Atina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Atina
Atina
Vue générale d'Atina
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Latium Latium 
Province Frosinone 
Code postal 03042
Code ISTAT 060011
Code cadastral A486
Préfixe tel. 0776
Démographie
Population 4 247 hab. (31-08-2019[1])
Densité 146 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 37′ 00″ nord, 13° 48′ 00″ est
Altitude Min. 490 m
Max. 490 m
Superficie 2 900 ha = 29 km2
Divers
Saint patron San Marco Galileo
Fête patronale 1er octobre
Localisation
Localisation de Atina
Géolocalisation sur la carte : Latium
Voir sur la carte administrative du Latium
City locator 14.svg
Atina
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Atina
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Atina
Liens
Site web http://www.comune.atina.fr.it/

Atina est une commune italienne d'environ 4 247 habitants, située dans la province de Frosinone, dans la région Latium, en Italie centrale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La légende attribue des origines anciennes à Atina: elle a été fondée par Saturne à l'âge d'or mythique, ainsi que 5 autres villes du Latium commençant par la lettre A et, en fait, appelée la ville saturnienne. Les sources historiques et littéraires attestent avec une certitude raisonnable de son existence à l'époque pré-romaine: on sait que, dans un passage de l'Énéide, Virgile l'inscrivit parmi les villes qui préparèrent les armes à la rescousse de Turn contre Enée

Selon toute vraisemblance, c’était une ville volsque située le long de la route qui reliait Sora à Casinum. Au IVe siècle av. J.-C., lorsque la puissance croissante des Samnites entra en contact avec la présence romaine au bord de la vallée du Liri, on la trouve parmi les villes de la Ligue Samnite, appartenant presque certainement à la grande tribu des Pentri, comme Alife, Cassino et Venafro. Atina avait un rôle important non seulement dans les voies de communication entre Sannio, la Campanie et le Bas-Latium, mais aussi à proximité des mines de fer du mont Meta. Conquise par les Romains lors des guerres samnites, elle et intégré à la tribu Teretina, devint préfecture puis cié. Elle a fourni à la république et à l'empire des administrateurs et du personnel militaire, en particulier après la fin de la guerre sociale en 90 av. et l'acquisition définitive de la citoyenneté romaine: Cicéron l'appelle "Atina, mère de nombreux hommes illustres, à tel point qu'aucune ville d'Italie ne peut être dite plus riche". Dans l'organisation territoriale d'Auguste, a été incluse dans le I Regio, le Latium et la Campanie.

Détruit par les Lombards, Atina a été reconstruite en 626 et est devenue une partie du Duché de Bénévent; en 800, c'était un siège d'évêque, comme nous le lisons dans un diplôme de Charlemagne qui décrit son étendue territoriale en détail. Elle a ensuite fait partie du comté de Capoue et enfin du royaume unifié par les Normands, du royaume de Sicile puis du royaume de Naples et des Deux-Siciles. Atina faisait partie de la province de Terra di Lavoro à partir de cette date jusqu'en 1860. À la fin du XIIe siècle, il fait partie des domaines de Montecassino. Plus tard, Elle est en possession des comtes d’Aquino. En 1349, Atina fut détruite par un tremblement de terre et reconstruite quelques décennies plus tard. Comme la majeure partie de la vallée de Comino, elle a été incluse dans le comté d’Alvito, puis dans le duché d’Alvito, sous les Cantelmo, Folch de Cardona et Gallo.

L'exploitation des mines de fer (principalement de limonite) du Meta, auxquelles l'histoire d'Atina et de la vallée de Comino sont liées depuis la plus haute antiquité, s'est poursuivie avec une alternance d'événements, même à l'époque moderne, et s'est redressée à partir de 1774 , avec la construction d’une usine sidérurgique dans la vallée du Canneto, fermée en 1799 pendant l’occupation française. En 1852, le gouvernement Bourbon songea à une exploitation des ressources minérales de la région, avec la construction de Magona ou de Ferriera dans la localité de Rosanisco. Ce projet, en voie d'achèvement, s'est arrêté après l'occupation piémontaise de 1860.

"Municipalité située au bord de la ligne" Gustav "et à quelques kilomètres de Cassino, occupée par les troupes allemandes, Atina a subi de violents pillages, dévastations et bombardements continus qui ont causé la mort de nombreux citoyens, ainsi que la destruction presque complète du patrimoine bâti.

Économie[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Du XII ième siècle à 1977, Atina est une circonscription ecclésiastique catholique. Suite au décret Ad Casinum Montem de la Congrégation des évêques du 21 mars 1977, les privilèges d’Atina furent supprimés et son territoire annexé à l’Abbaye territoriale du Mont-Cassin.

Culture[modifier | modifier le code]

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Suite à la réorganisation des circonscriptions électorales fixés par le décret régional n°1 du 2 janvier 1927 qui institue la province de Frosinone, Atina passe officiellement de la province de Caserte à celle de Frosinone. Elle fait partie de la Communauté de montagne de la vallée di Comino.


27 mai 2003 au 14 avril 2008: Natale Cerri (liste civique)

15 avril 2008 au 26 mai 2013: Fausto Lancia (liste civique)

27 mai 2013 au 10 juin 2018: Silvio Mancini (liste civique)

11 juin 2018 au en cours: Adolfo Valente (ATINA bien commun)


Hameaux[modifier | modifier le code]

Ponte Melfa, Pié delle Piagge, Colle Melfa, San Marciano, Settignano, Rosanisco, Sabina, Colle Alto, Le Sode, Capo di China

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Alvito, Belmonte Castello, Casalattico, Casalvieri, Gallinaro, Picinisco, Terelle, Villa Latina


Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (it) Edoardo Sassi, « Parigi, una casa-museo ad Atina e la storia dell’Académie Vitti », Corriere della sera,‎ (lire en ligne)