Attentat de Gaziantep du 20 août 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentat de Gaziantep du 20 août 2016

Localisation Gaziantep, Drapeau de la Turquie Turquie
Cible Mariage kurde
Coordonnées 37° 02′ 22″ nord, 37° 23′ 34″ est
Date
Vers 22 h 50 (UTC+03:00)
Type Attentat-suicide
Armes Ceinture explosive
Morts 57
Blessés 66
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique (supposé)
Mouvance Terrorisme islamiste (supposé)

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Attentat de Gaziantep du 20 août 2016

L'attentat de Gaziantep du 20 août 2016 est un attentat-suicide survenu lors d'une cérémonie de mariage en Turquie. C'est l'attentat le plus meurtrier de l'année dans le pays. Les éléments de l'enquête montrent l'implication de l'État islamique.

Contexte[modifier | modifier le code]

Au cours de la guerre civile syrienne, les combattants kurdes représentent un des adversaires les plus redoutables face à l'État islamique (EI), soit directement par leurs groupes armés (comme les YPG) soit via la coalition des Forces démocratiques syriennes (FDS) qui regroupe des Kurdes, des Arabes, des Assyriaques et des volontaires étrangers. Quelques jours avant l'attentat, les FDS ont remporté une victoire importante face à l'EI, en le chassant hors de Manbij.

De plus, dans le cadre de la seconde guerre civile irakienne, entre la date de la bataille de Manbij et celle de l'attentat de Gaziantep, les peshmergas kurdes ont continué à gagner du terrain en Irak, en reprenant une douzaine de villages aux djihadistes[1].

La ville de Gaziantep est géographiquement proche de la Syrie, à une soixantaine de kilomètres de la frontière. Beaucoup des habitants sont kurdes[2]. Elle est particulièrement touchée par la guerre. Déjà, par le nombre important de réfugiés syriens qu'elle accueille, du fait de sa proximité et parce que le secteur du logement y est suffisamment dynamique pour leur donner du travail[2]. Mais aussi car c'est une ville où l’État islamique a des réseaux particulièrement importants et plusieurs cellules[2].

Le mariage a peut-être été pris pour cible car le marié est membre du parti pro-kurde HDP[3]. Si ce n'est pas le cas, il s'agirait de la première fois que Daech attaquerait des civils en Turquie sans cibler spécifiquement des partis politiques ou des lieux touristiques[2].

Déroulement des faits[modifier | modifier le code]

Aux alentours de 22 h 50 (UTC+3)[4], une explosion se produit lors d'une cérémonie de mariage en extérieur dans le quartier de Şahinbey à Gaziantep au sud-est de la Turquie. Les autorités parlent d'un attentat terroriste probablement mené par un kamikaze[5].

Bilan[modifier | modifier le code]

Le dernier bilan fait état de cinquante-sept morts, dont trente-quatre enfants[6], et près de cent blessés[7]. Les mariés ont survécu[3].

Revendications[modifier | modifier le code]

L'attentat n'a pas été revendiqué. La piste de l'État islamique est privilégiée puisque la plupart des victimes sont des Kurdes[8].

Répercussions[modifier | modifier le code]

Lors des funérailles, un groupe de personnes a crié « Honte à toi Erdoğan ! », accusant le président turc de ne pas les avoir protégées contre les djihadistes[9]. Le HDP a demandé l'ouverture d'une enquête « contre toutes les failles de sécurité et de renseignement »[10]. Ankara de son côté promet de nettoyer ses frontières de l'État islamique[11]. Ce nettoyage en particulier débute le 24 août avec la seconde bataille de Jarablus, soutenue par la coalition internationale, avec laquelle la Turquie souhaite chasser l'État islamique, en Syrie, de ses frontières et parallèlement éviter que les Kurdes s'y installent et ne prennent le contrôle[12].

Le 31 août, un arrêté du gouverneur interdit, dans la province de Gaziantep, les cérémonies festives (fiançailles, noces, mariage, soirée du henné, fête de la Circoncision notamment) en extérieur et ces cérémonies, qui doivent par conséquent se dérouler en intérieur, doivent être signalées au préalable aux autorités de police[13].

Enquête[modifier | modifier le code]

Selon des témoins, le terroriste serait venu avec deux autres personnes qui ont ensuite pris la fuite[14]. Le parquet a retrouvé des restes d'une ceinture explosive sur la scène. Le dispositif utilisé pour l'explosion semble être identique à ceux de l'attentat de Suruç et d'Ankara[15]. Le président Erdoğan indique que le kamikaze est un adolescent âgé entre 12 et 14 ans, probablement lié à l'État islamique, qui « soit s'est fait exploser, soit portait des explosifs actionnés à distance »[16]. Le Premier ministre Yıldırım quant à lui a été moins affirmatif, précisant simplement que les recherches étaient en cours pour déterminer l'identité des auteurs de l'attaque[17]. Le 23 septembre, Erdoğan confirme que le kamikaze était un jeune adolescent, de 14 ans ; la bombe était attachée au corps de l'enfant, cachée par un tee-shirt du footballeur argentin Lionel Messi et actionnée à distance[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Canada occupe un «rôle clé» dans la lutte contre l'EI en Irak », sur La Presse (Montréal), (consulté le 21 août 2016)
  2. a, b, c et d « Turquie : avec l'attentat à Gaziantep, «l'EI a encore franchi un nouveau pas» », sur Libération, (consulté le 21 août 2016)
  3. a et b « Turquie: ce que l'on sait de l'attentat de Gaziantep qui a fait 51 morts », sur L'Express, (consulté le 21 août 2016)
  4. (tr) « Gaziantep'teki saldırıda hayatını kaybedenlerin sayısı 51'e yükseldi », sur NTV, (consulté le 21 août 2016)
  5. « Une attaque terroriste fait un carnage lors d'un mariage », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 21 août 2016)
  6. (en) « Death toll rises to 57 in ISIL Gaziantep attack », sur Hürriyet Daily News, (consulté le 26 septembre 2016)
  7. a et b (en) « ISIL child suicide bomber in Gaziantep was wearing Messi jersey: Erdoğan », sur Hürriyet Daily News, (consulté le 26 septembre 2016)
  8. « Turquie : au moins 30 morts, près de 100 blessés dans un attentat à Gaziantep », sur Europe 1, (consulté le 21 août 2016)
  9. « Turquie: "Ils ont transformé notre mariage en bain de sang" », sur L'Express, (consulté le 22 août 2016)
  10. « A Gaziantep, l’attentat était malheureusement prévisible », sur Le Temps (quotidien suisse), (consulté le 23 août 2016)
  11. « Attentat de Gazientep : la Turquie promet de nettoyer sa frontière des jihadistes de Daesh », sur Euronews, (consulté le 22 août 2016)
  12. « Lancement de la plus grosse opération militaire turque en Syrie depuis le début du conflit », sur Le Monde, (consulté le 24 août 2016)
  13. (tr) « Gaziantep saldırısının ardından sokak düğünlerine yasak », sur CNN Türk, (consulté le 2 septembre 2016)
  14. (tr) « Gaziantep'te terör saldırısı », sur Doğan Haber Ajansı, (consulté le 21 août 2016)
  15. « La Turquie s’efforce d’identifier le très jeune kamikaze de Gaziantep », sur Le Devoir, (consulté le 22 août 2016)
  16. « Turquie : l'attentat de Gaziantep commis par un adolescent (Erdogan) », sur Le Figaro, (consulté le 21 août 2016)
  17. « Turquie : confusion totale sur les auteurs de l'attentat de Gaziantep », sur Le Point, (consulté le 23 août 2016)