Atelier des Lumières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Atelier des Lumières
Atelier des Lumières Klimt.jpg
Informations générales
Type
Créé par Culturespaces
Site web
Collections
Collections
Expositions numériques immersives
Localisation
Pays
Commune
Adresse

L’Atelier des Lumières est un centre d’art numérique situé au 38 rue Saint-Maur dans le 11e arrondissement de Paris. Créé par Culturespaces, il a ouvert ses portes le 13 avril 2018.

Historique[modifier | modifier le code]

Fonderie du Chemin-Vert[modifier | modifier le code]

Avant de devenir un centre d’art numérique, l’Atelier des Lumières était une fonderie d’acier dite « Fonderie du Chemin-Vert » ouverte en 1835 par les frères Plichon. Cette fonderie, qui sera propriété de 4 générations de Plichon, est une affaire florissante pendant plus de 100 ans.

La crise économique de 1929 provoque la fermeture de la fonderie. Elle est vendue à la famille Martin, les actuels propriétaires, en 1935.

Achat et travaux[modifier | modifier le code]

Culturespaces cherchait un lieu pouvant accueillir un centre d'art numérique présentant des expositions immersives ; le choix s'est porté, après deux ans de recherche d'un lieu qui soit à la fois porteur d'une identité et disposant de vastes espaces, sur la fonderie du Chemin-Vert en 2016[1]. Deux ans de travaux sont nécessaires avant l'ouverture au public, le 26 avril 2018[1]. Cette réhabilitation s'inscrit dans la tendance de la revalorisation et la transformation du patrimoine industriel parisien, dans la lignée de la Société des cendres, des Grands Moulins de Paris, la gare frigorifique de Paris-Ivry, ou la Station F de la Halle Freyssinet[1].

Près de 80 ans plus tard, Bruno Monnier, président de Culturespaces redécouvre ce patrimoine industriel oublié et décide d’en faire un centre d’art numérique où seront projetés des expositions immersives dédiées aux plus grands artistes de l’histoire de l’art et des créations plus contemporaines[2].

L’Atelier des Lumières ouvre ses portes le 13 avril 2018.

Historique des expositions[modifier | modifier le code]

Salle principale[modifier | modifier le code]

  • « Gustav Klimt » (du 13 avril 2018 au 6 janvier 2019), programme long réalisé par Gianfranco Iannuzzi, Massimiliano Siccardi et Renato Gatto. Cette exposition présente les œuvres du peintre Gustav Klimt, figure majeure de la Sécession viennoise[3].
  • « Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise » (du 13 avril au 11 novembre), programme court réalisé par Gianfranco Iannuzzi, Massimiliano Siccardi et Renato Gatto. Cette exposition invite à voyager dans le monde coloré d’Hundertwasser, héritier de Klimt.

Salle secondaire[modifier | modifier le code]

  • Colours X Colours, Thomas Blanchard et Oilhack, du 7 septembre 2018 au 6 janvier 2019[4]
  • « POETIC_AI » (du 13 avril au 31 août), création contemporaine réalisée par le collectif Ouchhh.

Lieu d'exposition[modifier | modifier le code]

Installation technique[modifier | modifier le code]

Développé par Culturespaces, les expositions numériques immersives sont conçues à partir de milliers d’images d’œuvres d’art numérisées, diffusées en très haute résolution via la fibre optique et mises en mouvement au rythme de la musique. Elles sont rendues possible par une installation vidéo de 140 projecteurs et un son spatialisé, adapté aux contraintes du lieu et conçu sur mesure[5],[1].

Rapport à l'art[modifier | modifier le code]

L'Atelier des Lumières vise à la fois un public familial, qui n'oserait pas franchir la porte des musées, et un public de spécialiste, curieux de découvrir un artiste d'une manière inédite[6]. Telerama note d'ailleurs la légèreté de l'aspect pédagogique proposé[6]. Adrien Goetz, du Figaro, trouve qu'il s'agit d'une démarche visant uniquement à engranger des entrées, détruisant la subtilité des œuvres au profit d'une expérience plaisante et sans subtilité[7]. Cécile Guilbert, dans La Croix, abonde dans ce sens, y voyant une création cherchant à empêcher de penser, un etouffement de l'art par la culture[8]. Mathilde Serrell de France Culture nuance ces propos, y voyant un moyen de toucher les 25% de personnes n'allant jamais au musée, tant que le type d'exposition proposé par l'atelier des lumières vient compléter l'offre culturelle classique plutôt que de s'y substituer[9].

Lien avec le quartier[modifier | modifier le code]

Les restaurateurs du XIème arrondissement ont vus leur chiffre d'affaires significativement augmenter suite à l'ouverture de l'atelier des lumières[10]. L'afflux touristique nouveau est célébré par ceux qui trouvent que le quartier en devient plus vivant, regretté par d'autres pour qui il perd son charme[10].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Connaissance des arts, hors-série : Atelier des Lumières, Centre d'Art Numérique - Paris, deuxième trimestre 2018

Articles connexes[modifier | modifier le code]