Athénée royal d'Auderghem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Athénée royal d'Auderghem
Généralités
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Adresse Avenue du Parc de Woluwe, 27
1160 Auderghem
Cadre éducatif
Type Enseignement général
Directeur CAZZARO Jean-Pierre [1]
Niveau Secondaire général, primaire et maternel
Options Latin, sciences, mathématiques, langues, sciences économiques, arts d'expression, arts[2]
Localisation


Athénée Royal d'Auderghem (ARA) est une école secondaire à Bruxelles en Belgique, du réseau de la Communauté française de Belgique. Il dispose de trois campus:

Septième année[modifier | modifier le code]

L'athénée a la particularité d'avoir une septième année d'enseignement général consacrée aux arts d'expression[2]. Celle-ci a une certaine réputation dans le milieu artistique[2].

Histoires[modifier | modifier le code]

C'est Léo Collard qui créa cette école secondaire lors du Gouvernement Van Acker IV[2]. L'Athénée fut dès le départ mixte[2]. Il a toujours été à son emplacement actuel avenue du Parc de Woluwe[2]. En 1960, ce fut l'un des 17 premiers établissements à ouvrir un tronc commun de 30h pour tous au début de l'enseignement secondaire, les débuts expirimentales des rénovés[2]. L’opposition des parents fut tel que l’athénée maintient quand même des classes traditionnelles au côté des classes rénovées[2]. Le rénové fini par y être introduit totalement[2].

L'école a absorbé l'ancienne athénée royal de Watermael-Boitsfort en difficulté[2] qui constitue depuis le campus de La Brise.

Association des parents[modifier | modifier le code]

Association des parents est organisée en ASBL depuis 1962. En 1965, ils vont jouer un grand rôle dans la création de la FAPEO : la Fédération d'Association des Parents de l'Enseignement Officiel[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. a b c d e f g h i j et k Auderghem, Athénée royal d', dans : Dictionnaire d'Histoire de Bruxelles, Collection Dictionnaires, Éditions Prosopon Bruxelles, 2013, pp. 56.

Liens externes[modifier | modifier le code]