Association internationale Interactions de la psychanalyse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Association internationale Interactions de la psychanalyse
Fondation 2011
Discipline Psychanalyse
Pays France
Ville Paris
Adresse 32 bis boulevard de Picpus
Président Sophie de Mijolla-Mellor
Secrétaire général Guy Merigot
Site web Site officiel

L'Association internationale Interactions de la psychanalyse (A2IP) est une association de psychanalyse présidée par Sophie de Mijolla-Mellor. Elle a succédé en 2011 à l'Association internationale d'histoire de la psychanalyse (AIHP). L'association réunit des psychanalystes et des non psychanalystes, chercheurs et écrivains et organise des séminaires de recherche et des colloques, en France et à l'étranger.

L'association internationale d'histoire de la psychanalyse (1985-2010)[modifier | modifier le code]

L'association internationale d'histoire de la psychanalyse (A.I.H.P.) a elle-même une assez longue histoire de vingt-cinq années entre la fin du XXe siècle et le passage au troisième millénaire.

Centrée sur une « histoire de la psychanalyse »[modifier | modifier le code]

L'association internationale d'histoire de la psychanalyse, a été créée en 1985 par Alain de Mijolla, Jacques Sédat et Sophie de Mijolla-Mellor[1]. Elle a été officiellement présentée lors du 34e Congrès de l'Association psychanalytique internationale à Hambourg, la même année.
Jusqu'en 2010, l'association a organisé des journées scientifiques régulières et des rencontres internationales tous les deux ans. Une première journée scientifique s'est ainsi tenue en 1986 à Paris et a traité du rapport de Freud avec le sionisme, et de la psychanalyse et du catholicisme. Un congrès[Quand ?] s'est ensuite tenu en Allemagne et a donné lieu à une publication bilingue franco-allemande. Plusieurs congrès et journées d'études se sont tenus à Vienne, Londres, Paris et Bruxelles sur des thèmes concernant Freud-Ferenczi, l'analyse profane, l'hypnose, ou encore le rôle des femmes dans la psychanalyse.

En 2001, l'AIHP a reçu le Mary Sigourney Award[2],[3].

Publications de l'A.I.H.P.[modifier | modifier le code]

L'Association internationale d'histoire de la psychanalyse a publié une revue semestrielle, le Journal de l'AIHP, avec des articles en français et en anglais, de 1986 à 2005[4],[5].

Elle a également publié, de 1988 à 1993, six numéros de la Revue internationale d'histoire de la psychanalyse aux PUF

  • Ici, la vie continue d'une manière fort surprenante... Contribution à l'Histoire de la Psychanalyse en Allemagne, Congrès de l'API (auteurs : Karen Brecht, Hella Ehlers, Christine Trollope, etc.), édité par l'Association internationale d'histoire de la psychanalyse, 1987, (ISBN 2854801539).

L'Association internationale Interactions de la psychanalyse (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

L'Association internationale Interactions de la psychanalyse (A.I.I.P.), présidée par Sophie de Mijolla-Mellor, élargit ses objets de recherche, qui s’étendent désormais aux interactions de la psychanalyse avec les autres champs du savoir.

« Interactions de la psychanalyse »[modifier | modifier le code]

Présentée « pour penser épistémologiquement, contrairement à la notion de « psychanalyse appliquée », les modalités de l’emprunt fécond des modèles faits par la psychanalyse aux sciences de l’Homme et à divers champs disciplinaires », la notion « Interactions de la psychanalyse » a été introduite par S. de Mijolla-Mellor[6].
En se référant notamment à Freud dans son texte Das Interesse an der Psychoanalyse (1913), la nouvelle perspective de l'Association prend appui sur une équipe de recherches universitaire, créée elle-même en 1990 à l’Université Paris 7 par S. de Mijolla-Mellor sous cet intitulé des « Interactions de la psychanalyse », en lien d’abord avec le Laboratoire de Psychanalyse (dir. Jean Laplanche), puis à partir de 2001, avec l’Ecole Doctorale « Recherches en Psychanalyse » (dir. S. de Mijolla-Mellor). Cette équipe a fait aboutir de nombreux travaux, thèses et publications (dans le cadre de l'Université Paris VII), a organisé des colloques nationaux et internationaux et établi des liens internationaux avec plusieurs universités étrangères[7].

En 2017, l'A2IP s'emploie à constituer un réseau européen de publication et de communication, qui regrouperait des associations de différents pays, notamment « Psychanalyse et Société », l’American College of Psychoanalysis et la Société française de psychohistoire[8].

Organisation[modifier | modifier le code]

L’association organise des journées scientifiques semestrielles ainsi qu'un colloque international biannuel, ainsi à Saint-Pétersbourg, Istanbul (2016), Dakar (2014). En 2014, le colloque sur « Le développement de l'enfant vu par la psychanalyse aux États-Unis et en France »[9] a été organisé conjointement par l'association et par le Centre de recherches psychanalyse, médecine et société de l'université Paris-Diderot et l'American College of Psychoanalysts.

Par ailleurs, des séminaires et groupes de travail mensuels ou bimensuels réunissent ses membres.


L'association est présidée par Sophie de Mijolla-Mellor, professeur émérite à l'université Paris-Diderot, psychanalyste du Quatrième groupe et directrice de la publication de la revue Topique depuis 1990. Jusqu'en 2016, le vice-président a été le psychanalyste Jacques Sédat. Depuis 2017, Jean-Marie Brohm, sociologue, Brigitte Demeure, historienne et présidente de la Société française de psychohistoire et Vassilis Kapsambelis, psychiatre et psychanalyste, assurent conjointement la vice-présidence[10].

Publications[modifier | modifier le code]

Les travaux de l'A2IP dans les colloques et journées scientifiques font l'objet de publications d'auteurs dans la revue Topique[11] :

D'autres parutions sont en préparation[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De l’histoire personnelle à l’histoire de la psychanalyse : une trajectoire. Entretien avec Alain de Mijolla, Annick Ohayon, Nouvelle revue de psychosociologie, 2015/2 no 20, p. 247-262, « Devenirs de la psychanalyse ».
  2. Site du Mary S. Sigourney Award
  3. Alain de Mijolla. « Petite histoire d'une histoire de la psychanalyse en France », Topique, 2007/1, no 98, p.37-47. [lire en ligne]
  4. Cote de la BNF [1]
  5. Cote de la bibliothèque de la SPP.
  6. Voir Dictionnaire international de la psychanalyse (Dir. A. de Mijolla), à l'article dont S. de Mijolla-Mellor est l'auteur. Cf. « Auteur: Sophie de Mijolla-Mellor-puf », sur P.U.F. (consulté le 6 novembre 2015).
  7. École doctorale Recherches en psychanalyse et psychopathologie, p. 25.
  8. Page d'accueil de l'A2IP, consultée le 14.02.2014 [2].
  9. 23-24 mai 2014, université Diderot Paris 7 Sorbonne Cité
  10. Site de l'A2IP, consulté le 14.02.2017 [3].
  11. Thèmes des numéros de la revue Topique parus ou en projet:[4]
  12. no 138 : Donner la mort (en mars 2017), no 139 : Relire Theodor Reik, no 140 : L’Art et le pouvoir, no 141 : L’animal de compagnie, notamment.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Topique, 2007/1 no 98, « Le dévoilement historique », numéro en ligne
  • Jacques Sédat, « Écrire l'histoire de la psychanalyse », Topique, 2007/1 no 98, p. 25-36 [lire en ligne].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]