Astronomie au sol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Observatoire du Mont Palomar

En astronomie, on désigne généralement par observatoire au sol les observatoires dont les télescopes et leurs instruments associés sont destinés à l'étude des astres dans les longueurs d'onde de la lumière visible et de l'infrarouge (et parfois le proche-ultraviolet, pas encore absorbé par l'atmosphère terrestre). Ces instruments sont complémentaire des instruments envoyé dans l'espace[1],[2].

En effet, il existe dans le monde une grande variété d'observatoires astronomiques. Selon le domaine spectral (ou selon le type de particules que l'observatoire cherche à détecter), on ne trouvera pas du tout les mêmes collecteurs de lumière/particules, les mêmes instruments, ni les mêmes techniques d'observations.

Différents instruments[modifier | modifier le code]

Construire au sol permet de réaliser des instruments plus grand que ceux envoyé dans l'espace. Ainsi les télescope au sol sont souvent plus performants et sophistiqués que ceux situé dans l'espace. Pour accroitre leurs performance, les télescopes sont de plus en plus grand. Pour le moment les plus grands télescopes font entre 4 et 10 mètre de diamètre. Des télescopes géants de plus de 20 mètre de diamètre sont actuellement en construction. Il ne faut pas penser que les grands instruments sont construits au détriment des plus petits. En effet, le temps de télescope étant précieux pour les grand instrument, on réalise souvent les observations préparatoire ou de suivi avec des télescopes plus modeste mais plus disponible[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Observations sol/espace - LESIA - Observatoire de Paris », sur lesia.obspm.fr (consulté le )
  2. « Les grands observatoires terrestres », sur Stelvision, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]