Nick et Danielle sont frère et sœur, amoureux, et n’ont pas honte de vivre leur relation au grand jour. Quant à leur mère, Karina, elle est persuadée qu'ils souffrent d'un syndrome appelé attirance sexuelle génétique. »
  • (en) Tracy Clark-Flory, « Aimee Louise Sword saga: Why would a mother have sex with her son? », Salon, Detroit,‎ 14 juillet 2010 (lire en ligne)
    « The theory of « genetic sexual attraction » offers one explanation for lust between relatives separated at birth[trad 8] »
  • (en) M. Greenberg et R. Littlewood, « Post Adoption Incest and Phenotypic Matching: Experience, Personal Meanings and Biosocial Implications », British Journal of Medical Psychology, US National Library of Medicine National Institutes of Health,‎ 1995, p. 29-44 (lire en ligne)
    Source Departments of Psychiatry and Anthropology, University College London, UK. Br J Med Psychol. 1995 Mar;68 ( Pt 1):29-44.
  • (en) Alix Kirsta, « Genetic sexual attraction », The Guardian,‎ 2009 (lire en ligne)
  • (en) « Genetic sexual attraction: Forbidden love », CBC News,‎ 2009 (lire en ligne [html]).
    Pull of attraction felt between adoptees, biological family members

Harvard[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marie-Christine Petit-Pierre, « Le coup de foudre génétique, existe-t-il ? », Le Temps,‎ 11 février 2012 (lire en ligne)
    « De plus en plus de frères et sœurs, élevés séparément, font connaissance à l’âge adulte. Il en résulte une fois sur deux un coup de foudre irrépressible. On parle d’attraction sexuelle génétique. »
  2. Alix Kirsta, « Genetic sexual attraction », The Guardian,‎ 17 mai 2003 (lire en ligne)
    « You're 40, happily married - and then you meet your long-lost brother and fall passionately in love. This isn't fiction; in the age of the sperm donor, it's a growing reality: 50% of reunions between siblings, or parents and offspring, separated at birth result in obsessive emotions. »
  3. Logan Smith, « VIDEO: 2016 presidential hopefuls laying SC groundwork at DNC », Palmetto Public Record,‎ 6 septembre 2012 (lire en ligne)
  4. Sally George, « Ma sœur, mon amour », RTS Un, Radio télévision suisse « Temps présent »,‎ 2 février 2012 (lire en ligne)
    « Un frère et une sœur, adultes et consentants, peuvent-ils entretenir librement une relation amoureuse, sexuelle, voire se marier ? La question suscite la polémique en Suisse, où il est question de légaliser l’inceste. Des experts prétendent qu’il existe bien un phénomène « d’attraction sexuelle génétique » qui explique que des proches parents puissent tomber en passion amoureuse l’un pour l’autre. »
  5. (en) Maggie Burbank, Brother and Sister, and Lovers
  6. (en) Bob McKeown (en) et Aziza Sindhu, « Part 2: Genetic Sexual Attraction – Part One », The Current (en), CBC Radio,‎ 7 mai 2009 (lire en ligne)
  7. a et b (en) Kate Connolly, « Brother and sister fight Germany's incest laws », The Guardian,‎ 27 février 2007 (lire en ligne)
  8. (en) Dietmar Hipp, « Dangerous Love: German High Court Takes a Look at Incest », Der Spiegel,‎ 11 mars 2008 (lire en ligne)
  9. (en) Stewart Maclean, « Engaged couple discover they are brother and sister when their parents meet just before wedding », Daily Mail,‎ 3 novembre 2011 (lire en ligne)
  10. Marie-Christine Petit-Pierre, « Existe-t-il un coup de foudre génétique ? », Le soir, Bruxelles, Rossel & Cie. S.A. – lesoir.be,‎ 11 février 2012 (texte=/actualite/sciences/2012-02-11/existe-t-il-un-coup-de-foudre-genetique-896604.php lire en ligne [php])
    « Il arrive que des frères et sœurs, élevés séparément, fassent connaissance à l’âge adulte. Il en résulte une fois sur deux un coup de foudre irrépressible. On parle d’attraction sexuelle génétique. »
  11. Marie-Christine Petit-Pierre, « La Colline aux Coquelicots », AlloCiné, Paris, AlloCiné SA « secrets de tournage »,‎ 11 janvier 2012 (lire en ligne [php]). Date de sortie : 11 janvier 2012. Durée : 1 h 31 min. Réalisation : Goro Miyazaki. Genre : animation, drame. Langue originale : japonais. Acteurs/trices : Masami Nagasawa, Junichi Okada, Keiko Takeshita

Traduction[modifier | modifier le code]

  1. (la) « Juno »
  2. (en) « GSA: Genetic sexual attraction »
  3. (fr) « Chercheurs en quête de vérité quant aux modalités et origines de leur adoption »
  4. (fr) « Le baiser[H 1] »
  5. (en) « Read by the author »
  6. (fr) « L'auteur raconte sa liaison sexuelle avec un père longuement absent de sa vie, jusqu'à ce qu'il réapparaisse des années plus tard avec toute la souffrance consécutive à des retrouvailles aussi tardives. Dans ce mémoire: une histoire d'amour obsessionnelle entre un père et sa fille qui commence alors que Kathryn Harrison, âgée de vingt ans, retrouve le père dont l'absence avait hanté son enfance. Une histoire qui tient à la fois du tabou et de la complicité de la famille à briser ce même tabou, « le baiser », expose également ce qui relève de la facette la plus primale de tous les triangle amoureux : celle qui unit un enfant à sa mère conjointement à celle de son père. »
  7. (fr) « Nous nous retrouvons dans les aéroports, dans des villes où nous ne nous sommes jamais rendus auparavant. Nous nous rencontrons là où personne ne nous reconnaîtra. L'un de nous voyage en avion, l'autre en voiture, et nous nous engoufrons vers une destination donnée. Les lieux où nous nous rendons sont de plus en plus irréels : Petrified Forest, Monument Valley, Grand Canyon, tous aussi mortellement beaux et austères que ce que dévoilent les photos satellites de planètes éloignées : oppressants, brûlants, inhumains. C'est à l'aulne de ces paysages en toîle de fond que mon père prend mon visage dans ses mains. Il l'embrasse. Je sens ses lèvres qui parcourent mes yeux fermés, ma gorge. Je sens ses doigts qui effleurent mes cheveux, ma nuque. Je sens son souffle chaud sur mes paupières. Parfois, nous nous disputons ; il nous arrive même de fondre en larmes [...] »
  8. (fr) « Pourquoi une mère coucherait-elle avec son fils? C’est la question que de nombreuses personnes se posent. En effet, la semaine dernière, la cour a décrété qu’Aimee L. Sword, jugée coupable d’agressions sexuelles sur son fils de 14 ans qu’elle avait donné en adoption à la naissance, doit purger une peine de prison allant de 9 à 30 ans. L'histoire se passe aux États-Unis, dans le Michigan. [...] « Quand elle a vu ce garçon pour la première fois, quelque chose en elle s'est déclenché ... et ce ne fut plus une relation mère-fils mais une relation amoureuse », a déclaré son avocat à la presse. La mère de 36 ans, originaire du Michigan — qui, selon son avocat, aurait aussi été victime d’agressions sexuelles dans sa jeunesse — s’est excusée et assure qu’elle essaie de comprendre la nature de son geste. Elle recevait régulièrement des photos de son fils, poursuit son avocat. Mais lorsqu’il a eu 14 ans, n’ayant rien reçu, elle l’a contacté en ligne via un site de médias sociaux. Elle l’a rencontré et a eu plusieurs relations sexuelles avec lui. Elle était mariée. « C’est la première fois que je vois quelque chose comme ça entre une mère et son fils », a affirmé le procureur du compté d’Oakland Jessica Cooper [...]. Pourtant, lorsqu’une mère donne son fils en adoption et qu’elle le revoit à l'âge adulte, il arrive qu’elle ressente une attirance sexuelle. Il s’agit de l’attirance sexuelle génétique. Un phénomène des plus tabous, mais qui, pourtant, existe. Il s’agit d’une attirance sexuelle entre des personnes d’une même famille, comme des cousins éloignés ou encore un parent avec un enfant rencontré une fois adulte. Il peut aussi s’agir de frères et sœurs, séparés à la naissance, qui se retrouvent des années plus tard et tombent amoureux, à l'instar de cette histoire rapportée par The Guardian[7] : un frère et une sœur allemands, séparés à la naissance, se sont connus une fois adultes, et ont eu quatre enfants. Il existe peu de statistiques et peu de recherches sur le sujet[H 4]. »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]