Atmosphere (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Atmosphère.
Atmosphere
Description de cette image, également commentée ci-après

Atmosphere en concert à Houston, en 2006.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Hip-hop alternatif
Années actives Depuis 1989
Labels Rhymesayers
Site officiel rhymesayers.com/atmosphere
Composition du groupe
Membres Slug
Ant
Anciens membres Spawn
Mr. Dibbs

Atmosphere est un groupe de hip-hop américain, originaire de Minneapolis, dans le Minnesota.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et Overcast! (1989–1997)[modifier | modifier le code]

Sean Daley et Derek Turner se rencontrent au lycée. ils adoptent les surnoms de rappeurs de Slug et D-Spawn, respectivement. Ils jouent initialement sous le nom de groupe de Mental Subjects, avant de changer pour A Rhythmic Culture, puis finalement en Urban Atmosphere. À l'origine, Spawn est le rappeur, et Slug le disc jockey. Au final, Spawn convainc Slug de rapper également. Avec le rappeur Musab (plus tard connu sous le nom de Beyond), Slug est présenté au producteur Ant. Slug voit en lui la capacité de collaborer avec Ant et tente de convaincre Spawn d'enregistrer à ses côtés. Ils démarrent les enregistrements avec Ant, en s'essayant au chant et à la structure musicale[1]. Au final, le groupe adopte le nom simple d'Atmosphere. Atmosphere, en tant que groupe, se joint à d'autres rappeurs comme Musab, Phull Surkle, Black Hole, et The Abstract Pack pour former un collectif appelé Headshots. Ce groupe devient plus tard un label discographique, Rhymesayers. Au fil du temps, plusieurs cassettes sont publiées sous le nom des Headshots, félicitées par la presse spécialisée locale. En 1996, Slug, Stress et Musab apparaissent ensemble à l'émission All Things Considered sur la chaîne américaine NPR[2]. Le lancement de Rhymesayers en tant que label s'effectue lorsque Siddiq décide de fonder son propre studio d'enregistrement[3].

Spawn quitte le groupe trois ans après la sortie de leur premier album, Overcast![1]. La publication d'Overcast! permet de populariser davantage Atmosphere, en particulier grâce à la diffusion de leur single Scapegoat dans les lycées. En 1998, deux albums sont enregistrées par des supergroupes de rap qui impliquent Atmosphere. The Dynospectrum implique Atmosphere, Beyond (Musab), Swift (de Phull Surkle) et I Self Divine. Deep Puddle Dynamics publié par le label Anticon d'Oakland, en Californie fait participer Slug, Sole, Alias et Doseone.

Headshots Se7en et God Loves Ugly (1999–2001)[modifier | modifier le code]

En 1998, Slug et Ant publient le deuxième album du groupe, Headshots Se7en. Désormais en tournée fréquente[4], Slug peut enfin quitter son travail de disquaire. En 1999, le label des Rhymesayers, The Fifth Element, s'ouvre à Minneapolis. En 2001, les deux EPs, Ford et Lucy, sont mélangés et publiés sous un album intitulé Lucy Ford: The Atmosphere EPs. En 2001, Atmosphere entame trois tournées à part en Europe et en Amérique du Nord[4].

Atmosphere planifie la sortie de son deuxième album, God Loves Ugly, le 11 juin 2002, mais reporte la date à cause de problème d'édition sonore. Il est distribué à l'échelle internationale, encore une fois par Fat Beats, et vendu à plus de 130 000 exemplaires[4]. L'album génère deux singles : Modern Man's Hustle et GodLovesUgly. Atmosphere lance une tournée promotionnelle de l'album en Europe et au Japon, jouant soixante shows en 70 jours[4]. Après la tournée, Daley passe ses vacances en Australie[4].

Suites (depuis 2003)[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EPs[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « MVRemix Urban Interviews Slug of Atmosphere | US and Canadian Underground Hip Hop and Soul - exclusive interviews, reviews, articles », Mvremix.com (consulté le 9 mai 2014).
  2. (en) Peter S. Scholtes, « Rhyme out of joint », City Pages,‎ (consulté le 9 mai 2014).
  3. (en) Peter S. Scholtes, « One Nation, Invisible », City Pages,‎ (consulté le 8 mai 2014).
  4. a, b, c, d et e (en) « Atmosphere Profile Page: Biography, Interview and Album Reviews », Musicemissions.com,‎ (consulté le 9 mai 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]