Attentat de la pizzeria Sbarro à Jérusalem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Attentat de la pizzeria Sbarro

Localisation Jérusalem, Israël
Cible Pizzeria Sbarro
Coordonnées 31° 46′ 59″ nord, 35° 13′ 05″ est
Date
14h00[1] (UTC+03:00)
Type Attentat-suicide
Morts 15 civils (dont 7 enfants et une femme enceinte)
Blessés 130
Organisations Hamas, Jihad islamique palestinien (revendiqué)
Mouvance Terrorisme palestinien, terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Attentat de la pizzeria Sbarro à Jérusalem

L'attentat de la pizzeria Sbarro est un attentat-suicide perpétré le 9 août 2001 à Jérusalem en Israël, qui a été revendiqué par les mouvements palestiniens du Hamas et du Djihad islamique.

Contexte de l'attentat[modifier | modifier le code]

Cet attentat s'est produit durant la Seconde Intifada de 2001.

Le 9 août 2001, à 14 heures, un terroriste palestinien (Izz al-Din Shuheil al-Masri) entre avec une guitare piégée dans un restaurant de Jérusalem, la pizzeria Sbarro, à l'angle très fréquenté de la rue King George et de la route de Jaffa, dans le centre-ville. La fausse guitare contient des explosifs, des clous, des écrous et des boulons pour multiplier les blessures des futures victimes[2]. Puis il fait exploser sa bombe au milieu des personnes qui déjeunaient au restaurant.

Une terroriste palestinienne (Ahlan Tamimi) a personnellement transporté la bombe de 10 kg cachée dans un étui de guitare, en empruntant un taxi depuis Ramallah jusqu'à Jérusalem ; elle y a rencontré le kamikaze, et lui a remis l'objet piégé[3].

Les deux ont ensuite marché ensemble déguisés en touristes avec des vêtements occidentaux[2] et parlant en anglais jusqu'au centre ville de Jérusalem. Ils se sont arrêtés à l'endroit que la terroriste a désigné comme la cible à viser. Elle a demandé au kamikaze d'attendre quinze minutes avant de faire fonctionner les explosifs, afin qu'elle ait assez de temps pour s'éloigner de la zone en toute sécurité[3]. Elle a ensuite pris un bus de la ville[4].

Treize Israéliens, une Américaine, un Brésilien et un Australien sont tués, dont sept enfants et une femme enceinte[2], et 130 autres sont grièvement blessés dont une mère de famille[2] qui restera dans un état végétatif permanent[5]. Tous étaient des civils[6].

Le restaurant est totalement détruit par l'explosion.

Réactions officielles[modifier | modifier le code]

Drapeau d’Israël Israël :

  • En réponse à l'attentat, Israël ferme le « Bureau des Affaires étrangères » palestinien officieux à Jérusalem[7]
  • Shimon Peres, ministre des Affaires étrangères déclare que « si l'Autorité palestinienne avait agi avec la détermination nécessaire et avait mené la détention préventive des terroristes du Hamas, les meurtres d'aujourd'hui à Jérusalem auraient été évités. »[8]

Drapeau de la Palestine Autorité palestinienne :

  • Le Hamas revendique l'attaque, présentant le terroriste sous le nom de Izzedine al-Masri[9].
  • Yasser Arafat indique que l'attaque a été menée en représailles à la politique d'Ariel Sharon[9].
  • Le Fatah (ar.: فتح , « Mouvement de Libération de la Palestine ») de Ramallah délivre un prix à la co-responsable, Ahlan Tamimi, « prisonnière héroïque »[10].
  • Le 10 août 2011, la télévision de l'Autorité palestinienne rend hommage à Ahlan Tamimi et lui envoie ses « meilleurs voeux de fidélité »[10].

Drapeau des Nations unies Nations unies :

Drapeau de l’Union européenne Union européenne :

  • La présidence de l'Union européenne « condamne sans réserve l’attentat survenu dans un centre commercial ce 9 août à Jérusalem » et « exprime sa plus vive indignation face à la lâcheté d’un acte dont les principales victimes sont des civils innocents[12] ».

Drapeau des États-Unis États-Unis :

Drapeau du Japon Japon :

  • Dans un communiqué de presse, le gouvernement japonais se dit « choqué par l'attentat à Jérusalem du 9 août, qui a causé la mort et a blessé des civils innocents[13] ».

Victimes[modifier | modifier le code]

- 15 personnes sont mortes :

  • Sept hommes et femmes :
    • une femme enceinte, l'Américaine Shoshana (Rose) Yehudit (Judy) Greenbaum Hayman, 31 ans, fille unique de ses parents[2],[14] ; Mordechai (Moti) Raphaël Schijveschuurder, 43 ans[15] et son épouse, la thérapeute pour enfants sourds Tzira (Dura) Friedman Schijveschuurder, 41 ans[16], d'origine néerlandaise et descendants de survivants de Bergen Belsen et Theresienstadt[17],[18],[19] ; l'étudiant Zvika Golombek, 26 ans[20] ; la jeune serveuse, Tehila Maoz, 18 ans[21] ; Frieda Mendelsohn, 62 ans[22] ; la nouvelle émigrante de Georgie et médecin, Lily Shimashvili, 33 ans[23] ; le Brésilien Giora Balash, 60 ans[24].
  • Huit enfants et adolescents sont morts :
    • Hemda Schijveschuurder, 2 ans[25] ; l'entrant en maternelle, Avraham Yitzhak Schijveschuurder, 4 ans[26] ; la nouvelle émigrante de Georgie Tamara Shimashvili, 8 ans[27] ; la collégienne Ra'aya Schijveschuurder, 14 ans[18],[28],[19]; la musicienne et bénévole australienne Malka Chana (Malki) Roth, 15 anst[3],[29],[30] ; son amie, Michal Raziel, 16 ans[3],[31] ; la jeune soeur de Miriam, l'écolière Yocheved Shoshan, 10 ans[18],[32], a été enterrée le soir même[2].

- 130 personnes ont été blessées :

  • une mère de famille, Chana Nachenberg[2], 31 ans, qui restera dans un état végétatif permanent[5],[33],[18]
  • une adolescente Miriam Shoshan, 15 ans, soeur de Yosheved morte dans l'attentat, est brûlée à 40 % au troisième degré, avec 60 clous dans son corps, la rate explosée et un trou dans la cuisse[2]
  • Flora Balash
  • Etc.
Modèle de la guitare-bombe utilisée dans l'attentat-suicide palestinien de la pizzeria Sbarro en 2001.

Responsabilités[modifier | modifier le code]

L'attentat-suicide a été revendiqué par deux organismes : le Hamas et le Mouvement du Jihad islamique palestinien.

Des membres de la famille Tamimi ont été impliqués dans cet attentat[34], notamment Ahlan Tamimi[5],[4], 20 ans, recrutée par le mouvement islamique Hamas[10], étudiante à Bir Zeit et journaliste à temps partiel[2], qui a transporté la bombe de Ramallah à Jérusalem et a ciblé la pizzeria Sbarro. Elle avait précédemment déjà tenté de commettre un attentat en déposant une bombe (qui n'a pas explosé) dans une poubelle publique d'un centre commercial en Israël.

Lui-même fils d'un restaurateur et d'une famille propriétaire terrienne aisée à Aqaba en Cisjordanie, le kamikaze qui s'est fait exploser avec sa bombe avait 22 ans[2] et s'appelait Izz al-Din Shuheil al-Masri[3] (ar. عز الدين شهيل المصري).

L'artificier est un Koweitien de 22 ans qui a rejoint la Cisjordanie et la cause palestinienne, (en) Abdallah Barghouti (parent de Marwan Barghouti). Commandant de la branche armée du Hamas, il est planificateur et faiseur de plusieurs bombes ayant tué des dizaines de civils en Israël et blessé des centaines d'autres lors de plusieurs attentats dont celui de Sbarro. Il a été arrêté en 2001 puis en mars 2003 ; il est emprisonné à vie. Comme Ahlan Tamimi et d'autres terroristes en prison, il perçoit une indemnité récurrente de la part de l'Autorité palestinienne, le temps de son incarcération[35],[36].

Ahlan Tamimi a choqué l'opinion publique israélienne quand interviewée et filmée plus tard, elle s'est réjouie du nombre élevé de victimes et a souri quand il a été fait allusion aux enfants tués à la pizzeria (elle pensait qu'il n'y en avait eu que trois)[33],[10]. Elle a dit ne pas regretter son action et serait prête à la refaire[10],[4].

Sous le coup de seize chefs d'accusation, emprisonnée à perpétuité par la suite[3],[37], Ahlan Tamimi a été libérée le 18 octobre 2011[5] lors des accords d'échange pour la libération de l'otage Guilad Shalit (un millier de prisonniers palestiniens libérés contre lui)[37],[38], et vit actuellement en Jordanie.

Attentat-suicide artistique et culturel[modifier | modifier le code]

Organisations terroristes étrangères selon le Département d'Etat, Washington, 2018. (Cliquer pour développer)

Un mois après cet attentat meurtrier et pour fêter le premier anniversaire de l'intifada palestinienne en 2001, l'université An-Najah dans la ville de Naplouse en Cisjordanie organise une exposition présentant une reconstitution de l'attentat-suicide à la pizzeria Sbarro de Jérusalem, avec des tables cassées, du faux sang, de faux cadavres déchiquetés, des morceaux de corps et de chair éparpillés, etc. L'installation comprend aussi un portrait du kamikaze tenant un Coran et un fusil, sous lequel on peut lire « Qassami Pizza est plus délicieux » - allusion aux brigades militaires terroristes Ezzedine al-Qassam du Hamas et aux roquettes palestiniennes Qassam. A l'extérieur de l'exposition artistique, une peinture murale dépeint également l'explosion au restaurant Sbarro.

Différentes autorités ou personnalités juives sont choquées par cette exposition et protestent en pointant du doigt le dirigeant palestinien d'alors, Yasser Arafat.

Le chef des étudiants islamistes, Alas Hmeidan, affirme que c'est « un moyen d'exercer des représailles contre les massacres commis par Israël »[39]. Yasser Arafat, ferme l'exposition artistique et déclare par son porte-parole que ses responsables seront réprimandés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sbarro restaurant suicide bombing » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Frimet Roth, « Remembering the Sbarro bombing five years on », Haaretz,‎ (lire en ligne).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Frimer Roth, (en) « Se souvenir des bombardements de Sbarro cinq ans après », Haaretz, 11 Août 2006. Lire en ligne.
  3. a, b, c, d, e et f Frimet Roth, Haaretz, (en) « Mère d'une victime de l'attentat-suicide en Israël : Ne libérez pas l'assassin de ma fille », 16 octobre 2011. Lire en ligne.
  4. a, b et c Voir l'interview d'Ahlan Tamimi rapportée par l'institut Memri, en ligne.
  5. a, b, c et d (en) Petra Marquardt-Bigman, « Ahed Tamimi and Her Family Aren't the Palestinian Saints You Want Them to Be » [« Ahed Tamimi et sa famille ne sont pas les saints palestiniens que vous voulez qu'ils soient »], sur Haaretz,
  6. (en) Niall Stanage, « Death of innocents », sur Sunday Business Post of Ireland,
  7. (en) Yaacov Lozowick, Right to Exist : A Moral Defense of Israel's Wars, Doubleday, , 326 p. (ISBN 0385509057, présentation en ligne), p. 20.
  8. (en) Ministère israélien des Affaires étrangères, « Suicide bombing at the Sbarro pizzeria in Jerusalem », (consulté le 19 août 2014).
  9. a et b (en) Suzanne Goldenberg, « 'The street was covered with blood and bodies: the dead and the dying' », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  10. a, b, c, d et e (en) Professeur Alan Johnson, « Who are your heroes ? The case of Ahlam Tamimi » [« Quels sont vos héros ? Le cas de Ahlam Tamimi »], sur Hurryunpharry.org,
  11. a et b (en) « International Reaction », Sky News,‎ (lire en ligne).
  12. Présidence de l'Union européenne, « Lettre datée du 10 août 2001, adressée au Secrétaire général par le Représentant permanent de la Belgique auprès de l’Organisation des Nations Unies : Déclaration publiée le 9 août 2001 par la présidence de l’Union européenne, au nom de l’Union européenne, à propos de l’attentat à Jérusalem » [PDF], sur Système de diffusion électronique des documents de l'ONU, (consulté le 19 août 2014).
  13. (en) Ministère japonais des Affaires étrangères, « Statement by the Press Secretary/Director-General for Press and Public Relations, Ministry of Foreign Affairs, on the Terrorist Bombing in Jerusalem », Communiqués de presse (déclarations), (consulté le 19 août 2014).
  14. Israel Ministry of Foreign Affairs : S. Greenbaum
  15. Israel Ministry of Foreign Affairs : M. Schijveschuurder
  16. Israel Ministry of Foreign Affairs : T. Schijveschuurder
  17. (en) Samuel M. Katz, The Ghost Warriors : Inside Israel's Undercover War Against Suicide Terrorism, New-York, Penguin Random House, (lire en ligne) :

    « L'histoire inédite de la Ya'mas, les forces spéciales d'Israël de l'équipe d'infiltration qui se sont infiltrées dans les bastions terroristes palestiniens au cours de la deuxième Intifada. »

  18. a, b, c et d (en) « En une minute Swift - L'histoire de Chana Nachenberg », sur OneFamilyFund
  19. a et b Mémorial pour les 5 victimes de la famille Schijveschuurder
  20. Israel Ministry of Foreign Affairs : Z. Golombek
  21. Israel Ministry of Foreign Affairs : T. Maoz
  22. Israel Ministry of Foreign Affairs : F. Mendelsohn
  23. Israel Ministry of Foreign Affairs : L. Shimashvili
  24. Israel Ministry of Foreign Affairs : G. Balash
  25. Israel Ministry of Foreign Affairs : H. Schijveschuurder
  26. Israel Ministry of Foreign Affairs : A. Y. Schijveschuurder
  27. Israel Ministry of Foreign Affairs : T. Shimashvili
  28. Israel Ministry of Foreign Affairs : R. Schijveschuurder
  29. Les parents de l'adolescente ont fondé et dirigent un organisme de bienfaisance, la Fondation Malki (kerenmalki.org), à la mémoire de leur fille tuée qui travaillait bénévolement de son vivant dans une association israélienne d'aide aux loisirs des handicapés. KerenMalki fournit à présent du matériel et des aides thérapeutiques pour aider les familles touchées par un handicap. Un tiers de son action bénéficie à des arabes palestiniens handicapés (voir en source l'art. du Pr Alan Johnson). Lire aussi « Death of innocents », The Malki Fondation
  30. Israel Ministry of Foreign Affairs : Malka Roth
  31. Israel Ministry of Foreign Affairs : M. Raziel
  32. Israel Ministry of Foreign Affairs : Y. Shoshan
  33. a et b (en) Adam Levick, « Frimet Roth responds to Guardian story sympathetic to terrorist responsible for her daughter’s murder », sur UKmediaWatch,
  34. (en) Ben Ehrenreich, « Is This Where the Third Intifada Will Start? », New York Times, 15 mars 2013 (lire en ligne)
  35. Voir MakorRishon du 5 octobre 2015 : Documents révélateurs de l'Autorité palestinienne.
  36. (en) Sharon Roffe-Ofir, « Abdullah Barghouti : I will keep fighting occupation », sur YnetNews,
  37. a et b « Gilad Shalit va être échangé contre des prisonniers palestiniens », sur L'Express - AFP,
  38. « Israël publie la liste des détenus palestiniens échangés contre Shalit », sur Le Monde AFP,
  39. « Arafat closes 'suicide bombing' art show » [« Arafat ferme l'exposition d'art « attentat-suicide » »], sur BBC,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]