Attentat de Fiumicino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Attentat de Fiumicino
Image illustrative de l’article Attentat de Fiumicino
L'avion de la Pan Am impliqué dans l'attentat

Localisation Fiumicino (Rome)
Cible Civils
Coordonnées 41° 48′ 01″ nord, 12° 14′ 20″ est
Date
13h10
Type Attentat à la bombe - Arme à feu
Morts 34
Blessés 22 (dont un terroriste)
Organisations OLP
Mouvance Terrorisme palestinien

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Attentat de Fiumicino

Géolocalisation sur la carte : Latium

(Voir situation sur carte : Latium)
Attentat de Fiumicino

Attentat de Fiumicino définit les attaques et les détournements d'avion depuis l'aéroport de Rome en 1973. Il s'agit d'une série d'attaques terroristes palestiniennes de l'aéroport international Leonardo da Vinci – Fiumicino à Fiumicino, dans le Latium, en Italie, qui ont coûté la vie à 34 personnes. [1] Les attaques ont commencé par une invasion du terminal de l'aéroport et une prise d'otages, suivies de l'attentat à la bombe incendiaire du vol 110 de la Pan American World Airways .

Le vol 110 de la Pan Am était un vol régulier de la Pan American World Airways entre Rome (Italie) et Téhéran (Iran) via Beyrouth (Liban). Le 17 décembre 1973, peu avant le décollage, le terminal de l'aéroport et l'avion ont été envahis et l'avion a été incendié par des hommes armés palestiniens, entraînant la mort de trente personnes dans l"avion et deux dans le terminal. [2]

Après l'invasion de l'avion, les hommes armés ont détourné le vol 303 de la Lufthansa et tué deux autres personnes avant d'être arrêtés par l'État du Koweït. [3]

Contexte[modifier | modifier le code]

Depuis le démantèlement de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) de Jordanie, à la suite de la guerre civile israélo-palestinienne, les organisations militaires palestiniennes ont fait du Liban-Sud leur quartier général, recrutant des militants des camps de réfugiés palestiniens. Le Sud-Liban est également désigné sous le nom de Fatahland, en raison du contrôle presque total de celui-ci par des organisations militaires palestiniennes de cette région officiellement libanaise, utilisée pour lancer des attaques contre Israël, visant principalement des civils, et pour participer à une campagne terroriste internationale.

Invasion du terminal et attentat du vol 110 de la Pan Am[modifier | modifier le code]

Boeing 707-321B, Pan American World Airways

Le , le vol 110 de la Pan Am devait decoller de l'aéroport Léonard-de-Vinci de Rome Fiumicino de Rome jusqu'à l'aéroport international de Beyrouth - Rafic Hariri au Liban, puis à Téhéran (Iran). Aux commandes du Boeing 707-321B ( immatriculation N407PA, N407PA, Clipper Celestial ) [4] se trouvaient trouvaient le capitaine Andrew Erbeck, [5] le premier officier Robert Davison et le mécanicien navigant Kenneth Pfrang. [6],[7].

Vers 13h10 heure locale, alors les passagers du vol 110 s'apprêtaient à embarquer, entre six et dix Palestiniens traversèrent l'aérogare, armés d'armes à feu automatiques et de grenades. Les terroristes ont retiré les mitraillettes des sacs à main et ont commencé à tirer dans tout le terminal, brisant les fenêtres et tuant deux personnes. L’équipage dans le poste de pilotage de l’appareil a pu observer les voyageurs et les employés de l’aéroport dans le bâtiment en quête de protection. Le commandant Erbeck a annoncé par le système de sonorisation de l'avion qu'il y avait du bruit dans l'aérogare et a ordonné à tous à bord de se mettre à terre.

Plusieurs hommes armés ont traversé le tarmac en direction du jet panaméricain, lançant au moins deux grenades incendiaires au phosphore par les portes à l'avant et à l'arrière de l'avion. [8] Les explosions ont projeté l'équipage et les passagers au sol et la cabine s'est remplie d'une fumée épaisse et âcre résultant des incendies. Les agents de bord ont pu ouvrir la sortie de secours au-dessus de l’aile sur un côté de l’avion, l'autre étant bloquée par des hommes armés. L'équipage a tenté d'évacuer le plus de passagers possible par la sortie disponible, mais 29 passagers et la Commissaire de bord Diana Perez sont morts dans l'avion,dont les onze passagers de la section de première classe. Quatre responsables marocains se rendant en Iran pour une visite, et Bonnie Erbeck, épouse du capitaine figurent parmi les morts. Le capitaine Erbeck a survécu à l'attaque. Quatorze employés d’ Aramco et des membres de leur famille employés ont également été tués. [6]. L'avion a été détruit. [4].

Detournement du vol Lufthansa 303[modifier | modifier le code]

Lufthansa 737-130 D-ABED

D'autres hommes armés ont emmené plusieurs otages italiens et membres d'équipage au sol de Lufthansa dans un Boeing 737 du Lufthansa Flight 303 (immatriculation D-ABEY) attente de partir pour Munich. [9] Antonio Zara (20 ans), un policier des douanes italiennes, a été abattu au sol après avoir résisté. L'avion, contenant le capitaine Joe Kroese le premier officier, deux agents de bord, deux membres d'équipage et huit otages italiens, a décollé pour Athènes (Grèce) sur l'ordre de cinq terroristes, également à bord.

Escale à Athènes[modifier | modifier le code]

À leur atterrissage à Athènes, les terroristes ont exigé par radio la libération de deux hommes armés palestiniens responsables d’un précédent attentat contre le terminal de l'aéroport international d'Hellinikon à Athènes. [1] Ils ont affirmé avoir tué cinq otages, y compris le premier officier de l'avion. Les terroristes ont également menacé de faire s'écraser l'avion au beau milieu d'Athènes si leurs demandes n'étaient pas satisfaites. En réalité, un seul otage italien, Domenico Ippoliti, a été tué et un autre blessé. L'avion a décollé de nouveau d'Athènes après seize heures au sol et après que les hommes armés aient libéré l'otage blessé et jeté le corps de l'otage mort sur le tarmac.

Escale à Damas[modifier | modifier le code]

L'avion s'est ensuite dirigé vers Beyrouth, où les autorités libanaises ont refusé l'autorisation d'atterrir et ont bloqué la piste avec des véhicules. Chypre a également refusé l'atterrissage. Les terroristes à bord ont finalement ordonné que l'avion atterrisse à Damas, en Syrie, apparemment parce que l'avion manquait de carburant. En Syrie, le général de division Naji Jamil, commandant de Armée de l'air syrienne, a tenté de persuader les Palestiniens de libérer les otages, mais ils ont refusé. Les Syriens ont fourni de la nourriture et ont ravitaillé l'avion. Ils ont également soigné une blessure à la tête subie par l'un des pirates de l'air. L'avion a décollé après environ deux à trois heures d'escale.

Atterrissage au Koweït[modifier | modifier le code]

L'avion a ensuite pris la direction du Koweït, où les autorités koweïtiennes ont refusé l' atterrissage, mais l'avion a finalement pu atterrir sur une piste secondaire. Après une heure de négociations entre les hommes armés palestiniens et les autorités koweïtiennes les douze otages restants ont été libérés [8] en échange d'un « passage libre  » vers une destination inconnue pour les pirates de l'air. Les terroristes ont été autorisés à conserver leurs armes et ont fait un signe de victoire pour la victoire avec leurs mains lorsqu'ils ont quitté l'avion.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les autorités koweïtiennes auraient par la suite amené les pirates de l'air dans une base aérienne à des fins d'interrogatoire. Le Koweït a annoncé qu'il n'avait aucune intention de faire subir un procès aux pirates de l'air et a envisagé dans un premier temps de les relâcher au profit de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). En , le président égyptien Anouar el-Sadate accepta de les autoriser à se rendre au Caire sous la responsabilité de l'OLP, qui déclara que les deux hommes seraient traduits en justice pour avoir mené une « opération non autorisée »[10].

Les cinq terroristes ont ensuite été relâchés au cours de négociations lors d'un autre détournement qui s'est déroulé le , avant d'être remis à l'OLP. On ne sait pas ce qu'ils sont devenus après leur retour à l'OLP. [11].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b RAND Corporation, « TKB Incident Page: Other Group attacked Airports & Airlines target (Dec. 17, 1973, Italy) » [archive du ], MIPT Terrorism Knowledge Base, Oklahoma City, Oklahoma, Memorial Institute for the Prevention of Terrorism, (consulté le 10 avril 2007)
  2. « Incident Summary for GTDID: 197312170002 », Global Terrorism Database, College Park, Maryland, National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism (START), (consulté le 2 février 2014)
  3. « Incident Summary for GTDID: 197312170003 », Global Terrorism Database, College Park, Maryland, National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism (START), (consulté le 2 février 2014)
  4. a et b (en) « N407PA (cn 18838/412) "Clipper Celestial" », Wings on the Web, Demand Media, Inc., (consulté le 26 juillet 2014).
  5. « Pilots Wife Died in Fire », The Milwaukee Journal, Newspapers, Inc.,‎ (lire en ligne)
  6. a et b (en) « TERRORIST ATTACK IN THE ROME AIRPORT – DECEMBER 1973 » [archive du ], aramcoexpats.com/obituaries, Aramco ExPats Corporation (consulté le 11 février 2015).
  7. « State Man Recalls Attack », The Milwaukee Sentinel,‎ (lire en ligne).
  8. a et b (en) « Rome hijacking », FLIGHT International, IPC Transport Press Ltd, vol. 104, no 3380,‎ , p. 1010 (lire en ligne, consulté le 11 février 2015) :

    « s'est précipité sur l'aire de trafic et deux bombes au phosphore ont été lancées dans les entrées avant et arrière d'un Pan American 707 Celestial Clipper, avec 170 passagers à son bord. »

  9. « Hijacking description: Monday 17 December 1973 », aviation-safety.net, Flight Safety Foundation, (consulté le 11 février 2015)
  10. « LES AUTEURS DE L'ATTENTAT DE ROME EN DÉCEMBRE 1973 VONT ÊTRE JUGÉS PAR UN TRIBUNAL PALESTINIEN », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 10 septembre 2019).
  11. « Gunmen Punished, P.L.O. Announces », The New York Times,‎ , A1 (lire en ligne).

Sources[modifier | modifier le code]