Attaque des 51%

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (juin 2016).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (juin 2016).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (juin 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Une Attaque 51 % est une attaque sur la blockchain du Bitcoin. Elle est également connue sous le nom de l'Attaque Goldfinger[1]. Le but de cette attaque est de bloquer les validations des transactions d'utilisateurs Bitcoin. Mais pas seulement, quiconque ayant assez de puissance de calcul, peut également dépenser ses bitcoins plus d'une fois, c'est ce qu'on appelle le double spending (en), sans pour autant avoir assez de bitcoins. C'est possible en modifiant l’historique de la blockchain[2],[3].

Le problème[modifier | modifier le code]

La création de Bitcoins se fait grâce aux mineurs, pour être quasi sûr de toucher des bitcoins, les mineurs se regroupent et forment des coopératives ou pools, de façon à avoir plus de puissance. Toutefois, cela peut amener à une attaque des 51% si elle devient trop puissante.

Comment réaliser l'attaque ?[modifier | modifier le code]

51 % signifie que pour exécuter cette attaque, un hacker ou un groupe d'individus qui minent (aussi appellé un mining pool (en)) puisse détenir 51 % de la puissance totale de calcul du minage. À plus de 50 %, il est plus facile de modifier la blockchain et de la faire plus longue que celle reçue de façon à ce que les nœuds du réseau Bitcoin la choisisse comme étant la plus légitime. Pour refuser une transaction, il suffit de ne pas l'inclure dans les blocs minés et attendre qu'une blockchain plus longue que la courante arrive pour la remplacer. Ce qui fera disparaître la transaction[2].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Une telle attaque ferait chuter la valeur de la monnaie, dans le cas où les hackers décideraient de bloquer des transactions ou s’octroyer des bitcoins[3].

Cas avec GHash.io (en)[modifier | modifier le code]

En janvier 2014, une des plus grandes coopératives (GHash.io (en)) de mineurs a atteint 42 % de toute la puissance minière de Bitcoin. La communauté Bitcoin a réagi rapidement pour avertir via les réseaux sociaux de ce danger et ainsi prendre des mesures. À la suite de cela, un grand nombre de mineurs ont décider de quitter GHash.io (en) et d'aller dans d'autres coopératives moins puissantes. Grâce à ce mouvement, la puissance de GHash.io (en) a chuté de 9 % pour atteindre un niveau moins alarmant de 38 %[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'attaque Goldfinger d'une blockchain - Scilogs.fr :Complexités », sur www.scilogs.fr (consulté le 7 juin 2016)
  2. a et b « [Bitcoin] L'attaque aux cinquante et un pourcents | Nexus Coding », sur nexus-coding.blogspot.ch (consulté le 15 mai 2016)
  3. a et b « Combien ça coûterait une attaque 51 % ? – blogchain café », sur blogchaincafe.com (consulté le 15 mai 2016)
  4. « Une dangereuse suprématie », sur Bitcoin.fr,‎ (consulté le 15 mai 2016)
  5. Adli, « Ghash.io proche des 50 % - Le Coin Coin », sur Le Coin Coin,‎ (consulté le 15 mai 2016)