Attentat de Reyhanlı

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Attentat de Reyhanlı du 11 mai 2013
Image illustrative de l’article Attentat de Reyhanlı
monument mémoriel en hommage aux victimes dans le centre ville de Reyanli

Localisation Reyhanlı, Drapeau de la Turquie Turquie
Cible Civils
Coordonnées 36° 16′ 09″ nord, 36° 34′ 02″ est
Date
h 40 (UTC+3)
Type Attentat à la voiture piégée
Morts 51
Blessés 155
Auteurs Nasir Eskiocak
Participants 1

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Attentat de Reyhanlı

L’attentat de Reyhanlı est un double attentat à la voiture piégée qui a eu lieu le samedi , à Reyhanlı dans la province de Hatay, ville proche de la frontière syrienne.

Bilan[modifier | modifier le code]

Les explosions ont tué 51 personnes dans la ville et on dénombre 155 blessés et des dégâts ayant touché 735 commerces, 62 véhicules, 8 bâtiments publics et 120 appartements.

Cause[modifier | modifier le code]

Neuf suspects de nationalité turque sont arrêtés. Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan accuse les services secrets syriens d'être à l'origine de cet attentat, ce que le gouvernement syrien dément[1],[2].

Arrestation[modifier | modifier le code]

Le lundi 10 juin vers 23 h la police turque arrête le turque Nasir Eskiocak, organisateur présumé du double attentat à la bombe. L'homme se trouvait dans la ville frontalière de Yayladağı, dans la province de Hatay, lorsqu'il est appréhendé avec trois complices au cours d'une opération menée conjointement par la police et les forces de sécurité turques[3]. Il est condamné, en mai 2019, comme huit de ses coaccusés, à une peine incompressible de prison à vie[4].

Répercussions[modifier | modifier le code]

Le jour même de l'attaque, comme après chaque attentat, le Conseil supérieur de l’audiovisuel turc (RTÜK) censure les médias.


Autres[modifier | modifier le code]

Le 6 juillet 2019, l’explosion d’un véhicule à Reyhanli a tué ses 3 passagers originaire de Syrie. Selon Recep Tayyip Erdogan, "Les premiers éléments laissent penser qu'il s'agit sans doute d'un acte teroriste" et "Il est clair qu'il y avait une bombe dans la voiture"[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]