Athanase David

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David.
Athanase David
Athanase David vers 1920
Athanase David vers 1920
Fonctions
Secrétaire de la province de Québec
Prédécesseur Jérémie-Louis Décarie
Successeur Charles-Auguste Bertrand
Sénateur de Saurel
Prédécesseur Joseph-Marcellin Wilson
Successeur Marianna Beauchamp Jodoin
Député de Terrebonne
Prédécesseur Jean Prévost
Successeur Hermann Barrette
Prédécesseur Hermann Barrette
Successeur Hector Perrier
Biographie
Nom de naissance Louis Athanase David
Date de naissance
Lieu de naissance Montréal
Date de décès (à 70 ans)
Lieu de décès Montréal
Sépulture Cimetière de Sainte-Agathe-des-Monts
Nationalité Canadienne
Parti politique Parti libéral du Québec
Père Laurent-Olivier David
Conjoint Antonia Nantel
Enfants Paul David
Simone David
Famille Famille David
Diplômé de Université Laval à Montréal
Profession Avocat

Athanase David, de son nom complet Louis Athanase David (Montréal, - Montréal, ) est un avocat et un homme politique québécois. Secrétaire de la province de Québec de 1919 à 1936, il est le maître d’œuvre des importantes mesures sociales et culturelles du gouvernement Taschereau qui marquent des jalons importants dans l'histoire de l'intervention de l'État québécois dans les secteurs de l'éducation, de la santé et du bien-être, traditionnellement pris en charge par l'Église, de même que dans le développement d'une politique culturelle québécoise spécifique.

On lui doit notamment la fondation d'importantes institutions culturelles comme les Archives nationales, le Musée national des beaux-arts du Québec, l'École des beaux-arts de Montréal et l'École des beaux-arts de Québec. Il est aussi le créateur des prix David, ancêtre des Prix du Québec.

Considéré par l'historien et sociologue Fernand Harvey comme un « véritable ministre de la Culture avant la lettre »[1], Athanase David a joué selon lui un « rôle historique (...) déterminant (...) en matière de politiques culturelles » au Québec, « si bien qu’on peut parler d’un avant et d’un après David »[2].

Famille, études et début de carrière[modifier | modifier le code]

Né à Montréal le , Athanase David est le fils de Laurent-Olivier David (avocat]], journaliste, historien et homme politique]) ainsi que d'Albina Chenet. Il grandit dans un milieu libéral et côtoie de près Wilfrid Laurier, ami intime de son père.

Après des études classiques au Mont-Saint-Louis et au collège Sainte-Marie et des études en droit à l'Université Laval à Montréal, il est admis au Barreau de la province de Québec le 7 juillet 1905. Il exerce quelques années le droit à Montréal, d'abord avec Édouard Montpetit et Arthur Vallée, avant de faire partie du cabinet Elliot et David[3].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Le cabinet Taschereau, vers 1929, où siège Athanase David (4e à partir de la droite).

Athanase David devient président de l'Association du Jeune Barreau de Montréal (AJBM) pour l'exercice 1913-1914. Cette association, fondée en 1898, regroupe des jeunes avocats pratiquant le droit dans le district judiciaire de Montréal. Ce sera le premier poste électif qu'il occupera et ce sera le prélude d'une longue carrière politique.

Athanase David fait son entrée en politique active sous la bannière libérale lors des élections provinciales de 1916 en se faisant élire député à l’Assemblée législative du Québec dans la circonscription de Terrebonne, qui avait été représentée par son beau-père Guillaume-Alphonse Nantel, pour le compte des conservateurs, de 1882 à 1900. Cette élection reconduit le premier ministre Lomer Gouin et les libéraux au pouvoir.

Après avoir été réélu sans opposition en 1919, il entre au cabinet de Gouin le 25 août 1919 à titre de secrétaire de la province[3], devenant, à 37 ans, le plus jeune ministre du cabinet. Il occupe également ce poste au sein du gouvernement de Louis-Alexandre Taschereau, successeur de Gouin, de 1920 à 1936.

David est réélu comme député dans Terrebonne aux élections de 1923, 1927, 1931, puis grâce au vote de l'officier rapporteur (président d'élection) en 1935[3],[4].

Le 11 juin 1936, Taschereau, déjà fortement contesté au sein de son parti par l'aile radicale, est contraint de démissionner à la suite de la mise au jour de scandales dans lesquels étaient impliqués son frère et plusieurs hauts fonctionnaires du gouvernement. Son successeur, Adélard Godbout, qui cherche à se dissocier du précédent gouvernement, ne conserve en poste aucun des ministres qui ont siégé avant 1935 au cabinet de Taschereau, même ceux dont l'intégrité était au-dessus de tout soupçon[5]. David, qui est ainsi du nombre des exclus, est remplacé au Secrétariat de la province par Charles-Auguste Bertrand le 27 juin.

Athanase David choisit alors de ne pas se représenter à l'élection de 1936[3] au cours de laquelle le parti libéral essuie une sévère défaite qui met fin à 40 ans de domination libérale au gouvernement.

Lors de l'élection de 1939, David se porte de nouveau candidat dans Terrebonne et est réélu, tandis que son parti est reporté au pouvoir. Godbout, qui ne veut toujours pas de lui comme ministre au sein de son nouveau cabinet, souhaite lui confier la présidence de l'Assemblée législative. David, Secrétaire de la province durant 17 ans et vedette des cabinets Taschereau, considère cette nomination à un poste honorable, mais relativement sans influence, comme une injure[6]. La situation se dénoue à quelques jours de l'ouverture de la session parlementaire, lorsque le premier ministre canadien, William Lyon Mackenzie King, sur l'intervention de Godbout, nomme David sénateur le 9 février 1940[6],[7]. Il démissionne de sa fonction de député le 14 février suivant pour siéger au Sénat, jusqu'à son décès en 1953[7],[3].

Œuvre politique[modifier | modifier le code]

Athanase David prononçant un discours devant l'hôtel du Parlement à Québec à l'occasion du dévoilement d'une statue en l'honneur de La Vérendrye, en 1922.

Le ministère qu'Athanase David dirige durant 17 ans, de 1919 à 1936, le Secrétariat de la province de Québec, avait pour fonction, lors de sa création en 1867, d'agir à titre de gardien du Grand Sceau de la province et de veiller à l'émission, la conservation et l'enregistrement des lettres patentes et des documents officiels. Au fil des ans, le Secrétariat est devenu l’organe gouvernemental chargé des diverses missions de l'État n'étant pas encore passées sous la responsabilité d'un ministère distinct. Les principaux secteurs d'intervention du Secrétaire de la province, au cours des années où David assume cette fonction, concernent l'éducation, la santé, les affaires sociales et la culture[8],[9].

À titre de Secrétaire de la province, David fait adopter en 1922 par l'Assemblée législative la Loi pour encourager la production d'œuvres littéraires ou scientifiques, qui « vise à favoriser l’avancement de la littérature et des sciences, à seconder les efforts des écrivains et à stimuler, par l’émulation, le goût des travaux littéraires et scientifiques »[10]. Cette loi instaure des prix (communément nommés prix David) décernés à des écrivains ou des chercheurs qui ont soumis les meilleures œuvres littéraires ou scientifiques aux concours de la province. Ces prix sont les ancêtres directs des Prix du Québec. C'est pour cette raison que le prix littéraire Athanase-David commémore son nom[11].

Implication culturelle et sociale[modifier | modifier le code]

L'équipe des Canadiens de Montréal en 1924 après avoir gagné la Coupe Stanley, alors qu'Athanase David était président du club de hockey.

Amateur de sport, Athanase David devient président du club de hockey des Canadiens de Montréal en après son acquisition par Léo Dandurand, Joseph Cattarinich et Louis A. Létourneau et le demeure jusqu'à la revente du club, le 17 septembre 1935. Sous sa présidence, le club remporte la Coupe Stanley à trois reprises, en 1923-1924, 1929-1930 et 1930-1931[12].

Un match des Royaux au stade Delorimier dans les années 1930.

En 1928, à l'instigation de l'Américain George Stallings, importante personnalité de la Ligue majeure de baseball, Athanase David persuade l'homme d'affaires montréalais Ernest Savard, un courtier en valeurs mobilières, de s'associer avec eux pour ressusciter le défunt club de baseball des Royaux de Montréal (Montreal Royals) (1897-1917) en rachetant la concession de Jersey City de la Ligue internationale pour 225 000 $. Savard se charge de rassembler les autres investisseurs montréalais tandis que David supervise la construction de l'édifice destiné à accueillir la nouvelle équipe, le stade Delorimier qui doit être suffisamment vaste pour accueillir les nombreux spectateurs que les propriétaires espèrent attirer. Les travaux débutent en janvier 1928 et la partie inaugurale a lieu le 5 mai de la même année[13].

Partageant l'intérêt de son épouse pour le développement de la vie musicale montréalaise, il joue un rôle important dans la fondation de l'Orchestre symphonique de Montréal en 1934 pour lequel il obtient notamment une importante subvention du gouvernement du Québec[14]. Il est aussi cofondateur avec sa femme en 1939 des Festivals de Montréal[15].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Vers 1930.

Athanase David épouse à Montréal, le 3 novembre 1908, Antonia Nantel (1886-1955), la fille de l'influent journaliste et homme politique conservateur Guillaume-Alphonse Nantel[3],[16]. Après leur mariage, celle-ci joue un rôle important dans le développement de la vie musicale montréalaise, d'abord à titre de membre du conseil exécutif du Montreal Orchestra (1930-1934)[17],[18], puis par sa participation à la fondation de l'Orchestre symphonique de Montréal (1934) [17],[14], enfin comme cofondatrice des Festivals de Montréal (en association avec Wilfrid Pelletier) en 1936, dont elle assume la présidence jusqu'en 1952[17],[15].

Le couple a eu 5 enfants[19] :

Outre Paul et Simone, le couple compte parmi sa descendance plusieurs personnalités publiques reconnues[21], notamment la militante féministe et altermondialiste Françoise David, ancienne députée et porte-parole du parti Québec solidaire, le politologue Charles-Philippe David, la psychologue et femme politique Hélène David et le producteur de cinéma Pierre David

Mort à Montréal le , Athanase David est inhumé dans le cimetière de Sainte-Agathe-des-Monts, le 30 janvier suivant[3].

Honneurs et commémoration[modifier | modifier le code]

Le nom d'Athanase David est aujourd'hui surtout associé aux yeux du public au prix littéraire québécois qui porte son nom.

Il est créé chevalier de la Légion d'honneur en 1923, officier en 1925 et commandeur en 1934[3].

Le 30 juin 1944, le village de Saint-Jean-Baptiste-de-Bélisle, dans les Laurentides, reçoit la nouvelle dénomination de Val-David en son honneur et en celui de son père[22].

Un pavillon de l'Université du Québec à Montréal[23] ainsi qu'un pont reliant Laval à Bois-des-Filion sont nommés en son honneur.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Athanase David, En marge de la politique, Montréal, Lévesque, 1934. 181 p. (recueil de discours)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Silvie Bernier, Prix littéraires et champs du pouvoir : le prix David, 1923-1970 (mémoire de maîtrise (études françaises)), Sherbrooke, Université de Sherbrooke,
  • Georges Desrosiers, Benoît Gaumer, François Hudon et Othmar Keel, « Le renforcement des interventions gouvernementales dans le domaine de la santé entre 1922 et 1936 : le Service provincial d'hygiène de la province de Québec », Canadian Bulletin of Medical History / Bulletin canadien d’histoire de la médecine, vol. 18,‎ , p. 205-240 (ISSN 0823-2105, PMID 14515876, lire en ligne [PDF])
  • Jacques Gagnon, « Le poids du nom : Portrait de cinq lignées de parlementaires québécois », Bulletin d'histoire politique, vol. 22, no 3,‎ , p. 229-252 (DOI 10.7202/1024158ar, lire en ligne)
  • Fernand Harvey, « Le Secrétariat de la province de Québec : un incubateur de ministères durant les années 1920 et 1930 », dans Michel Sarra-Bournet (dir.), Les grands commis et les grandes missions de l'État dans l'histoire du Québec, Québec, Presses de l'Université du Québec, (ISBN 978-2-7605-4501-4, présentation en ligne), p. 149-174

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Écouter en ligne
  • Conférence de Fernand Harvey sur le rôle précurseur d’Athanase David dans l’élaboration des politiques culturelles au Québec entre 1919 et 1936
    Conférence prononcée le 15 septembre 2011 lors des Entretiens Pierre-Bédard, radiodiffusée à l'émission Nouveaux regards sur notre histoire, diffusée sur les ondes de Radio Ville-Marie le 12 novembre 2011. La partie de l'émission concernant Athanase David commence à 36 min 18 s.
  • Entretien de l'historien Robert Comeau avec Fernand Harvey à propos de la vision culturelle d’Athanase David
    Émission Nouveaux regards sur notre histoire, diffusée sur les ondes de Radio Ville-Marie le 15 décembre 2012. La partie de l'émission concernant Athanase David commence à 4 min 46 s.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Harvey 2003, p. 33.
  2. Harvey 2013, p. 89.
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Assemblée nationale du Québec, « Athanase David », sur Assemblée nationale du Québec (consulté le 3 mai 2009).
  4. Aimé Despatis, « Brin d'histoire — Élection au Québec en 1935 », La Revue, mardi 3 janvier 2006.
  5. Jean-Guy Genest, Godbout, Sillery, Septentrion, 1996, p. 95-96.
  6. a et b Jean-Guy Genest, Godbout, Sillery, Septentrion, 1996, p. 130-131.
  7. a et b « Athanase David — Fiche de parlementaire », Parlement du Canada
  8. James Ian Gow, Histoire de l'administration publique québécoise, 1867-1970. Montréal / Toronto : Presses de l'Université de Montréal / Institut d'administration publique du Canada, 1986, p. 122-135, 146.
  9. Harvey 2003, p. 36-37
  10. Historique des Prix du Québec 2001, p. 3.
  11. Historique des Prix du Québec 2001, p. 3-5, 21.
  12. James Marsh, « Canadiens de Montréal » et « Champions de la coupe Stanley 1892-1944 », dans L'Encyclopédie canadienne [en ligne].
  13. William Brown, Les fabuleux Royaux : Les débuts glorieux du baseball à Montréal [« Baseball's Fabulous Montreal Royals: The Minor League Team that Made Major League History »], Montréal, Éditions Robert Davies, (ISBN 2894620160 et 9782894620168), p. 25-29.
  14. a et b Cécile Huot, Gilles Potvin et Claire Rhéaume, « Orchestre symphonique de Montréal », Encyclopédie de la musique au Canada [en ligne].
  15. a et b Cécile Huot « Les Festivals de Montréal », Encyclopédie de la musique au Canada [en ligne].
  16. Serge Laurin, « Guillaume-Alphonse Nantel », sur Dictionnaire biographique du Canada (consulté le 3 mai 2009).
  17. a, b et c Cécile Huot, « Antonia David (née Nantel) », Encyclopédie de la musique au Canada [en ligne].
  18. Eric McLean, « Montreal Orchestra », Encyclopédie de la musique au Canada [en ligne].
  19. Généalogie Louis-Athanase David, sur Nos origines - Généalogie du Québec et française d'Amérique, (page consultée ne mars 2014).
  20. Pierrick Malissard « La longue controverse de la vaccination antituberculeuse au Canada : le bacille Calmette-Guérin (BCG), 1925-1975 ». Canadian Bulletin of Medical History / Bulletin canadien d'histoire de la médecine, vol. 15, no 1 (1998), p. 108; Secrétariat de l'Ordre national du Québec, Répertoire des membres - Simone David-Raymond.
  21. Radio-Canada, « La famille David », émission de la série « Entre frères et sœurs », diffusée le 29 décembre 2010.
  22. (en) Joseph Graham, Naming the Laurentians : A History of Place Names 'up North', Lachute, Les Editions Main Street, (ISBN 097395860X et 9780973958607), p. 193-194.
  23. Pavillon Athanase-David, Université du Québec à Montréal (page consultée le 17 juin 2017)